.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mesures du gouvernement contre la hausse des prix de certaines denrées de première nécessité: Les ministres Abimbola et Abiola sensibilisent les populations du Plateau


La situation de crise due à l’inflation des prix sur le marché des denrées de première nécessité a fait sortir l’équipe gouvernementale du Dr Boni Yayi dans les différentes contrées du Bénin pour d’amples informations aux populations sur les causes de cette hausse et les mesures prises pour juguler l’inflation.

C’est donc dans cette optique et pour parer à ce qu’ils qualifient d’inflation organisée et « d’intoxication » des populations, que les ministres de l’Economie Maritime et de l’Enseignement Supérieur étaient les mercredi 17 et jeudi 18 dernier dans le département du Plateau, notamment à Pobè et Kétou, Ifangni et Sakété. Appuyé pour la circonstance du Préfet de l’Ouémé-Plateau et les conseillers communaux des localités visitées, la cause est partagée pour que le message ait d’handicap à atteindre sa cible. Les ministres ont promis au nom du Gouvernement, faire de leur mieux pour que le panier de la ménagère n’en pâtisse pas encore longtemps.

A cet effet, il a été rendu publique et communiqué à l’assistance présente aux rencontres, les fourchettes de prix retenus pour certains produits de grande consommation et auxquels le gouvernement attache un grand prix. Dans leurs différents exposés, il est retenu par les populations que le riz blanchi exclu le riz parfumé et ceux de grande marque, est entre 400 à 550F, le sucre St Louis en cube entre 550F et 575F les 500 g et les huiles importée et en vrac respectivement dans la fourchette de 900 à 1000F et 800 à 850F.

Le ministre Abimbola a donc formellement affirmé aux populations du caractère obligatoire desdites fourchettes de prix. Mais il a suffi d’une seule note d’humour du ministre Abimbola pour montrer aux populations les produits concernés par les nouvelles mesures du gouvernement : « pour celui qui veut du champagne et qui se rend compte que son prix a doublé, eh bien le luxe et le plaisir ont un coût », a-t-il nuancé.

Les différents réactions et témoignages des populations enregistrés lors de cette tournée établissent sans équivoque que cette crise est insupportable pour le panier de la ménagère. Et comme le reconnaissent les populations, le recours massif aux produits importés est un facteur déterminant de la vulnérabilité à l’inflation. A cet effet, le ministre de l’enseignement supérieur Abiola François a invité les populations à se réapproprier le slogan ‘’consommons local’’.

Benjamin Sèmèvo

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page