.
.

Le triomphe de la vérité

.

Représentativité des femmes au sein des sphères de décision notamment dans le nouveau bureau de l’Assemblée nationale:30% de femmes au bureau : le Parlement donne l’exemple de l’approche genre, Yayi attendu sur la question


Contrairement à la 5ème Législature, le parlement béninois vient d’améliorer le taux de représentativité de la gent féminine au sein du bureau de la 6ème Législature constitué au petit matin du samedi dernier. Sur un effectif de 7 membres, deux femmes sont représentées au sein de cette sphère décisionnelle de la deuxième institution de l’Etat béninois.

Soit, un taux de représentativité de 30% environ, plus précisément 27,37%. Les deux femmes qui honorent la gente féminine au sein de cette institution ont noms, Claudine Prudencio, l’actuelle Ministre de l’Artisanat et du Tourisme, élue députée de la 6ème Législature sur la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent dans la 6ème Circonscription électorale et madame Françoise Assogba, élue quant à elle sur la liste Alliance Cauris 2 dans la 5ème Circonscription électorale.

Et elles n’occupent pas des postes de seconde zone comme on est habitué à le remarquer chaque fois qu’il s’agit de confier certaines fonctions à la femme dans la sphère décisionnelle de l’Etat. La première, Claudine Prudencio est désormais la première secrétaire parlementaire de l’Assemblée nationale qui se substitue l’unique femme intégrée au bureau de la 5ème Législature, c’est-à-dire Affo Djobo.

Quand on sait que le Parlement, au regard de son règlement intérieur ne peut valablement ouvrir ses plénières en l’absence des deux secrétaires parlementaires, il y a de quoi affirmer sans risque de se tromper que Claudine Prudencio occupe aujourd’hui l’un des postes importants et stratégiques du bureau de l’Assemblée nationale. Quant à sa collègue Françoise Assogba, elle a été élue au poste de 2ème Questeur de l’Assemblée nationale.

Autrement dit, elle représente la 2ème personnalité au sein du bureau de l’Assemblée à pouvoir s’occuper de la gestion des ressources financières de la 2ème institution de l’Etat que représente le Parlement. Là encore, on peut comprendre aisément que la fonction qu’elle occupe au sein de ce bureau constitué n’est pas des moindres.

 Avec cette représentativité de la gent féminine au sein du bureau, qui avouons-le n’est pas encore significative, mais constitue une avancée notable dans la composition de l’organe de gestion de cette institution étatique, on peut sans nul doute affirmer que les parlementaires de la 6ème Législature ont donné le bon exemple en matière de l’approche genre dans les sphères décisionnelles de l’Etat.

Yayi attendu sur la question dans sa nouvelle équipe gouvernementale

Le Chef de l’Etat, Docteur Boni Yayi est attendu sur la question de l’approche genre dans la composition de sa nouvelle équipe gouvernementale. Comme le Parlement, il devra, pour apaiser la colère des femmes contre lui, tenir ses précédents engagements. Et en parlant d’engagements vis-à-vis de la gent féminine, on se souvient encore de sa promesse de constituer son gouvernement avec 30% de femmes il y a déjà plus d’un an.

Récemment, lors de sa toute première adresse à la nation après sa brillante réélection, Boni Yayi s’est également engagé à tenir ses engagements antérieurs en faisant figurer dans sa nouvelle équipe, le maximum de femmes possible. Le fera-t-il au taux de 30% promis aux femmes ou plus ? On ne peut répondre à cette interrogation avec certitude.

 De toute façon, c’est un sujet sur lequel la gent féminine l’attend fermement pour réellement mesurer sa bonne ou mauvaise foi à promouvoir la femme. Il doit pouvoir donc tout au moins suivre l’exemple du Parlement pour apaiser un temps soit peu la colère des femmes.

Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *