.
.

Le triomphe de la vérité

.

OPINION DE ABDOULAYE BIO TCHANE:Une crise riche en enseignements


La crise économique qui a commencé aux Etats Unis a eu des conséquences effroyables sur la planète. D’abord financière- elle a débuté par la faillite des subprimes, des crédits hypothécaires difficilement recouvrables-, elle s’est ensuite étendue au reste de l’économie Son ampleur a conduit les gouvernements à allouer des ressources massives de liquidités.

Aux Etats Unis, un montant total de plus de 1500 milliards de dollars a été injecté dans l’économie entre 2008 et 2009 tandis que les européens injectaient plus de 1000 milliards de dollars.

Mais depuis, la crise a pris une autre tournure en devenant purement et simplement une crise de la dette.

Pour la juguler, certains pays d’Europe tels que la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Italie et l’Espagne ont pris des mesures draconiennes d’austérité:

• Au niveau budgétaire : la réduction des dépenses notamment sociales, l’augmentation des impôts et l’adoption de réformes pour une meilleure orthodoxie budgétaire.

• Au niveau financier : surveillance plus rigoureuse et restructuration des systèmes bancaires.

• Au niveau structurel : libéralisation de certains secteurs de l’économie et le marché de l’emploi.

Ces mesures font dire que le fameux «Consensus de Washington» –nom donné dans les années 1980 aux plans d’ajustement conseillés par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale aux pays en développement souffrant d’une dette insoutenable – a le vent en poupe à Bruxelles. En effet, comme en Afrique pendant les années 1980, les populations européennes vivent au jour le jour les affres de la crise. Les fonctionnaires de l’administration publique grecque, les chômeurs au Portugal, les « Indignados » d’Espagne ont tous en commun leur révolte contre les mesures drastiques d’austérité de leurs gouvernements respectifs.

Au-delà de l’ironie de cette situation, l’actuelle crise internationale est porteuse d’un certain nombre d’enseignements pour l’Afrique:

D’abord, aux mêmes maux les mêmes remèdes : Le «consensus de Washington» montre qu’un endettement trop élevé appelle nécessairement des ajustements drastiques.

Ensuite, L’Etat doit jouer son rôle dans l’économie tout en laissant les marchés évoluer naturellement que possible. Il doit continuer à assumer sa fonction de régulateur afin de veiller à ce que tous les acteurs respectent les règles du jeu. Dans son rôle régalien, l’Etat a aussi le devoir de protéger les populations.

En outre L’intégration économique est nécessaire. Les pays de l’Union Européenne en ont montré les avantages. Plus on est solidaire, mieux on résiste aux chocs.

Le paradoxe de la présente crise est qu’elle semble moins affecter les pays pauvres et les pays émergents. L’essor de ces derniers donne aujourd’hui plus de visibilité au G20 qu’au G8. Bien que cela n’ait pas substantiellement bouleversé l’ordre économique, la montée en puissance des économies émergentes est évidente.

L’Afrique devra compter d’abord sur elle-même pour mobiliser les ressources nécessaires à son développement. Alors même que les pays du G8 n’ont pas pu honorer la promesse qu’ils avaient faite en2005 de porter à 50 milliards de dollars l’Aide Publique pour le continent, il est intéressant de constater la célérité avec laquelle les Etats-Unis et l’Europe ont pu réunir les énormes ressources grâces auxquelles ils ont soutenu leur économie ces dernières années.

Ces leçons ne sont pas exhaustives et sont encore moins définitives car cette crise n’a pas encore livré sa dernière surprise. L’Afrique doit donc rester vigilante si elle veut saisir les opportunités qui se présentent au moment où pour une fois le consensus des analystes sur le fait que le continent connait depuis plusieurs années une croissance solide. Une meilleure gestion des ressources minières et du potentiel agricole, une jeunesse mieux formée et plus entreprenante, et une volonté de réformer plus affirmée : autant d’évolutions déjà perceptibles qui peuvent justifier l’optimisme de ceux qui pensent que le temps de l’Afrique est venu.

Par Abdoulaye BIO TCHANE

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *