.
.

Le triomphe de la vérité

.

MAGAZINE:Ces gestes de bad boy que les femmes adorent


Du désir au plaisir

Doit-on tout accepter dans les rapports amoureux ?

Cette question vient le plus souvent des femmes. Face à des pratiques, qui les rebutent ou les dégoûtent (fellation, rapport anal le plus souvent), doivent-elles céder aux propositions de leur partenaire ? Au nom de l’amour, doivent-elles tout accepter ? De plus, l’appétit sexuel est parfois plus important chez l’un des partenaires. Si l’homme désire plus fréquemment faire l’amour que sa partenaire, doit-elle s’y soumettre ?

Dans une relation amoureuse, les rapports sexuels s’accomplissent dans la recherche d’un plaisir partagé. Bien sûr dans le respect des désirs et des limites de chacun des partenaires, la femme pourra être encouragée à découvrir de nouvelles pratiques sexuelles. Mais s’il arrive qu’elle éprouve une répulsion trop importante pour passer à l’acte, il convient de se limiter à des pratiques appréciées par les deux partenaires ; sans quoi, la qualité des relations pourrait s’en trouver affectée. Dans un état d’excitation sexuelle important certaines barrières peuvent se lever, mais si elles subsistent, l’obstination d’un des partenaires peut entraîner la disparition du désir sexuel de l’autre…

Le problème de la fréquence des rapports sexuels dans le couple peut également devenir un sujet conflictuel, après quelques années de vie commune. Deux cas peuvent alors se présenter :

• Par concertation (implicite le plus souvent), le couple trouve un rythme commun ;

• Mais souvent, l’homme est plus demandeur. La frustration, qu’il éprouve peut être à l’origine de tensions à l’intérieur du couple, parfois difficiles à vivre.

Que faire ?

Tout d’abord, les besoins sexuels de chacun sont conditionnés par :

• Des facteurs permanents, dont les origines sont propres aux processus psychiques de l’individu ;

• Des facteurs plus immédiats comme la fatigue, les soucis, le stress, la maladie, la mésentente dans le couple, etc.

• La communication au sein du couple permettra souvent de sortir de ses périodes conflictuelles. Le plus demandeur peut également, en cas de non-désir spontané de son ou sa partenaire, tenter de susciter ce désir par une ambiance, des mots doux, des caresses mais attention : si l’envie ne vient pas, il faut savoir s’arrêter.

• En effet, si l’homme de son côté peut atteindre un coït égoïste, qui s’apparentera à une masturbation avec le corps de sa compagne, la femme à l’inverse ne ressentira aucun plaisir.

• Dans cette situation, la relation sexuelle n’est plus synonyme de partage et de jeux. Redoutant désormais les instants de communion érotique, qui concrétisait précédemment les instants de plaisir du couple, elle se désintéresse peu à peu de la relation charnelle, évitant désormais les caresses et les échanges de tendresse : quelque chose est cassée.

Les pratiques sadomasochistes

• Infliger à l’autre des douleurs physiques ou psychologiques peut être l’occasion d’excitation sexuelle chez certaines personnes, c’est le sadisme sexuel.

• Souffrir dans son corps ou par des attitudes dégradantes, peut également être source d’excitation et de plaisir chez d’autres, c’est le masochisme sexuel.

• Ces pratiques ne trouveront leur place dans un couple, que si les penchants des partenaires sont complémentaires. S’il n’y a pas consentement, il s’agit d’une agression sexuelle incompatible avec une sexualité basée sur l’échange et le partage.

Dr Agnès Mocquard

____________________________________________________________________________________________________

Ces gestes de bad boy que les femmes adorent

Désolé de vous apprendre la nouvelle, chers hommes célibataires, mais il est possible d’être trop gentil. Et si vous lisez cet article, vous êtes certainement tombé dans le piège de suivre les règles à la lettre – vous l’avez invitée à dîner et à boire un verre, vous lui avez posé des questions, l’avez rappelée le lendemain – mais vous ne l’avez pas encore conquise.

Qu’est-ce qu’il s’est passé ? « Au début, les femmes aiment un homme gentil », déclare le Dr Robert Glover, auteur de Trop gentil pour être heureux. Mais la gentillesse peut aussi être perçue comme une faiblesse, et pour la plupart d’entre elles, c’est vraiment rebutant. Alors comment dire à une femme qu’elle vous intéresse réellement, sans aller trop loin ? Nous avons demandé des conseils au Dr Glover, ainsi qu’à des hommes et femmes célibataires, afin d’aider même les hommes les plus dociles à durcir le ton pendant un rendez-vous.

Prenez les choses en main

« Un rancard, c’est comme une danse : si vous ne la menez pas, elle devra s’en charger », affirme le Dr Glover. « La plupart des femmes ne veulent pas être aux commandes ». L’inviter à sortir est un grand pas, mais il ne suffit pas. Le Dr Glover conseille de choisir un jour et un programme précis à l’avance : « En lui demandant de sortir un jour avec vous, il reste de trop nombreux détails à régler. Proposez-lui plutôt d’aller boire un verre jeudi ». Ainsi, il ne lui restera plus qu’à décider si elle est libre ce soir-là ou pas.

Ayez un avis différent

« Rien ne m’énerve plus qu’un homme qui est d’accord avec tout ce je dis, même lorsque je vois bien qu’il n’est pas du même avis que moi », affirme Theresa M., originaire de Washington D.C. « Si je voulais entendre mes propres pensées sur le sujet, je me parlerais à moi-même. Je veux un homme qui ose me contredire ». Quitte à éviter tout conflit, autant porter une grande pancarte qui annonce Je suis une chiffe molle ! Si vous ne partagez pas son avis, dites-le lui.

Taquinez-la un peu

Une femme qui n’aime pas l’humour, ça n’existe pas. Allez-y et laissez votre sarcasme ou votre humour caustique faire mouche ; assurez-vous juste de le faire en plaisantant. Sean, un jeune homme âgé de 35 originaire de New York, témoigne du pouvoir de cette technique : « J’ai lancé quelques piques pendant mon dernier rancard. Je lui ai dit “ta tête n’est pas aussi grosse que sur ta photo de profil”, et nous avons exploité cette tension latente du premier rendez-vous à notre avantage ». En agissant de la sorte, vous aurez l’air sûr de vous, ce que, par ailleurs, tout le monde trouve excitant.

Parlez de vous

Pas besoin de racontez votre vie en long et en large, mais révéler l’une ou l’autre chose est une bonne manière de ne pas donner l’impression à la femme assise en face de vous qu’elle est en train de vous faire subir un interrogatoire. Demandez-lui plutôt où elle est née, puis quand elle a fini de vous répondre, lâchez quelques détails pertinents sur votre vie. « On ne parlait que de moi avec ce mec que je fréquentais. C’était tellement agaçant », dit Alina de Chicago. « Je ne peux être intéressante à ce point ! J’attendais qu’il me dise quelque chose. »

Ne prévoyez pas de rendez-vous trop recherchés

« Les deux ou trois premiers rendez-vous doivent être simples, du genre prendre un café. C’est à vous de payer, mais il ne faut pas que ça coûte trop cher », affirme le Dr Glover. Pour Marissa de Johnson City, dans le Tennessee, faites le contraire, et vous donnerez l’impression d’en faire trop. « Un mec a acheté des billets de concert pour un groupe auquel j’avais juste fait allusion en passant », explique-t-elle. « Il a dépensé beaucoup trop d’argent. C’était consternant, et j’avais l’impression de lui devoir quelque chose ». À l’évidence, on ne peut construire une relation sur de tels sentiments.

Ne lui faites pas trop de compliments

« Un ex me couvrait sans cesse de compliments », dit Rachel, de Harrisonburg en Virginie. « C’était à un point tel que je ne le croyais plus, et je me suis dit qu’il disait ces choses à toutes les femmes qu’il fréquentait ». L’hypocrisie n’est pas une bonne chose, mais ce n’est pas le pire : « Ça lui plaira au début, mais vos flatteries continuelles finiront par l’effrayer », indique le Dr Glover. Oubliez le déluge d’éloges habituel, et montrez qu’elle compte pour vous en lui adressant un compliment qui vient du cœur, et en étant digne de confiance.

N’essayez pas d’aller trop vite

Après un rendez-vous réussi, vous vous sentirez peut-être contraint de l’inviter (immédiatement) à sortir le lendemain… et le week-end d’après aussi. Prenez votre temps – n’en faites pas le centre de votre attention au point de la submerger. Le Dr Glover vous conseille de vous voir une fois par semaine (tout au plus) au début d’une relation.

Si vous êtes trop impatient, la plupart penseront que vous êtes libre et en manque d’affection. « Après notre deuxième rendez-vous, cet homme voulait me voir tout le temps », dit Caroline, âgée de 28 ans et originaire de Los Angeles. « J’ai commencé à me demander s’il avait une vie personnelle, mais je n’avais pas l’intention de rester dans les parages pour savoir ». Pour ne pas subir le même sort, trouvez un bon rythme, appréciez l’attente, et laissez les choses se dérouler tranquillement.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *