.
.

Le triomphe de la vérité

.

Commune de Sèmè-Kpodji: Affrontements sanglants entre forces de l’ordre et vendeurs d’essence de contrebande (Un mort, plusieurs blessés graves et des arrestations)


L’arrondissement de Djrègbé dans la commune de Sèmè-Kpodji a été vendredi, le théâtre de violents affrontements entre forces de l’ordre et vendeurs d’essence de contrebande communément appelée Kpayo. Le bilan est un peu lourd. Un mort, plusieurs blessés graves, plusieurs bidons d’essence saisis, la route inter-Etats Porto-Novo-Cotonou bloquée pendant plusieurs heures et des arrestations massives.

Les populations de Djrègbé et les usagers de la route inter-Etats Porto-Novo/Cotonou ont vécu des moments très éprouvants à cause de ces affrontements sanglants entre forces de l’ordre et contrebandiers. Selon plusieurs sources témoins des faits et rencontrées sur les lieux des affrontements, c’est la confiscation des bidons d’essence de contrebande appelée « kpayo », par les gendarmes il y a quelques jours qui serait à l’origine de l’émeute.

Selon les mêmes sources, les contrebandiers ont identifié un des gendarmes chez qui, ils se sont rendus après. Dans un premier temps, ils ont bastonné l’épouse de ce dernier qui était absent. Par la suite, ils ont réussi à le kidnapper lui-même un peu plus tard. D’autres sources renseignent que les populations mécontentes ont barricadé la voie dans la nuit de vendredi de 02 heures du matin jusqu’au lendemain 10 heures. Arrivés sur les lieux, des militaires en provenance de Porto-Novo ont été pris à partie et tabassés par ces populations. L’un d’eux ayant réussi à s’échapper a appelé les renforts. Ainsi, la riposte a été à la hauteur de l’attaque.

Plusieurs personnes aussi bien dans les rangs des contrebandiers que des populations ont été bastonnées. Des blessés graves ont été enregistrés aussi bien dans les rangs des forces de l’ordre que des contrebandiers. Le plus dramatique dans cet affrontement, c’est la mort du chef de culte Zangbéto de la localité communément appelé le ‘’Zagan de Djèrègbé’’. Fort heureusement, l’arrivée des renforts a permis de libérer la voie aux environs de 11 heures 45 minutes. Il leur aura fallu faire usage, tous azimuts, de gaz lacrymogène.

Hugues E. PATINVOH

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *