.
.

Le triomphe de la vérité

.

Signature de Convention entre la Belgique et le Bénin:Plus 7 milliards de Fcfa pour le développement des filières agricoles du Mono/Couffo et de l’Atacora /Donga


Le ministre Nassirou Arifari Bako et l’ambassadeur du Royaume de Belgique près le Bénin, S.E Dirk Verheyen, procédant à la signature de la convention au MAEIAFBE

Le Ministère des affaires étrangères, de l’intégration africaine, de la francophonie et des Béninois de l’extérieur (MAEIAFBE) a servi de cadre, le vendredi 22 juillet dernier, à la cérémonie de signature, entre le royaume de Belgique et la république du Bénin, de la convention spécifique relative au projet de coopération « Facilitation d’appui aux investissements agricoles dans les régions du Mono/Couffo et de l’Atacora/Donga (FAIA) ».

D’un montant global de 11.152.451 Euros (7.315.450.000 FCA) dont 152.451 Euros (100 millions FCFA) à charge de la partie béninoise, le projet de coopération « FAIA » vise à augmenter durablement les revenus et la sécurité alimentaire des populations du Mono/Couffo et de l’Atacora/Donga, en améliorant les conditions d’investissement pour le développement des filières agricoles.

Entrant dans le cadre de l’exécution du Programme indicatif de coopération bilatérale bénino-belge 2008-2011, la convention a été signée par le ministre béninois des affaires étrangères, Nassirou Bako Arifari et le nouvel ambassadeur du Royaume de Belgique près le Bénin, S.E Dirk Verheyen, devant plusieurs cadres de la partie belge, du MAEIAFBE, et du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (MAEP). En procédant à la signature de la convention, S.E Dirk Verheyen a rappelé certaines dispositions relatives au projet « FAIA » et rassuré le gouvernement béninois quant à la disponibilité du Royaume de Belgique à accompagner le Bénin dans la lutte contre la pauvreté.

Pour sa part, le chef de la diplomatie béninoise, S.E Nassirou Bako Arifari a souligné que les activités qui seront menées dans le cadre de ce projet « contribueront à améliorer les capacités de production, à générer des emplois sécurisés, diversifier les sources de revenus des communautés rurales dans les départements couverts ».

Il s’agit donc, selon le ministre Nassirou Arifari Bako, « d’activités dont la réalisation efficiente, harmonieuse et suivie, contribuera à la réduction de la pauvreté et à l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement ». Les activités proposées dans le cadre du projet « FAIA » s’articuleront autour des quatre composantes suivantes, : L’amélioration des capacités des acteurs à inscrire leurs interventions dans une perspective concentrée de développement économique local ; L’appui aux communes pour la réalisation d’infrastructures et aménagements publics/collectifs contribuant à l’amélioration de la compétitivité des filières ;

L’appui aux initiatives privées porteuses de valeur ajoutée pour le développement des filières agricoles avec une attention particulière à l’émergence et/ou au renforcement des opérateurs professionnels en amont et en aval des filières ; La mise en place de mécanismes institutionnels pour canaliser les aides publiques en faveur du développement des filières agricoles. A noter que la convention entrée en vigueur le jour même de sa signature par les deux parties est conclue pour une durée de 72 mois qui ne pourra être prolongée, tandis que l’exécution du projet a une durée de 60 mois.

Flore S. NOBIME (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page