.
.

Le triomphe de la vérité

.

MAGAZINE:7 façons d’améliorer votre relation dès aujourd’hui


7 façons d’améliorer votre relation dès aujourd’hui

Alors, il y a un petit ralentissement sur l’autoroute de l’amour ? Peut-être avez-vous rencontré l’homme ou la femme de votre vie, mais l’étincelle a besoin d’être ranimée. Pas de panique ! Même les couples les plus romantiques et les plus parfaits de l’univers connaissent des zones de turbulences. Tout ce dont votre relation a besoin, c’est d’un petit coup de pouce.

Et qui mieux que vous peut le lui donner ? « Beaucoup de gens pensent, à tort, qu’un couple doit travailler ensemble pour améliorer une relation », explique le Dr Michelle Gannon, psychologue à San Francisco et créatrice du site MarriagePrep101.com. « Pourtant, même si une seule personne change… la dynamique de la relation peut changer. » En gardant cela à l’esprit, voici sept petites choses que vous pouvez faire pour améliorer votre relation dès aujourd’hui. Qu’attendez-vous ?

1. Soyez présent

Il est parfois difficile de rester « dans le moment », surtout avec les téléphones portables qui sonnent et les responsabilités au travail qui nous éloignent de notre partenaire, mais nous devons essayer de nous concentrer sur le moment présent autant que possible si nous voulons que notre relation soit saine. « Essayez de répondre par l’affirmative quand votre partenaire vous sollicite », conseille le Dr. Gannon. « Posez des questions, montrez que vous comprenez et dites-vous « oui » autant que possible. » Des recherches ont démontré qu’au sein des couples heureux, on répondait aux demandes d’attentions de son partenaire 86 % du temps, et dans les couples malheureux seulement 30 %. »

2. Gardez un peu de temps juste pour vous deux

« Tous les couples devraient avoir un moment sacré rien que pour eux dans la semaine », déclare le docteur Irene S. Levine, psychologue et auteur de Best FriendsForever: Surviving a Breakupwithyour Best Friend (Amis pour la vie : surmonter une rupture avec votre meilleur ami), « qu’il s’agisse d’une sortie en amoureux ou d’un dîner tranquille à la maison après que les enfants sont couchés. »

3. Touchez-vous

Le docteur MelanieGreenberg, psychologue clinicienne californienne, pense que dans une relation, « plus de contacts physiques pour montrer son affection, par exemple un câlin ou une étreinte », rend tout le monde plus heureux. Même si c’est simple, on a vite fait d’oublier que ces petites manifestations d’affections comptent vraiment. Et quand on ne peut pas être en contact physique avec son partenaire ? « Appelez-le dans la journée, juste pour dire bonjour », suggère le Dr Greenberg. « Soyez patient et compréhensif. Tout le monde est surmené et grognon, de nos jours. »

4. Faites le ménage

« Les principaux sujets de dispute au sein d’un couple sont l’argent, le sexe, l’éducation des enfants, le ménage et les beaux-parents », explique le Dr Greenberg, alors « faites votre part du ménage. » Cela peut sembler une broutille si votre partenaire et vous vous disputez au sujet de choses plus graves, mais les petits gestes peuvent créer des cercles vertueux. Une vaisselle propre et du linge plié contribuent à rendre un foyer plus heureux.

5. Parlez des menus détails de votre journée

Parlez aussi de sexe. « Prenez le temps de vous reconnecter [le soir] en consacrant une demi-heure à discuter de vos journées », propose le Dr Gannon. Nous l’avons tous entendu un million de fois : communiquez, communiquez, communiquez ! Après tout, c’est sympa d’avoir quelqu’un qui compatit quand on est pris dans les embouteillages en rentrant le soir, et c’est encore plus sympa d’avoir quelqu’un avec qui célébrer les petites victoires de la vie. Si vous et votre tendre moitié avez déjà l’habitude de le faire, bravo ! Mais ce n’est pas une raison pour allumer la télé et passer à autre chose. Quand vous avez fini de parler de votre journée, ce n’est pas une mauvaise idée de poursuivre la conversation sur un terrain plus coquin. « Les couples qui ont des conversations intimes sur leur vie sexuelle sont plus heureux dans leur relation », explique le Dr Gannon.

6. Faites rire votre partenaire

Rien de tel qu’un fou rire pour illuminer sa journée ! Si vous n’êtes pas comique de nature, ce n’est pas grave. Pas besoin d’enchaîner les blagues pour améliorer votre relation. Allez voir une comédie, ou regardez un programme amusant à la télé, ou si vous avez lu quelque chose de drôle sur Internet dans la journée, tâchez de le raconter à votre partenaire dès que vous le pouvez.

7. Prenez la vie du bon côté

Parfois, on a l’impression que l’être humain est programmé pour ne pas être satisfait de sa vie. Cela le pousse à gravir des montagnes et à créer des entreprises, et plus globalement à avancer, mais cela signifie aussi que nous avons tendance à ne pas voir les choses qui marchent bien et nous rendent vraiment heureux dans la vie, pour nous concentrer sur ce qu’il faudrait améliorer. Accusez les livres de développement personnel, accusez la télévision, mais n’accusez pas votre partenaire pour chaque petite imperfection de votre vie.

 Cultivez le bonheur, et plus généralement une meilleure atmosphère pour votre relation, en prenant le temps d’apprécier et de vous rappeler ce que vous aimez chez l’autre, et de lui dire ce que vous pensez. « Mon amour », pouvez-vous dire, « merci de toujours me dire à quelle heure tu rentres à la maison. » Ou peut-être : « Mon cœur, j’apprécie que tu choisisses toujours de super restaurants à essayer. Je ne dois jamais y penser, et c’est vraiment génial. »

__________________________________________________________________________________________________________________

Sexo

Les larmes des femmes nuiraient à la libido des hommes

Les larmes, un tue-l’amour ? Les substances chimiques présentes dans les larmes féminines auraient le pouvoir de faire baisser l’excitation des hommes, en diminuant leur niveau de testostérone. Des chercheurs du Weizmann Institute of Science and WolfsonHospital à Tel Aviv ont fait cette découverte dans le cadre de travaux pour évaluer le rôle des larmes dans la communication non verbale et particulièrement dans le comportement sexuel.

Leurs résultats ont été publiés dans le magazine américain Science Express.Pour l’expérience, 24 hommes de 23 à 32 ans divisés en deux groupes ont senti les larmes des femmes versées pendant qu’elles regardaient des films tristes. Alors que l’équipe de chercheurs s’attendait à ce que les volontaires éprouvent une certaine empathie à l’odeur des larmes. A la place, leur fréquence cardiaque, le rythme respiratoire et le niveau de testostérone des participants ont indiqué une réduction des signes d’excitation sexuelle à leur plus bas niveau. Un IRM de leur cerveau pratiqué sur les participants a corroboré cette découverte.

Cette trouvaille pourrait ouvrir de nouvelles perspectives dans le traitement de certains cancers, pensent les chercheurs. « Il y a un certain nombre de maladies qui sont traitées en diminuant les niveaux de testostérone, qui joue un rôle dans le déclenchement du cancer de la prostate », assure le Dr NoamSobel du Weizmann Institute. Les larmes des femmes pourraient-elles servir un jour comme traitement efficace contre le cancer de la prostate ? De nouvelles études sont nécessaires avant d’envisager cette méthode.

Par Emilie Cailleau

_____________________________________________________________________________________________________

Le polyamour, ou comment dépasser la possessivité amoureuse

Entretenir une relation amoureuse avec plusieurs personnes de manière simultanée et sans tabou, c’est la liberté que revendiquent les personnes polyamoureuses. S’affranchissant des notions de conjugalité, d’exclusivité ou de fidélité propres aux règles de la monogamie, les polyamoureux cherchent à vivre leurs différentes histoires en toute sincérité avec leurs partenaires. Gaëlle*, polyamoureuse de 26 ans, expose sa vision des relations. Entretien.

Tf : Qu’est-ce que le polyamour ?

Gaëlle : Pour résumer, le polyamour désigne le fait d’entretenir des relations amoureuses avec plusieurs personnes de manière simultanée, honnête et transparente. Mais il n’existe pas qu’une seule définition du polyamour. Toutes les personnes qui le pratiquent choisissent la forme qui leur convient, et celle-ci peut évoluer au fil des relations. Les relations polyamoureuses sont à distinguer des relations polypartenariales, qui n’impliquent que l’existence de relations sexuelles, et non sentimentales.

Les relations polyamoureuses peuvent se construire autour d’un couple qui décide de ne pas fermer la porte aux sentiments que chacun et chacune peut potentiellement ressentir pour des tiers. Elles peuvent aussi s’organiser sans noyau principal. Elles se veulent non hiérarchiques ; une différence de nature entre les relations peut néanmoins exister.

Tf : Quels sont les avantages de telles relations ?

Le polyamour permet d’éviter les côtés négatifs de la monogamie, notamment la dépendance affective, les tabous et les drames causés par la jalousie et les soupçons. Il permet d’échapper à la norme monogame qui impose la rupture comme une obligation en cas de rencontre sentimentale et/ou sexuelle avec une autre personne. Le modèle traditionnel est contraignant en ce qu’il force à renoncer à vivre des histoires par peur de perdre une personne aimée. Il met toujours en danger les relations, il entretient un sentiment d’insécurité affective permanent. Par ailleurs, il suppose l’appropriation du corps de son ou sa partenaire et implique une forme de contrôle pour s’assurer de son exclusivité.

Tf : Comment s’organise la relation ? Y’a-t-il un contrat ? Des limites ?

Je considère, pour ma part, que je suis en couple avec ma copine, et, sans parler de « contrat », il est clairement établi entre nous que nous nous laissons la liberté de vivre d’autres relations, sexuelles ou affectives. Dans mon histoire, nous avons quelques règles, qui peuvent évoluer : par exemple, lorsque l’on part en soirée ensemble, on rentre ensemble. Nous nous mettons aussi au courant des relations que nous commençons si elles impliquent des sentiments et des répercussions sur notre histoire. Pour ce qui est des simples expériences sexuelles, je ne tiens pas à ce qu’elle me raconte tout dans le détail. Par contre, si je pose une question, je sais que j’obtiendrai une réponse honnête. Tout le monde ne fonctionne pas de cette manière. Je connais d’autres couples polyamoureux qui préfèrent tout se dire, ou encore prévenir en avance lorsqu’un nouveau partenaire potentiel entre en jeu.

Tf : Avez-vous rencontré des difficultés par rapport à la manière dont vous gérez vos relations ?

Pour des raisons pratiques, de gestion du temps notamment, il peut être compliqué d’entretenir plusieurs relations dans un même espace géographique. Il ne faut pas non plus croire que les relations polys sont toujours exemptes de jalousie. Il s’agit d’apprendre à la gérer, car on ne naît pas polyamoureux. Cette pratique est le fruit de questionnements sur la pertinence du couple monogame envisagé comme seul modèle légitime de relations.

Le polyamour implique une réflexion sur un certain nombre de comportements intériorisés et considérés comme inhérents à la liaison amoureuse (possessivité, jalousie etc.). Dans mon cas, c’est au fil de rencontres et d’échanges que j’ai construit ma vision des relations telles que je les pratique aujourd’hui, en sachant que ma manière de les envisager peut évoluer au cours du temps. Une autre difficulté majeure est d’établir des règles en faisant en sorte qu’elles conviennent à tous les partenaires.

Mais les préjugés les plus tenaces viennent de l’extérieur : souvent, les relations polyamoureuses ne sont pas considérées comme de « vraies » relations, elles ne sont pas valables aux yeux de la société. Elles ne sont pourtant ni moins fortes, ni moins importantes ! Pour beaucoup, le polyamour ne serait qu’une « peur de l’engagement » due à une immaturité affective. Il est nécessaire de reconnaître la validité de tous les modes de relations, tant qu’ils font l’objet d’un accord entre les partenaires.

Au niveau de la famille, souvent attachée au modèle du couple traditionnel, il est difficile de faire son « coming out » de polyamoureuse. Les problèmes peuvent aussi venir, lorsqu’on est poly, d’un partenaire qui souhaite imposer l’exclusivité comme condition de la relation. Il y a souvent peu de négociation possible dans ce cas : la parole et les désirs de la personne poly seront a priori illégitimes car ils vont à l’encontre de la norme dominante en matière de relations.

Gaëlle souhaite garder l’anonymat sur son nom de famille

Viviane Clermont,

terrafemina.com

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *