.
.

Le triomphe de la vérité

.

Vie de couple: Plus un homme fait le ménage, moins il a de rapports sexuels


Êtes-vous le gendre ou la belle-fille idéale ?

Il y a une bonne raison qui fait que rencontrer les parents de l’être aimé est tellement effrayant : si vous aimez votre partenaire, il y a des chances que vous vouliez que sa famille vous aime aussi, et ce n’est pas toujours facile de se faire accepter. Nous avons demandé à plusieurs pères et mères le genre de personne qu’ils souhaitent à leurs enfants, et voilà ce qu’ils ont répondu…

Stabilité et famille

« Ce que j’attends par-dessus tout d’un gendre, c’est qu’il s’engage pour la vie dans son mariage, et qu’il s’engage à rendre ma fille heureuse. S’engager sincèrement pour la vie dans une union est ce qui permet à un mariage de tenir bon lors des périodes difficiles. Et puis, le mariage est le meilleur environnement pour élever sa famille. »

« J’aimerais quelqu’un qui me donne l’impression qu’il sera un bon parent pour mes futurs petits-enfants. Quelqu’un qui voudrait faire partie de la famille et traiterait mon enfant avec amour et respect. »

« J’aimerais un gendre potentiel qui voit le mariage comme un engagement pour la vie à offrir un foyer plein d’amour à tous les enfants que le couple pourrait avoir. »

« Entre autres qualités, j’aimerais que ce soit une femme d’intérieur attentionné, qui s’occupe d’elle-même autant que de sa famille. »

Rires et plaisir

« Pour moi, l’élément le plus important est qu’ils aient la même manière de voir les choses, qu’ils s’aiment et se respectent l’un l’autre, qu’ils s’entendent avec le reste de la fratrie, et surtout, qu’ils amènent le rire avec eux. Ayant des enfants homosexuels et hétérosexuels, je peux vous dire qu’il n’y a aucune différence dans ce que je souhaite à chacun de mes enfants. »

« Voilà les qualités que j’attends des conjoints de mes enfants : loyauté, gentillesse, constance, empathie, patience, compréhension, et la capacité à s’amuser et à profiter de la vie. »

« J’aimerais être sûre que ma fille est heureuse dans cette relation, qu’on prend soin d’elle et qu’on la traite avec respect. Peu importe s’ils n’ont pas grand-chose, tant qu’elle est heureuse ! »

Pour le meilleur et pour le pire

« La plupart des parents disent qu’ils veulent que leurs enfants soient heureux, et que si leur partenaire les rend heureux, alors c’est parfait. Mais ce n’est pas aussi simple. Je ne pense pas que ce soit le rôle de son conjoint de rendre mon enfant heureux, ça doit venir de lui. Je préférerais quelqu’un qui veut les accompagner sur le chemin de la vie, les hauts comme les bas. »

« Pour moi, une qualité est plus importante que toutes les autres : la loyauté. Je ne parle pas seulement de l’aspect fidélité « je renonce à tous les autres » : si vous êtes loyal, vous soutenez vraiment votre moitié, vous pensez à ses besoins et à ses désirs autant qu’aux vôtres, sinon plus. Son bonheur sera votre bonheur. Vous accepterez volontiers votre part du travail au sein du couple. Et vous aurez confiance en votre moitié pour qu’elle en fasse de même. C’est l’opposé de l’attitude « moi d’abord » qui est la cause de tant de ruptures aujourd’hui. »

S’intégrer

« Quelqu’un qui s’intéresse vraiment et qui est heureux de discuter avec vous, et pas seulement de passer du temps avec son conjoint. »

« J’aimerais qu’ils trouvent quelqu’un qui prenne soin d’eux et fasse ressortir le meilleur d’eux-mêmes, et qui s’intègre bien dans la famille. »

_______________________________________________________________________________________________________________

 

Plus un homme fait le ménage, moins il a de rapports sexuels

C’est ce que dit une étude publiée dans le numéro de février de la très sérieuse Revue américaine de Sociologie

Ce n’est pas une blague. Plus un homme marié accorde de temps aux tâches ménagères comme la cuisine ou les courses, moins il a de relations sexuelles, affirme une étude publiée dans le numéro de février de la Revue Américaine de Sociologie. Menée par des professeurs reconnus, donc.

Et l’inverse est vrai s’il se consacre davantage à la voiture ou au jardin, assure l’étude « Egalitarisme, travail ménager et fréquence des rapports sexuels dans le mariage » dont les conclusions « suggèrent l’importance des rôles traditionnellement dévolus à chacun des sexes pour la fréquence des rapports sexuels dans un mariage hétérosexuel ».

Selon SabinoKornrich, chercheur à l’Institut Juan March de Madrid qui a dirigé l’étude, « les couples dans lesquels l’homme participe davantage aux tâches traditionnellement dévolues aux femmes font état d’un nombre moins grand de rapports sexuels ».

Un « scénario sexuel défini par le genre »

« De la même manière, les couples dans lesquels l’homme participe davantage à des tâches traditionnellement considérées comme masculines – faire le jardin, payer les factures, s’occuper de la voiture – font état de rapports sexuels plus fréquents », à une moyenne d’environ 5 fois le mois précédent l’étude.

« Il existe une sorte de scénario sexuel bien défini par le genre, dans lequel se conduire selon ce genre est important pour la création du désir sexuel et l’accomplissement de l’acte », ajoute SabinoKornrich qui co-signe l’étude avec les sociologues de l’Université de Washington Julie Brines et Katrina Leupp.

Mais les conclusions de l’étude, qui se base sur un questionnaire rempli par 7.002 personnes, ne doivent pas inciter les hommes à lâcher l’aspirateur : « Refuser de participer aux tâches ménagères provoque des conflits dans le couple et l’insatisfaction des épouses », elle-même liée à l’activité sexuelle, prévient le chercheur

_________________________________________________________________________________________________________________

 LES 12 DELITS ET DELICES DE L’AMOUR

Amis lecteurs et lectrices, nous avons commencé à partager avec vous de précieuses informations pratiques et nous comptons poursuivre dans le même sens.

Aimer et se marier est une décision cardinale pour la vie. Il faut donc se CONNAITRE au mieux possible avant de prendre la décision.

Comme toute décision, s’engager au mariage induit des responsabilités naturelles qu’il faut par avance accepter d’assumer. Dans cet exercice de discernement et de prise de décision, il y a des attitudes que nous considérons comme des (i) délits à l’amour durable, et d’autres comme facteurs de (ii) délices de la vie à deux.

 

LES 12 DELITS A L’AMOUR

1. S’unir sur la base de la passion.

2. S’aimer sur la base des caractéristiques physiques seulement.

3. Ignorer les deux personnalités enfouies en soi-même (le diable et l’ange) et chercher à connaître l’autre.

4. Ignorer les défauts de l’autre ou ses caractères qui ne vous conviendraient pas ;

5. S’en prendre aux défauts de l’autre.

6. S’endetter ou surpasser ses capacités pour faire plaisir à l’autre pendant l’amitié ;

7. Voiler ses défauts et insuffisances pendant l’amitié.

8. Ignorer ou éviter la famille de l’autre pendant l’amitié.

9. Ignorer que les qualités ressortent du sacrifice et des efforts qui en font un « bien périssable », et que les défauts sont plutôt naturels et plus importants à connaître de l’autre.

10. Prétendre totalement connaître l’autre avant de s’engager avec lui.

11. Croire que l’Homme peut être idéal, parfait, et ne tombera jamais.

12. Se rechercher en l’autre.

 

LES 12 DELICES DE L’AMOUR

1. Se comporter le plus naturellement possible dès le début de la relation pour donner l’occasion à l’un de connaître le naturel de l’autre.

2. Découvrir et connaître au mieux soi-même (défauts et qualités) pour avoir les repères à la découverte de l’autre.

3. Aller au-delà de la passion, et découvrir ce qui peut être partagé toute la vie.

4. Apprendre les modes et canaux de communication les plus adaptés à l’autre.

5. Cultiver la patience et l’indulgence mutuelles et les expérimenter avant même de s’unir.

6. Apprendre à connaître l’autre dans son silence et comprendre ce qu’il n’a pas dit ;

7. Apprendre à soutenir l’autre, en plus de l’aimer.

8. Croire en votre amour et en sa pérennité, sur la base de votre foi en Dieu car, par-dessus tout et même si la loi ne reconnait pas le mariage religieux, il est difficile qu’une vie conjugale s’épanouisse sans Dieu.

9. Faire de la vie à deux un objectif de vie suffisamment grand pour avoir la force de se lever quand il arrivera que l’on tombe.

10. Renouveler quotidiennement son amour pour l’autre, prier et faire en sorte qu’il vous aime toujours davantage.

11. Accepter les écarts de langage de l’autre.

12. Admettre que le désir sexuel diminue naturellement avec l’âge et se maîtriser en conséquence.

 

Cyro & Cyra

Aimer suffit à tout !

97 00 47 83 / 95 40 68 66

www.ong-lovepower.org

 

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
3Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *