.
.

Le triomphe de la vérité

.

Descente du ministre des enseignements maternel et primaire dans les structures sous-tutelle:Eric Kouagou N’Dah rassure de son soutien et exhorte ses collaborateurs au travail bien fait


 

Le ministre Eric Kouagou N’Dah

S’enquérir des conditions et de l’ambiance de travail dans les structures sous tutelle de son département ministériel, recueillir les doléances des personnels de ces différentes structures afin d’apprécier le travail qui est fait et si possible y apporté des reformes, pour une amélioration. C’est le but de la tournée de prise de contact effectuée hier jeudi 11 août 2011 par le ministre des enseignements maternel et primaire Eric Kouagou N’Dah.

Après les directions techniques et centrales de son département ministériel, le ministre des enseignements maternel et primaire Eric Kouagou N’Dah a effectué hier jeudi 11 août 2011 une descente dans les structures sous tutelle. Accompagné des membres de son cabinet, il a tour à tour visité l’institut national pour la formation et la recherche en éducation (INFRE), la commission nationale béninoise de l’Unesco (CNBU) et enfin le centre national de production de manuels scolaires (CNPMS).

 Au niveau de chacune des structures visitées, la démarche a été la même. Le représentant du syndicat des travailleurs appuyé du porte parole du personnel présente les doléances des travailleurs au ministre. Ensuite, le premier responsable de chaque structure présente sa structure dans sa globalité tout en mettant un accent sur les problèmes auxquels la structure est confrontée et enfin le ministre fait le point des interventions et répond aux sollicitations des travailleurs ou donne un certain nombre de précisions par rapport à sa vision.

Au niveau de l’INFRE, les travailleurs de cette structure ont été très content de cette initiative du ministre Eric N’Dah, puisque selon eux, c’est pour la première fois depuis sa création qu’un ministre de tutelle se propose d’aller s’enquérir des conditions infrastructurelle, matérielle et psychologique de son personnel. Comme difficultés rencontrées, ils ont énuméré l’inadéquation de leur cadre de travail. En effet, selon eux, ils sont 51 agents répartis dans une dizaine de services, or le site qui les abrite ne dispose que de quelques bureaux sans climatisation, avec une architecture très peu commode et des toilettes archaïques.

Mieux, le matériel et l’équipement font cruellement défaut, le personnel est insuffisant et la structure ne dispose pas de connexion internet, ni d’interphone et de lignes téléphoniques. Certaines des attributions de l’INFRE sont accaparées par d’autres structures telles que la DIP, le CNPMS et la DEP. Le comble c’est la cessation des activités au niveau de la radio scolaire et éducative (RSE) qui était pourtant la vitrine même de l’INFRE. A la commission nationale béninoise de l’Unesco, les problèmes sont pratiquement les mêmes : exigüité des locaux abritant l’institution, insuffisance du matériel et du personnel et bien d’autres encore.

En réponse à toutes ces préoccupation, le ministre des enseignements maternel et primaire a rassuré les travailleurs de ces différentes structures que progressivement le gouvernement s’efforcera dans la mesure de ses moyens de donner satisfaction à leurs doléances. S’agissant des locaux qui sont inappropriés, le ministre a expliqué que c’est une situation nationale, surtout en ce qui concerne le ministère des enseignements maternel et primaire qui est lié au fait que tous les bureaux qui étaient sur la beige lagunaire ont été transféré dans le cadre de la réhabilitation de la ville de Porto-Novo.

Il s’est par ailleurs dit très satisfait d’avoir rencontré des collaborateurs très dévoués, qui savent ce qu’ils veulent, des gens qui veulent réellement atteindre leur objectif, malgré les difficultés précitées. Par rapport au conflit d’attribution entre l’INFRE et d’autres structures, Eric N’Dah a déclaré que dans les jours à venir, il sera procédé à une clarification de cette situation afin que chacun travail dans son domaine de compétence.

Le cas particulier du CNPMS

Face à l’Etat avancé de décrépitude dans lequel végète le centre national de production de manuel scolaire (CNPMS), le ministre a déclaré que l’avenir du CNPMS dépend des travailleurs parce qu’il leur revient d’avoir l’imagination qu’il faut pour avoir des plans d’action qui leur permettent de mobiliser des ressources, non seulement à travers l’Etat, mais que le CNPMS est un office, donc doit travailler comme une entreprise, en dehors de l’Etat, il doit être capable de capter les ressources dans le secteurs privée à travers des partenariats avec d’autres imprimeries privées ou d’autres opérateurs économiques privés, ceci est très important si le centre veut continuer d’exister.

 « Nous sommes dans un contexte de la libéralisation du secteur économique où l’Etat ne peut pas continuer à engloutir les ressources dans des secteurs productifs » s’est-il exclamé avant de préciser que si le CNPMS est perçu aujourd’hui comme un domaine de souveraineté, parce qu’il s’agit de produit des manuels scolaires. Pour celà, il a rassuré les travailleurs de ce que très bientôt il fera en sorte que les manuels et tout ce que son département ministériel fait comme impression et imprimerie aille au niveau du CNPMS. Mieux, la même doléance sera exprimée aux autres ministères. Pour se faire, il averti qu’il faudrait que le centre soit performant du point de vu de la qualité, et de la quantité de travail. Dans ce sens, il projette le renouvellement du tissu industriel de la maison.

Il souhaite que les organes qui régissent le fonctionnement du centre soit opérationnels. Pour finir, il exhorte les personnels des structures sous-tutelle du MEMP qui fonctionnent comme des offices, de fonctionner comme des entreprise privées afin d’améliorer leur offre pour augmenter la demande. Aussi lance t-il un appel pour le travail bien fait, et invite les uns et les autres à penser prioritairement à l’intérêt de leur structure et ainsi qu’à l’intérêt national avant leurs propres intérêts.

Hugues E. PATINVOH

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *