.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réduction des cas d’enfants malnutris au Bénin: L’ACFM suscite l’implication des banques commerciales


Quelques membres du présidium lors du lancement des travaux de la concertation

La section béninoise de l’Alliance Contre la Faim et la Malnutrition (ACFM) a initié mercredi une journée de concertation sur le droit à l’alimentation et sur la problématique de la garantie dans le financement des activités rurales par les banques commerciales au Bénin. L’événement s’est déroulé dans la salle de conférence du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

A l’ouverture des travaux, le président de l’ACFM/Bénin, Félix Tékpon Gblotchaou a rappelé aux participants, la triple logique de cette journée. Selon ses dires, elle vise, avant tout, à donner de la visibilité à l’ACFM, à jeter les bases de la mise en route des démarches pour l’adoption d’une législation sur le droit à l’alimentation au Bénin, puis à créer un dialogue pouvant asseoir un climat de confiance entre les banques commerciales, assureurs et le secteur rural béninois. Le but visé selon les propos de Félix Tékpon Gblotchaou est d’accompagner l’Etat béninois dans ses politiques d’éradication de la faim et de la pauvreté.

Et pour y parvenir, il a estimé que l’implication des banques commerciales s’avère nécessaire. Et c’est pour faciliter cette implication qu’il dit avoir initié cette journée afin que s’instaure le dialogue entre acteurs ruraux et banques commerciales. C’est une conviction que partage également la coordonnatrice internationale de l’ACFM, Marie-Christine Laporte qui a fait observer que les institutions bancaires ont un rôle capital dans la lutte contre la faim et la malnutrition qui constituent le crédo de son institution.

Elle s’est, par ailleurs, réjouie de la propension que prend désormais l’ACFM dans le monde. Selon ses dires, déjà 60 alliances nationales sont créées à travers le monde et 5 autres alliances régionales sont mises en place. L’objectif de tout ceci, aux dires du représentant de la représentante résidente du Fonds des Nations-Unies pour l’Agriculture (FAO), c’est de réduire à l’horizon 2015 de moitié, le taux des enfants malnutris.

Et c’est un objectif que partage le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, Idrissou Yacoubou Touré, représentant le ministre à l’ouverture des travaux de la journée. Il a promis le soutien ferme du Ministère aux actions de l’ACFM/Bénin afin que l’ambition de réduction de la pauvreté que vise le gouvernement à travers son plan stratégique de relance du secteur agricole (PSRSA) soit réalisée.

Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *