.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration du Conseil africain de défense des œuvres progressistes de Kadhafi:Houdou Ali et des Panafricanistes exigent une journée de deuil en mémoire du guide libyen


Suite au décès tragique du Colonel Mouammar Kadhafi le jeudi 20 octobre dernier, les panafricanistes lèvent le ton contre l’indifférence affichée par les dirigeants africains. Dans une déclaration rendue publique le samedi 29 octobre dernier, les panafricanistes réunis au sein du Conseil Africain de défense des œuvres progressistes de Kadhafi, une structure présidée par Houdou Ali, exigent clairement des Chefs d’Etat africains, une journée de deuil national pour respecter la mémoire de celui qu’ils appellent un digne fils du continent africain.

Par la même déclaration, le Conseil Africain de défense des œuvres progressistes de Kadhafi dénoncent les bombardements sur la Libye, lesquels selon leurs dires n’ont servi « qu’à assouvir la soif pétrolière de l’impérialiste spoliateur et prédateur impitoyable ». Lire l’intégralité de cette déclaration, un véritable réquisitoire contre l’Occident.

Donatien GBAGUIDI

                           Déclaration du Conseil Africain de Défense des Œuvres Progressistes de KHADAFI (C.A.D.O- KHADAFI)

Héritières et héritiers des glorieuses traditions de lutte des Samory Touré, Tchaka ZouIou, Béhanzin, Bio Guerra, Kaba, Patrice Lumumba, N’kruma, Sékou Touré, Thomas Sankara et autres illustres disparus qui ont fait le sacrifice suprême de leur vie pour l’honneur de l’Afrique et la dignité des peuples de notre continent, les panafricanistes ci-dessous signataires de la présente déclaration,

– ayant constaté avec une profonde amertume la démission de l’Union Africaine et celle de certains chefs d’ETATS Africains dans leur incapacité à résoudre la crise libyenne en toute souveraineté africaine sans l’intervention de l’occident impérialiste et arrogant,

-constatant que sous le prétexte fallacieux de protéger les populations, l’impérialisme international usant et abusant de la couverture du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies a bombardé et détruit pendant plus de six mois les réalisations économiques et socioculturelles de 42 années de Révolution Libyenne sous la direction courageuse et intrépide du Colonel Mohamar AL KHADAFI ;

-ayant compris aujourd’hui que les milliers de morts Libyens (enfants, jeunes vieillards, hommes et femmes) du fait de ce bombardement barbare et aveugle n’ont servis qu’à assouvir la soif pétrolière de l’impérialiste spoliateur et prédateur impitoyable ;

1 :-expriment par la présente, leur attachement indéfectible et sacré au droit du peuple Libyen à choisir lui-même ses propres dirigeants en toute souveraineté et en toute indépendance et cela à chaque époque de son histoire ;

2 :- refusent de se reconnaitre dans l’interprétation injuste et contre ¬véridique qui veut peindre en noir à 100% les 42 années de gestion du pouvoir par le Colonel Mohamar AL KHADAFI et ce en reconnaissant les graves dérives dont son propre Peuple a été victime du fait de sa gouvernance du pays ;

3:- s’engagent à compter de ce samedi 29 Octobre 2011à se constituer en Conseil Africain de Défense des Œuvres Progressistes de Colonel Mohamar Al KHADAFI, dont la mission essentielle est de :

3.1 :- faire le bilan critique et objectif de l’œuvre accomplie à la tête de la Révolution Libyenne en 42 années afin de faire la part entre ses erreurs à dénoncer et ses œuvres progressistes qui devront être sauvegardées, défendues et promues dans la conscience militante des peuples Africains en général et de la jeunesse en particulier pour préserver le flambeau du panafricanisme qui doit nous conduire inexorablement à l’avènement des Etats-Unis d’ Afrique qui n’est plus un rêve mais une exigence de notre époque qui est celle de la mondialisation et de la globalisation dans laquelle les micro-Etats ¬Nations hérités de la colonisation n’ont ni place ni perspective;

3.2 :-susciter de chacun des 53 Etats Africains des Comités Nationaux du Conseil Africain de Défense des œuvres progressistes du guide Mouammar Al KHADAFI, au sein desquels les peuples Africains doivent s’organiser pour exiger des – gouvernements Africains de :

a).-décréter dans chacun des 53 Etats Africains une Journée de Deuil National à la mémoire du panafricaniste Mohamar Al KHADAFI ;

b).-baptiser au moins dans chacune des Capitales Africaines au nom du panafricaniste Mohamar Al KHADAFI en vue de maintenir, dans le cœur des jeunes générations, inextinguible la Flamme Panafricaniste des Kwame N’khumah et Lumumba.

En avant pour l’avènement des Etats-Unis d’ Afrique Aujourd’hui et Maintenant !

Ouvrons tous pour la construction d’une Afrique Libre, souveraine, moderne et solidaire dans la Mondialisation et la Globalisation!

Le Conseil Africain de Défense des Œuvres Progressistes de

KHADAFI (C.A.D.O- KHADAFI)

Cotonou, le 29 octobre 2011

Reviews

  • Total Score 0%



3 thoughts on “Déclaration du Conseil africain de défense des œuvres progressistes de Kadhafi:Houdou Ali et des Panafricanistes exigent une journée de deuil en mémoire du guide libyen

  1. Farouck

    Je salue cette déclaration. Seulement, j’estime qu’un tel réquisitoire aurait été souhaitable depuis le début des bombardements contre la Libye et la démission affichée de l’Union Africaine. Khadafi reste et demeure un homme hors du commun. Ceux qui ont contribué ainsi à son décès n’ont fait que confirmer sa grandeur d’esprit. Khadafi n’est pas mort. Il vit éternellement. C’est Dieu Le Grand Juge et certes c’est à Lui que tout est ramené. Que les bénédictions soient.

  2. Adétutu

    Je pense que le monde se leurre, du moins ceux qui se disent toujours forts car ils dissimulent leurs faiblesses substantielles par leur force dans la matérialité : le subsidiaire de l’existentiel… La matière KHADAFI est tuée, mais c’est exactement comme un objet matériel (une maison, un stylo…) est brisé… l’humain est beaucoup plus que cela et ils paraissent l’ignorer : les deux autres dimensions substantielle et spirituelle sont éternelles et incarnent l’immortalité de l’existence de l’être… l’humain change d’état et je suis fermement inquiété pour ceux-là… Ailleurs, il y aura d’autres KHADAFI pour la conpensation dans un autre cycle ou plusieurs autres cycles existentiels jusqu’à l’accomplissement du fondamental équilibre…
    Que ceux qui peuvent comprendre le fassent, pour tous les autres je demande de la patience, de la persévérance et de la concentration dans l’observation et l’écoute…

  3. PAULH Alfred Houngnon

    Pour l’Afrique en un jour, merci à vous tous qui avez encore une lueur d’espoir.
    Il ne nous reste souvent qu’une seule étape à atteindre quand chaque fois, nos leaders charismatiques, héros nationaux à titres posthume sont éliminés de la même façon dans les mêmes circonstances par les mêmes puis, s’ensuivent les mêmes réactions.
    A ce jour, les héros passent tragiquement avec beaucoup d’émotions et de chagrins. Mais nous n’avions toujours pas eu le mérite/courage d’ériger un creuset vrai du PANAFRICANISME autour d’un noyau panafricaniste d’aujourd’hui et de demain et ceci, au grand damne de nos dites “Nations” poisons actuelles. Nos sortes de Nations sont sous-gouvernées par des arrivistes guidés par la boulimie du pouvoir opportuniste, sans raison, sans conscience profonde, sans sérieux, dans un snobisme outrancier à la tête de ceux qu’ils prennent comme des ignares (populasse).
    Ils sont condamnés au copinage et à la médiatisation forcés avec l’occident pour se faire une personnalité (ce que nous appelons par ignorance, la politique ou diplomatie……). Bref, nous indexons le néant en parlant de Nations Africaines.

    Il nous manque donc une action déterminante pour l’esprit panafricaniste, certes difficile mais inévitable pour la réussite d’un PANAFRICANISME sans faille. Il s’agit du rassemblement discret et progressif de tous les africains. Surtout, de la “JEUNESSE” africaine qui décrie déjà les cercles vicieux nationalistes hantés par des pouvoirs politiques transhumants dans des simulacres de nations antinationalistes au profit de leur intérêt égoïstes. La jeunesse africaine bien que fier de leur continent est suffoquée et pris en otage.
    On en dira trop pour peu.
    Il ne reste que cette démarche audacieuse qui doit passer par le développement progressif d’une stratégie pour informer, regrouper, rassembler, former et mouler la vraie population africaine dans ce que c’est que la valeur de l’homme (une grande carence dans nos quotidiens), son importance et son respect vis – à – vis de la nature qui l’héberge. Nous avions besoin d’une libération et le mouvement de libération ne peut plus passer par les révoltions classiques(sang et reconstruction).
    Nous sommes piégés entre les Néo-colons du NORD et leurs valets dans SUD. Et, si nos chefs “d’Etats” valets dans le SUD sont des répondants du NORD, qu’espérerons nous?
    Déjà, chaque jeune africain perd une grande partie de sa culture, son avenir, son intelligence, sa confiance chaque jour que Dieu fait. Et beaucoup de jeunes africains ont opté pour la longue traversée du désert dans l’espoir d’atteindre le continent fort, organisé, miroité, médiatisé; où, les plus forts et même les pires ennemis du monde s’unissent chaque jour pour être encore plus fort.
    Il ne nous reste que cette dernière carte car, ni le développement de l’Afrique, ni le soulagement des peuples et la préservation de leur identité ne passera par les gouvernements fantoches (Africains) bien appréciés par les occidentaux. Pire, l’héritage du passé colonial n’a pas permis de garder les secrets des armes, de la communication et de la domination. L’érosion et la ruine de nos cultures se poursuivent face à la frénésie de nos populations aux religions importées. Une bonne partie de notre potentiel de résistance et de protection est déjà mis à nu. Notre libération et notre révolution ne peuvent non plus pas passer par des idéologies (méthode surannée).
    Nous ne pouvons baisser les bras. Nous avions appris à subir et à résister. Maintenant, il nous faut anticiper et sur ce, il ne nous reste qu’un seul pas. Celui de regrouper la jeunesse africaine sans danse ni marche, sans chant ni fanfare, sans slogan ni révolte; dans un creuset PANAFRICANISTE de production de richesse utile à l’homme. Un mouvement stratégique, pratique, adapté, intelligent, auto-entretenu et conservateur des valeur endogènes sans toucher les sensibilités malveillantes (religions) qui nous ont abêties.
    Ce serait un creuset d’espoirs et audaces pour croire de nouveau en leur continent malgré toute la honte qui lui est imposée, les tragédies, les crimes, la misère effroyable, la gabegie, le mensonge, le pillage, la tricherie, les échecs, l’infériorité etc.
    Pour cette dernière étape du PANAFRICANISME réussi, nous avions besoin d’une armée sans armes et peut être sans guerre (qui veut la paix la prépare) mais d’organisation africaine, de production des valeurs africaines, de réflexion objective, de valorisation des ressources africaines, d’organisation d’élections africaines sans préjudice et sans frustration, de justice africaine etc.
    Nous avions besoin d’une armée sans frontière et sans bannière. C’est tout ce qui nous reste et ceci, à l’abri des regards nationalistes (politiques de l’heure), poisons pour l’unité et la souveraineté africaine.
    Bien sûr, il nous faut des stratèges, des penseurs, des idéologues, etc. et je crois que cette initiative m’en donne la preuve de leur raison d’existence.
    Nous avions tout sauf comment y arriver.
    La population active africaine est désespérée, dispersée et menacée dans une transhumance sans fin.
    Elle est emprisonnée dans des Etats trop petits, trop fragiles et par des groupuscules d’hommes politiques plébiscités par des démocraties fantaisistes au service d’ Etats trop grands, trop forts, et trop voraces.
    J’ai été prolixe et j’espère que je me ferai comprendre
    Je n’ai pas l’habitude des commentaires
    Merci infiniment pour l’initiative

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page