.
.

Le triomphe de la vérité

.

L’Avocat conseil des plaignants, Me Moustapha au sujet de l’arrestation du président de la fédération béninoise de football:« La plainte a essentiellement visé le dossier Mtn…Pas d’amalgame »


L’avocat conseil des plaignants, Me Moustapha

Depuis l’arrestation du président de la fédération béninoise de football, des voix s’élèvent pour expliquer le bien-fondé ou non de cet acte. L’opinion publique et sportive ne sait plus les chefs d’accusation qui pèsent sur l’homme. C’est un flou artistique qui domine la pensée populaire. C’est d’ailleurs pour éclairer la lanterne des férus du cuir rond béninois que l’avocat conseil des plaignants a bien voulu aborder un questionnaire thématique avec une équipe de notre journal. Sans détour, il parle des raisons de l’arrestation d’Anjorin Moucharafou, le courrier de la Fifa et le sort réservé à l’ancien homme fort du football béninois.

L’Evénement Précis: La détention de Moucharafou Anjorin est préventive

Me Moustapha: Le 20 décembre 2010, il y a eu 12 membres du comité exécutif qui ont démissionné. Entre autres raisons, ils ont parlé de la mauvaise gestion, une gestion opaque et surtout de la gestion financière de la fédération béninoise de football. Ils avaient avancé comme raison, que c’est justement pour éviter d’être comptable de cette gestion, qu’ils avaient été obligés de démissionner parce qu’ils demandaient des comptes qu’on ne leur rendait pas.

A la suite de cette démission, une plainte a été déposée par un certain nombre d’entre eux auprès du procureur de la République. Celui-ci, après avoir examiné le contenu de la plainte et les pièces qui y sont jointes, a saisi une unité de police pour faire une enquête préliminaire à l’issue de laquelle, une information a été requise. Évidemment au départ, monsieur Anjorin était poursuivi sans mandat. Mais par la suite, il y a eu des éléments qui ont permis au juge de le placer en détention.

Il s’agit d’une détention préventive. Il faut que les gens comprennent qu’aujourd’hui, il est un détenu il n’est pas encore condamné et l’enquête se poursuit. Ce n’est qu’à l’issue de l’enquête, s’il y a des charges suffisantes contre lui qu’il sera renvoyé devant une juridiction de jugement pour être jugé.

 La plainte est essentiellement relative à la gestion des fonds mis à la disposition de la fédération béninoise de football par la société Spacetel, MTN. Il faut éviter l’amalgame

 La plainte est essentiellement relative à la gestion des fonds mis à la disposition de la Fédération béninoise de football par la société Spacetel, Mtn. C’est principalement ces fonds qui ont été visés. J’ai entendu parler d’un communiqué de la Fifa qui parle de fond PAF. Tout le monde sait, même au niveau de la fédération, le cabinet d’audit commis par la Fifa elle-même avait émis des réserves par rapport à la gestion que l’ancien comité exécutif avait faite de ce fonds.

Donc, sur cet aspect de la chose, il y a anguille sous roche. Peut-être qu’en disant cela il donne un nouvel élément à la fédération. Mais il faut savoir que la plainte a d’abord visé essentiellement le dossier Mtn. Mais cela étant dit, il faut éviter l’amalgame. Ici, nous sommes en matière pénale. Et en matière pénale il n’y a pas de juridiction arbitrale. La Fifa ne peut même pas arguer d’une ingérence lorsqu’on parle d’une infraction à la pénale. Dans ce cas, c’est le juge répressif qui est un juge étatique qui est compétent. Ce qui a été fait dans le cas d’espèce.

 La personne qui doit se constituer en partie civile n’est pas les plaignants mais c’est la fédération béninoise de football

 La plainte déposée par les plaignants n’est pas en leur nom personnel. Ils l’ont fait pour le compte de la fédération béninoise de football. Les fonds détournés n’appartiennent pas aux plaignants mais plutôt à la fédération. La personne qui doit se constituer en partie civile n’est pas les plaignants mais c’est la fédération béninoise de football. Si les fonds ont été détournés et cela s’avérait exact, il faut réclamer que ces fonds soient payés et si possible des dommages et intérêts si le préjudice est prouvé.

 Les déclarations à propos des lettres qu’aurait envoyées la Fifa.

Un juge est saisi, la justice est complètement indépendante. Moi, je pense qu’il faut éviter de mettre la pression sur les juges. Ce n’est pas bien. Quand j’ai suivi les déclarations à propos des lettres qu’auraient envoyées la Fifa, je me suis dit que ce sont des pressions inutiles. Nous sommes dans une matière pénale, le juge est absolument compétent.

Il faut le laisser faire son travail. Actuellement, Monsieur Moucharafou Anjorin n’est qu’en détention préventive, aucune juridiction n’a encore établi sa culpabilité. Il se défend par rapport au dossier. S’il n’est coupable, il sera acquitté ou relaxé selon le cas. Et s’il est coupable, le droit sera dit. Donc par rapport à la justice moi je n’ai pas de doute. Le droit sera dit dans ce dossier.

Entretien réalisé par Mathias COMBOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *