.
.

Le triomphe de la vérité

.

Environnement – Santé: Le quartier Ladji, un cas typique de taudis


Les enfants,principales victimes de l’insalubrité

Le lancement le 29 mars dernier du rapport 2012 de l’UNICEF sur La situation des enfants dans le monde a mis à jour la réalité des inégalités intra-urbaines. Retenu pour abriter les manifestations officielles du lancement, Ladji, un quartier de Cotonou, traduit bien ces inégalités. Habitations en matériaux précaires, envahies ça et là par la végétation, immondices par-ci, par-là, saleté repoussante à certains endroits.

Nous sommes à Ladji, un quartier de la capitale économique. Situé au bord du lac Nokoué, Ladji est un cas typique des quartiers pauvres qui ne cessent de proliférer dans les grandes villes. A Ladji, bien qu’étant dans la ville la plus moderne du Bénin, les populations vivent dans des conditions inadéquates mettant en péril leur vie.

 L’une des difficultés auxquelles sont confrontées ces populations reste l’accès à des systèmes d’évacuation des excréments. Evoquée par les élèves du quartier dans l’un de leurs sketches, cette absence de latrines conduit les riverains à risquer leur vie par des comportements insalubres. Obligés de faire leurs besoins dans des sachets qui sont par la suite jetés dans le lac, ils s’exposent à des contaminations fécales, notamment au choléra. Vivant littéralement dans des ordures pour certains, ils manquent également d’eau potable, vivent dans des logements inadaptés, en deçà des normes minimales retenues par le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat).

Inconscientes ou mal informées sur les risques sanitaires générés par l’insalubrité de leur habitat, ces populations subissent de plein fouet les inégalités intra-urbaines. Sans oublier le déchaînement des forces de la nature qui ne les épargne pas, notamment la pluie, bénédiction ailleurs et pourtant source de malheur pour les populations de Ladji. L’arrivée imminente des pluies n’augure d’aileurs rien de bon pour ces populations habituées à subir les affres de l’inondation. « Victimes naturelles » du phénomène, elles sont alors noyées par le déluge qui les déloge de leurs habitations et les exposent plus encore aux maladies et épidémies.

Principales victimes de la vie dans cet environnement, les enfants, surtout les plus jeunes, sont les premiers à subir les conséquences dramatiques de cette situation. Obligés d’évoluer dans ce milieu, ils y jouent, mangent et finissent par tomber malades. Paludisme, diarrhées, malnutrition, pneumonie,fièvre typhoïde ou choléra, les enfants payent un lourd tribut. L’Unicef estime d’ailleurs les taux élevés de mortalité infantile sont fréquemment observés dans ces zones, pourtant urbaines mais marquées par de grandes concentrations de pauvreté et de services insuffisants.

Flore S. NOBIME

                                                                         Taudis : les cinq principales privations

Selon le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), un ménage habite un taudis si son habitation ne présente pas une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

Accès à une source d’eau potable améliorée

Un approvisionnement suffisant et abordable d’eau de qualité, accessible rapidement sans avoir à déployer de trop grands efforts physiques.

Accès à un meilleur assainissement

Accès à des systèmes d’évacuation des excréments, sous forme de toilettes privées ou communes à un nombre raisonnable de personnes

Sécurité des droits fonciers

Preuves ou documents pouvant garantir la sécurité des droits fonciers ou fournir une protection contre les expulsions forcées.

Logement durable

Habitat permanent et adapté construit sur une zone non dangereuse, protégeant ses occupants des aléas climatiques (pluie, chaleur, froid ou humidité).

Surface habitable suffisante

Pas plus de trois personnes par pièce

Source : Rapport 2012 de l’Unicef

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *