.
.

Le triomphe de la vérité

.

Promotion des PME à la base:Madina Séphou au contact des unités de transformation de karité


Le karité est ici présenté à Perma à la ministre (à gauche) par la présidente du groupement Ababori

Les unités de transformation de karité de l’Atacora-Donga vont connaître bientôt une nouvelle dynamique. Au terme du second jour de la tournée engagée jeudi dans les unités de transformation de karité des départements de l’Atacora-Donga, la ministre Madina Séphou a pu toucher du doigt les besoins et particularités de ces unités construites depuis quelques années. Ce vendredi 08 juin, la ministre de l’industrie et du commerce s’est rendue à Kotopounga et Perma dans la commune de Natitingou et à Birni dans la commune de Kouandé.

Des sources de défi

A Kotopounga, les femmes du groupement Sorotori, bien qu’engagées dès le départ dans les travaux de transformation du karité, se sont vite découragées suite à la panne de l’un des équipements installés. Sur les dix-huit qui se sont mises ensemble, quinze sont demeurées dans le groupement et seulement cinq y sont réellement actives. Selon la secrétaire du mouvement Sorotori, Christine Yarassima, cette situation est due aux pannes enregistrées par les équipements et qui ont découragé bon nombre d’entre les membres.

Les réparations effectuées sans grand succès par un artisan de la localité n’ont servi qu’à aggraver la situation. Résultat, Kotopounga, malgré un équipement de très bonne qualité ne fonctionne pas et l’unité de transformation installée à grands frais végète au milieu de la végétation. Pour le chef service technique et bureau d’étude de la Coopérative béninoise de machines agricoles (COBEMAG) qui a installé les équipements, il se pose un problème de bonne volonté des transformatrices de la localité. Elles n’ont pas voulu dégager un volontaire pour recevoir la formation en maintenance des équipements qui permet à l’unité de rester autonome.

 « Nous devons mettre un accent particulier sur la formation », déclare alors Emmanuel Assogba. La ministre Madina Séphou a attiré l’attention des femmes réunies, sur la nécessité d’une adhésion libre et volontaire aux groupements féminins. Elle a alors demandé aux responsables de reprendre les choses en main afin de ne pas décevoir la mairie de Natitingou qui a mis à la disposition de ces femmes non seulement des équipements d’accompagnement mais aussi des fonds.

Changement de décor

A Perma, arrondissement de la commune de Natitingou, c’est avec enthousiasme que les femmes du groupement Ababori ont accueilli la ministre et sa délégation. Et pour cause, malgré le manque d’équipements, elles sont parvenues à transformer l’unité en leur centre de travail. Selon Séfou Garba Abiba, trésorière du groupement, les femmes d’ici peuvent produire jusqu’à 300 à 500 kg de beurre par jour. Mais le moteur livré à Perma est de 12 chevaux au lieu des 16 chevaux règlementaires.

Résultat, la machine a été installée mais n’est pas fonctionnelle. Transparence dans la gestion des fonds, enthousiasme du groupement, formation continue des membres, volonté de commercialiser le produit sont des ferments ayant permis au groupement de se faire remarquer de tous. Car, en plus du beurre, Ababori produit aussi des sirops d’orange, de citron et d’ananas.

La satisfaction de la ministre était réellement remarquable. A Birni, dans la commune de Kouandé, le même enthousiasme est notable, même si le stock d’eau est encore à revoir. Le groupement Nonè composé de 57 membres fait face à des problèmes de pièces de recharge. Madina Séphou a salué les efforts et encouragé les femmes à ne pas baisser les bras, malgré les difficultés.

Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *