.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration au Bénin de la 4ème journée internationale de la démocratie:La société civile accuse, Mathurin Nago défend son institution


Vue partielle à l’Assemblée Nationale lors 4ème journée internationale de la démocratie

Comme annoncé, la journée de réflexion organisée par la cellule d’analyse des politiques de développement de l’assemblée nationale (CAPAN) sur le thème : « qu’est-ce que les citoyens attendent de leur parlement » dans le cadre de la commémoration de la 4ème journée internationale de la démocratie s’est effectivement tenue hier jeudi 15 septembre dans l’hémicycle du palais des gouverneurs à Porto-Novo. Ce fut une rencontre riche en échanges fructueux qui aura permis aux élus de la nation, surtout le président Mathurin Nago d’apporter un démenti formel aux accusations portées contre les députés, notamment ceux de la cinquième législature.

Les populations n’attendent rien de leurs députés ; les députés surtout ceux de la cinquième législature sont des paresseux, ils ne font pas le travail pour lequel ils sont payés… Faux rétorque le président de l’assemblée nationale le professeur Mathurin Coffi Nago, car dit-il « qui veut accuser son chien, l’accuse de rage ».

Il l’a fait savoir hier jeudi 15 septembre 2011 au cours de la journée de réflexion organisée par la Capan en collaboration avec l’institution parlementaire dans le cadre de la commémoration de la 4ème journée internationale de la démocratie instituée par l’union interparlementaire. Selon Mathurin Nago, les populations béninoises connaissent et apprécient bien leurs mandants et attendent beaucoup d’eux.

N’en témoigne l’accueil chaleureux qui leur est souvent réservé de même que les nombreuses préoccupations que soulèvent les populations lors des missions parlementaires à l’intérieur du pays. Même à l’extérieur du pays, les gens apprécient beaucoup le parlement béninois. Par rapport au bilan de la cinquième législature, le professeur Mathurin Nago a déclaré qu’elle a été de loin la mandature la plus productive en matière de vote de loi et du contrôle de l’action gouvernementale. Il a précisé qu’au total, quinze commissions d’enquête ont été mises sur pied sous la cinquième législature.

 Cependant, il a avoué que c’est seulement deux parmi ces commissions qui ont pu déposer leur rapport. En somme, Mathurin Nago assure que le parlement travaille beaucoup sans que les gens ne le sachent et c’est les députés eux-mêmes qui entretiennent les critiques qui sont formulées contre le parlement en disant souvent le contraire de la réalité de ce qui se passe à l’assemblée nationale. Cette réaction du président Nago est venue en réaction aux différentes récriminations faites par un certain nombre de personnalités de la société et d’acteurs publics qui sont intervenus lors du débat général qui a suivi les deux communications présentées.

La première communication présentée par le directeur de la Capan, le juriste publiciste Virgile Akpovo a porté sur le thème le parlement : mission républicaine ou représentation régionale ? La deuxième porte sur la perception par le citoyen du rôle du parlement et a été présenté par le juriste Moise Laleye.

Hugues E. PATINVOH

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page