.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tensions socio-politiques au Bénin:Et si Boni Yayi écoutait Albert Tévoèdjré ?


Le Médiateur de la République, Albert Tévoèdjré l’a vu venir. Et pourtant, le climat socio-politique s’est fortement détérioré en dépit de son pathétique appel en direction du Chef de l’Etat pour mettre à profit la célébration de la fête nationale du Bénin en vue de créer la synergie entre les fils et filles du Bénin.

En effet, dans une démarche prospective, le Médiateur de la République avait adressé une lettre au premier magistrat du pays pour préconiser le dialogue et faire baisser la tension persistante en vue de favoriser une synergie d’actions dans la marche du Bénin vers son développement. Cette adresse du professeur Albert Tévoèdjré à Boni Yayi, intervenue quelques jours avant les festivités marquant le 52ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale, n’aura cependant pas eu l’écho souhaité par le Renard de Djrègbé auprès du Chef de l’Etat. Ce dernier aura même réussi, à la faveur de son entretien avec la presse nationale le 1er août dernier, à liguer contre lui et son régime aussi bien la classe politique que les syndicalistes et les acteurs de la société civile.

Albert Tévoèdjrè ignoré, le FOGECA à la rescousse

L’exacerbation de la tension socio-politique à l’issue de la célébration du 1er août dernier ont donné raison au Médiateur de la République. Accusé d’être absent dans la recherche de solutions à certains problèmes majeurs, Albert Tévoèdjré a montré à la face du monde sa notable participation à la préservation de la paix sociale au Bénin. En faisant l’option d’ignorer les conseils du vieux sage de Djrègbé, l’un des artisans de son accession à la magistrature suprême, Boni Yayi endosse pour sa part la responsabilité de la montée de l’adrénaline qui a nécessité l’intervention d’une médiation extérieure au Bénin pour relancer le dialogue entre lui et ses interlocuteurs notamment Sébastien Ajavon et Patrice Talon.

En effet, la médiation du président du Forum des Opérateurs pour la Garantie de l’Emergence en Afrique (FOGECA), Amadou Diagne pour ramener les différents protagonistes à la table de la négociation, constitue indéniablement, aux yeux de nombreux observateurs, la conséquence du rejet par le Chef de l’Etat des propositions du Médiateur de la République.

Ainsi, si cette intervention du FOGECA est salutaire et renforce la coopération africaine, il n’en demeure pas moins qu’elle témoigne de la nécessité pour Boni Yayi de rester à l’écoute des solutions endogènes aux différends internes qui constituent, bien des fois, des pistes de solution pour maintenir le Bénin à l’abri de situations ingérables.

Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *