.
.

Le triomphe de la vérité

.

Ouverture du 6ème congrès ordinaire du Parti Communiste du Bénin:Philippe Noudjènoumè et les siens promettent l’insomnie à l’exécutif


Le 6ème congrès ordinaire du Parti Communiste du Bénin (PCB) s’est réuni jeudi à la salle bleue du palais des congrès. L’objectif principal du conclave s’inscrivait, rappelle-t-on, dans le cadre de la poursuite de la défense du peuple au nom de la liberté. En communion avec l’Union fait la Nation et beaucoup d’autre partis et fronts venus prendre part à ce conclave, le parti n’entend pas démordre.

La lutte serait plus que rude désormais. C’est, pour le moins, ce qu’on peut comprendre du message délivré par le Parti Communiste du Bénin lors de son 6ème congrès placé sous le thème « le prolétariat, les peuples du Bénin, du monde et la question de la prise de pouvoir aujourd’hui : les enseignements du marxisme-léninisme et l’expérience du Parti Communiste du Bénin ».

Le point primordial visé dans le thème, selon Philippe Noudjènoumè, c’est la question de la prise de pouvoir. Le secrétaire général du parti expliquait qu’on note déjà trop d’entraves au développement sous le régime de Boni Yayi et que dans cette perspective, « il est temps que le peuple prenne le pouvoir ».

Etant donné que ce sixième congrès du parti s’ouvre dans un contexte où le monde entier en général et l’Afrique en particulier sont en difficulté, il estime qu’il ne faut pas attendre la dérive totale avant de prendre les commandes des choses. Ce même message, appuyé de quelques dénonciations, est également adressé par les autres centrales syndicales, d’ici et d’ailleurs, venues prendre part à la cérémonie.

On peut noter la présence remarquable, à ce congrès, de Paul Essè Iko, Gaston Azoua, Laurent Mètognon, Dieudonné Lokossou et d’autre partis et fronts venus du Nigéria, du Ghana et du Burkina Faso. La dilapidation des fonds publics au nom de l’émergence et de la refondation, les scandales politico-financiers et d’autres dérapages émaillent l’exercice du pouvoir de Boni Yayi.

Les congressistes ont promis un veille permanente afin d’assurer le départ de l’actuel locataire du palais de la Marina du pouvoir en 2016. Notons que l’énergie était débordante au sein des participants venus à cette rencontre. Des chants et slogans de combat étaient de temps en temps entonnés et repris en liesse par les militants, membres et sympathisants.

L’UN n’est pas restée en marge de l’événement

Représentée à l’occasion par un de ses membres influent, Idji Kolawolé, l’Union fait la Nation a dit son satisfécit au sujet du succès du congrès. Le bloc politique, par la voix de son représentant, s’est rallié à la cause du PCB et compte l’accompagner.

 Il en a profité pour féliciter tous les membres du parti, notamment son secrétaire général, Philippe Noudjènoumè puis a invité, par la même occasion, tous les démocrates à s’unir, au plus vite, au sein d’un front afin de garantir la défense de la patrie et la préservation contre l’autocratie.

Teddy GANDIGBE (Coll.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *