.
.

Le triomphe de la vérité

.

Affaire trafic d’organes humains à Porto-Novo: Hounnon Adjakpa et son complice abattus; la panique générale au sein des autres Hounnons


L’affaire de trafic d’organes humains dont les principaux auteurs ont été gardés à vue à la brigade de gendarmerie de Ouando à Porto-Novo n’a pas encore livré tous ses secrets.  Selon des sources proches de la brigade, le principal accusé dans cet acte crapuleux a fait de troublantes révélations sur le réseau de trafic d’organes auquel il appartient, sur leurs modes opératoires ainsi que des précisions sur d’autres endroits ou domiciles où des corps d’êtres humains sont enterrés. Malheureusement pour les besoins de l’enquête, lesdites déclarations sont, pour l’instant, gardées secrètes. Toujours selon les mêmes sources, il y a comme une panique générale qui s’est emparée des autres hounnons et hounnongans de la région. En effet, juste après l’arrestation du principal accusé Dieudonné Avocèvou dit Hounnon Adjakpa et de son complice Louis  Houndékon par les éléments de la brigade de Ouando dirigée par le major Placide Dégbessou, plusieurs autres hounnon se sont réunis à Vakon dans la commune d’Akpro-Missérété pour apprécier la situation. Au cours de cette réunion tenue secrète, les participants se sont interrogés sur ceux parmi eux qui se livrent à de telles pratiques. En tout cas, la sérénité n’était pas de mise sur les regards de plusieurs parmi les participants à cette conclave. Toujours est-il qu’au niveau de la brigade de gendarmerie de Ouando, les enquêtes se poursuivent pour démasquer le reste des membres de ce réseau de trafiquants. Selon le Major Placide Dégbessou tout est mis en œuvre pour que ledit réseau soit complètement démantelé. Nos enquêtes ont permis de découvrir que les deux principaux suspects,   Louis Houndékon et surtout Dieudonné Avocèvou ont été éliminés par les éléments de la gendarmerie, un peu après leurs révélations macabres. Dans quelles conditions ? Officiellement, la gendarmerie affirme qu’ils sont des charlatans d’un réseau de malfaiteurs et ont reçu des balles perdues. La gendarmerie affirme qu’alors même que les suspects dirigeaient les équipes de l’enquête vers certains de leurs complices, des altercations ont éclaté entre ceux-ci et les forces de l’ordre qui ont fait usage de leurs armes…

Hugues PATINVOH

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *