.
.

Le triomphe de la vérité

.

7ème Conférence Learning Africa à Cotonou:Des centaines d’experts échangent sur les opportunités de l’éducation numérique pour l’Afrique


Une vue partielle des participants venus de tout le continent et d’ailleurs

Le Palais des congrès de Cotonou abrite depuis mercredi la 7ème édition de la Conférence internationale eLearning Africa. Entièrement dédiée aux Technologies de l’information et de la communication (TIC) appliquées au développement, à l’enseignement et à la formation, la conférence à laquelle prennent part des centaines d’experts venus d’Afrique et d’ailleurs, est organisée par l’International Conferences, Workshop and Exhibitions (ICWE GmbH), en collaboration avec le gouvernement béninois. C’est Max B. Ahouékè, le ministre béninois de la Communication, des technologies de l’information et de la communication qui en a ouvert les travaux en présence du 1er Ministre Pascal Irénée Koupaki.

Contribuer à mettre en place des infrastructures éducatives durables et efficaces. C’est l’un des objectifs visés par eLearning Africa, l’événement de renforcement des capacités le plus important et le plus complet dans le domaine de l’éducation et de la formation basées sur la technologie en Afrique. Après l’Ethiopie, le Kenya, le Ghana, le Sénégal, la Zambie et la Tanzanie, le continent africain se retrouve au Bénin, pour démontrer ce qu’il fait de mieux avec les TIC.

Ainsi, depuis mercredi, les centaines de participants, à travers des conférences, ateliers, démonstrations pratiques, stands d’exposition, etc., échangent et partagent sur l’opportunité qu’offrent les TIC aux pays africains de relever les nombreux défis de la plupart des systèmes éducatifs comme le manque d’enseignants, d’infrastructures adéquates, etc. Selon le ministre Max B. Ahouèkè, il s’agira, pour ce faire, « d’utiliser les nouvelles TIC comme moyens de formation, d’acquisition de nouvelles connaissances, de permettre aux étudiants, enseignants, chercheurs, journalistes et hommes d’affaires africains d’acquérir des formations à n’importe quel point du globe aussi bien dans les grandes universités européennes, américaines, asiatiques ou africaines et autres, cela, en réduisant leur coût et en aménageant leur temps d’études».

Ambitionnant de devenir « le quartier numérique de l’Afrique », le Bénin, fait-on remarquer, a tout à gagner de cette rencontre. Voyant dans ce forum « une occasion exceptionnelle d’échanges, de partage et d’enrichissement mutuel » Max B. Ahouèkè a estimé que le Bénin « ne peut s’offrir le luxe de refuser le progrès qu’apporte l’éducation à distance, notamment le eLearning » avant d’inviter enseignants et formateurs de tous les ordres à penser autrement les façons dont ils auront à dispenser leur savoir. « Ils doivent comprendre que l’eLearning leur offre une toute nouvelle opportunité d’échanges avec leurs apprenants », s’est ainsi exprimé le ministre avant de les rassurer de ce qu’il n’enlève rien aux anciennes méthodes d’enseignements mais (…) offre des possibilités complémentaires ».

 A noter que M. Ahouèkè a profité de l’occasion pour lancer le rapport eLearning Africa 2012 qui revient sur l’utilisation que font les Africains des nouvelles technologies pour l’amélioration de l’éducation et de la formation dans le continent. Véritable rendez-vous du donner et du recevoir où se nouent de nombreux contacts et partenariats, la 7ème Conférence internationale consacrée au TIC appliquées au développement, à l’enseignement et à la formation prend fin cet après-midi.

Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *