.
.

Le triomphe de la vérité

.

Ambiguïté dans la trésorerie de l’hôpital:De graves soupçons de détournement au CNHU


Le Directeur général du CNHU-HKM, Idrissou Abdoulaye

Le Directeur général du Centre national hospitalier Hubert K. Maga (CNHU-HKM) a frappé fort mercredi dernier. Par note de service 0875/MS/CNHU-HKM/DA/SRH/DARH/SSC du 22 juin 2012, il a suspendu deux employées de bureau utilisées comme caissières. Et pour cause, elles sont soupçonnées d’être impliquées dans la disparition des identités en même temps que des montants de prestations payées à la caisse de même que la transformation à zéro des montants relatifs aux paiements du 1/5 des coûts des prestations faites aux bénéficiaires de bulletin de prise en charge.

Selon des sources généralement bien informées, le montant du forfait s’élèverait à des dizaines de millions de FCFA qui se sont volatilisées durant plusieurs années. Le système mis en place a consisté à faire annuler par le système informatique de l’hôpital des encaissements à certains moments de la journée. Les fonds ainsi subtilisés entrent dans certaines poches. Le plan a pu fonctionner grâce à des complicités au niveau du service informatique. C’est une mission de contrôle diligentée pour vérifier les sources des nombreuses difficultés financières de l’hôpital qui a décelé le dysfonctionnement.

Pendant que toutes les caisses présentaient des niveaux de recettes jugés normaux, deux caisses principalement se vidaient systématiquement à certains moments de la journée. C’est ainsi que durant des années, le CNHU-HKM a rencontré d’énormes problèmes financiers, malgré les subventions du gouvernement et les efforts des travailleurs. Les rentrées d’argent émanant des patients sont ainsi siphonnées et disparaissaient sans trace.

Les soupçons de la commission d’enquête ont été portés devant le tribunal de première instance et de première classe de Cotonou. Les enquêtes sont en cours. Mais les travailleurs du CNHU-HKM sont remontés contre la gestion faite de cette affaire. Ce jour, ils sont en assemblée générale.

Car, chacun soupçonne des appuis extérieurs ayant permis aux deux présumées coupables de demeurer en poste jusqu’à mercredi, jour où, sans doute inquiétées par la grogne interne, la note de service portant suspension prise depuis le 22 juin a fini par être notifiée aux agents concernés. La mise au clair de cette situation permettra certainement d’assainir la trésorerie de cet hôpital de référence.

Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *