.
.

Le triomphe de la vérité

.

Le président de l’Association nationale des communes du Bénin, Soulé Alagbé rassure:« Après la crise, l’ANCB est au travail »


Le président de l’Association nationale des communes du Bénin, Soulé Alagbé

Le mutisme de l’Association nationale des maires du Bénin (ANCB) n’est pas synonyme de mort. C’est ce qu’a affirmé hier, dimanche 04 mars 2012, le maire de la ville de Parakou et président de ce creuset, Soulé Alagbé au cours de l’émission « Zone franche » de Canal 3.

Comment se porte l’ANCB ? Le président de l’Association nationale des maires du Bénin, Soulé Alagbé estime que le creuset de défense des intérêts des communes béninoises se porte bien. Ainsi, pour son président, après la longue crise qui l’a secouée, l’ANCB s’investit à favoriser le développement des communes. Ainsi, s’il reconnaît des difficultés dans la mobilisation de ressources propres, il n’en demeure pas moins, à en croire Soulé Alagbé, que plusieurs actions sont à mettre à l’actif.

 Il en est ainsi, selon lui, des discussions qui ont permis au gouvernement de procéder au transfert de compétence aux communes en prélude à celle des ressources. En outre, le maire Soulé Alagbé a évoqué les efforts déployés pour favoriser la stabilité au sein des conseils municipaux où des guerres intestines fragilisent la mise en œuvre des actions de développent et soumettent plusieurs communes à des changements intempestifs de dirigeants.

Quel regard sur le découpage électoral ? La proposition du gouvernement de procéder au découpage administratif du territoire national en six (06) régions et vingt-neuf (29) départements ne laisse pas le président de l’ANCB indifférent. Pour Soulé Alagbé, cette démarche est salutaire. « Cependant, fait-il observer, elle doit obéir à deux conditions. « Le découpage territorial ne doit pas fragiliser la cohésion sociale et doit favoriser le développement ». Aussi, pour lui, l’étude du projet de loi gouvernemental relatif à ce découpage doit poser les jalons du rapprochement entre l’administration et l’administré et renforcer la cohésion au sein des populations.

Quel bilan après quatre ans de gestion ? Porté à la tête de la municipalité de Parakou à la faveur des élections d’avril 2008, le maire Soulé Alagbé refûte les accusations d’inertie formulées à l’encontre du conseil municipal. Pour lui en effet, depuis son accession à la tête de la municipalité de Parakou, l’une des trois villes à statut particulier du Bénin, bien des initiatives ont vu le jour pour améliorer les conditions de vie des populations et donner une image de marque à la cité de « Kobourou ».

 Il en est ainsi, selon ses propos, de la salubrité qui est devenue une réalité dans la capitale du nord du pays, de l’avènement d’infrastructures scolaires et sanitaires, de la réfection et la construction de voies publiques etc. Dès lors, pour le premier magistrat de la commune, de nombreux efforts ont été faits par le Conseil municipal qu’il dirige ; toute chose qui place la cité sur l’orbite du développement.

Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *