.
.

Le triomphe de la vérité

.

Promotion des droits humains au Bénin:La société civile à l’avant-garde de la refondation de la CBDH


Les deux experts au cours de leurs échanges avec les acteurs de la Société civile

L’hôtel du Port de Cotonou a abrité le mercredi 06 juin, une concertation entre des acteurs d’organisations de promotion des droits humains et les experts Jean-Bernard Marie de l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’homme (AFCNDH) et Bamazi Tchaa du Haut-commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies (HCDH). La revitalisation de la Commission nationale des droits de l’homme était au cœur de leurs échanges.

Depuis plusieurs années, la Commission béninoise des droits de l’homme n’est plus que l’ombre d’elle-même. C’est devant ce triste constat et en liaison avec le Haut-commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies (HCDH) et l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’homme (AFCNDH) que depuis 2009, le Ministère de la Justice, de la législation et de droits de l’Homme du Bénin a décidé de la mise en œuvre d’un projet d’accompagnement à la refondation de la Commission béninoise des droits de l’Homme (CBDH). C’est dans ce cadre qu’après leur séjour au Bénin en 2010 pour évaluer l’ancienne commission, le Professeur Jean-Bernard Marie de l’AFCNDH et Bamazi Tchaa du HCDH effectuent une deuxième mission d’évaluation du processus de renaissance de la CBDH du 04 au 08 juin.

Ainsi, conscients du rôle majeur des organisations de la société civile dans le processus en cours pour doter le Bénin d’une CBDH à l’avant-garde de la promotion et de la défense des droits humains, les deux experts ont fait de la consultation de ces derniers l’un des temps forts de leur séjour au Bénin.

 A en croire le professeur Jean-Bernard Marie, le rôle de la société civile est d’autant plus important que la CBDH qui a pour mission « d’aider les Etats à améliorer leurs performances en matière des droits humains » doit réunir plusieurs critères conformes aux principes de Paris de 1991 tels que l’indépendance, l’autonomie financière, la composition pluraliste etc. C’est d’ailleurs ce qui explique le choix du Bénin de procéder au vote d’une loi consacrant l’avènement de la CBDH. Aussi, explique Bamazi Tchaa, le rôle des acteurs de la société civile est crucial pour l’aboutissement de la proposition de loi en cours d’examen en prélude à son vote à l’Assemblée nationale.

Somme toute, à l’issue des échanges qui ont permis de mieux appréhender les attentes des deux experts vis-à-vis de la société civile dans le processus de mise en place de la CBDH, les participants ont pris l’engagement de jouer pleinement leur partition en vue de doter le Bénin d’une commission véritablement au service de la promotion des droits de l’homme.

Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *