.
.

Le triomphe de la vérité

.

Non reprise du championnat national de football:Le ministère des sports doit œuvrer pour le déblocage


Vues : 1

La crise qui secoue le football béninois a atteint son paroxysme actuellement. Les acteurs en présence ne veulent plus se parler et ne veulent plus rien entreprendre en chacun de son côté. Pour régler cette situation une fois de bon, il faut que le ministère des sports de mêle de la cause commune.

Il y a actuellement plus de 2000 footballeurs et un millier de responsables de clubs au chômage technique et ne savent réellement à saint se vouer. Les cadres du ministère de la jeunesse, des sports et des loisirs en général et le ministre Didier Aplogan en particulier doit sortir de son silence et faire en sorte qu’à défaut de sortir de la crise qui secoue la fédération béninoise de football, remettre le ballon sur l’aire de jeu.

 Les membres de la fédération n’ont la possibilité de faire reprendre le championnat parce que chacun interprète les textes comme il veut. Heureusement, le Bénin est un pays de droit. Didier Aplogan peut mettre en place une commission indépendante pour lire et interpréter les textes du conseil de gestion de la ligue de football professionnel. C’est de cette façon que le football béninois peut-être remis sur les rails.

Ne pas attendre la décision du Tas

Le Bénin regorge de grands juristes qui ont fait leurs preuves un peu partout dans le monde et leur impartialité n’est plus à démontrer. Ils sont admirés un peu partout dans le pays. Leur aura peut amener à faire accepter le fruit de leur réflexion à tout le monde. Il n’est plus possible d’attendre la décision du Tas (Tribunal arbitral du sport). Car, personne ne sait quand cette juridiction sportive va rendre le verdict final.

En ce temps, que feraient les clubs ? D’ailleurs, ce n’est l’Etat béninois qui a saisi le Tas. Donc, sa décision ne devrait pas être le dernier recours pour le Bénin. On doit cesser de prendre le verdict du Tas comme le bout du tunnel. Tant mieux si une partie est allée se plaindre au Tas pour que justice soit rendu, mais le Bénin a sa façon de fonctionner qui lui est propre. Le gouvernement doit gérer ce problème de façon légale. Le conseil de gestion décide de reprendre le championnat.

Il faut voir là où la question choque pour vite trouver une solution équitable pour tout le monde. Sinon, même si le ministre Didier Aplogan relance toutes les disciplines sans régler le problème du championnat de football, il aura échoué parce que le football est le porte-flambeau des sports en Afrique et au Bénin aussi.

José Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Non reprise du championnat national de football:Le ministère des sports doit œuvrer pour le déblocage

  1. DOS

    J’avoue que ce sont les cadres du ministère qui font demeurer la crise. Et le nouveau ministre aussi joue à leur jeu. malgré toutes ces descentes dans la rue rien n’y fit jusqu’à aujourd’hui. Dites moi quelle entreprise ou société qu’a installé ce régime deu changement ou de refondation depuis 2006, qui emploie plus de 2000 employés et faire dégager des millard de francs? Aucune aucune!!!!! Alors comment voulons nous émmerger, changer ou refonder notre pays? c’est la jeunesse qui en souffre. Ce ministre qui se dit “Jeune”, il fait quoi depuis qu’il est là? Ces jeunes footballeurs sont devenus des chasseurs de nos soeurs, jeune filles et parfois nos épouses dans nos rues! Eh bonjour les grossesses non désirées, non souhaitées pendant ce temps de fraicheur du moi d’aoùt!!!!!
    Ce n’est pas au TAS e venir nous dire le droit, ni la FIFA, ni la CAF. C’est la manière dont nous nous prenons qui fait que nous sommes traités de la sorte par ces institutions faitiaires. ne soyze pas surpris qu’un jour c’est l’ONU qui viendra nous dire de nommer des députés en remplacement de ceux qui pourraient démissionner!!!! Le comble quoi!!!!
    Nos autorités devraient apprendre à la FIFA et à la CAF que ce n’est pas à elle de nous dire le droit ou de régler nos problèmes internes. Un exemple dans la sous région: le ministre ivoirien a menacé de dissoudre toutes les fédérations en crise dans son pays et a donné un delai d’un mois pour qu’elles règlent leurs divergences. Alors quelle institution fairtiaire a réagit????? Si vous apparaissez petit, on vous traitera comme tel. Moi, je regrette un peu d’ètre béninois quand je vois comment les choses publiques sont gérées au bénin.
    Que la jeunesse réclame ce qui lui revient et que ceux qui sont incapables démissionnent. On a marre des refrains comme “la jeunesse est au coeur de la réfondation”. Tout est au coeur de la refondation et ou sont donc les axes prioritaires???????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page