.
.

Le triomphe de la vérité

.

Drame à Kassakou, commune de Kandi:Un homme tué pour avoir tué sa femme, une fin malheureuse à la Juliette et Roméo


Le village de Kassakou vit sous le choc d’un drame survenu dans la soirée de ce lundi. Un homme qui a donné la mort à sa femme a été abattu à son tour par sa belle famille. Les deux corps ont été remis aux parents pour inhumation ce mardi alors que les motifs de ce drame restent encore inconnus.

Le corps de Dafia GaiyaLe corps de Karimou

Il sonnait environ 19 heures ce lundi 12 mars 2012 quand une dispute éclate entre Karimou Gani N’Douro et sa femme Dafia Gaiya. La situation dégénère très vite au moment où Karimou assomme sa femme de coups de houe. Dafia Gaiya n’a pas pu supporter la violence des coups. Elle s’écroule et meurt sur le champ.

 Pris de panique, le mari prend ses jambes au coup. Mais il n’ira pas loin puisque les parents de la femme ont été très vite mis au courant de la mort de leur fille. Ils se mettent alors aux trousses de leur gendre qu’ils rattrapent après quelques minutes dans un champ de coton. La correction a été dure. Les coups de machette et de couteaux pleuvent sur Karimou qui en décède.

Le corps de Gaiya est resté étendu dans le sang durant la nuit dans la chambre conjugale alors que celui de Karimou est resté dans le champ de coton jusqu’à ce mardi matin. Saisie de la situation, la brigade territoriale de Kandi est allée pour les constats avant de remettre les deux corps aux parents pour inhumation.

Karimou Gani N’Douro, 32 ans et Dafia Gaiya, 25 ans environ quittent ce monde laissant derrière deux enfants dont le dernier, un garçon est âgé de deux ans seulement. Les motifs qui ont poussé le jeune mari à tuer sa femme restent pour le moment un mystère.

Ce drame intervient quelques jours seulement après la célébration de la 17ème édition de la journée internationale de la femme avec pour thème « Autonomisation de la femme rurale ».

On est donc poussé à se demander si la femme rurale peut vraiment être autonome dans des conditions pareilles.

Nicolas AGBIKODO (Coll.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *