.
.

Le triomphe de la vérité

.

Cyriaque Tossou, Coordonnateur Alternative ABT 2010 des départements du Couffo: « Bio Tchané est la solution pour la relance économique et le Couffo travaille pour sa victoire»


Elu conseiller communal des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) à Dogbo, Cyriaque est depuis quelques jours le nouveau Coordonnateur d’Alternative ABT 2011 dans les départements du Mono-Couffo. Dans cet entretien, il revient sur les raisons qui l’ont poussé à tourner dos à Boni Yayi, apprécie la candidature de Me Adrien Houngbédji porté par l’Union fait la Nation (UN), fait part du soutien des populations du Mono-Couffo à d’Abdoulaye Bio Tchané et promet sa victoire au soir de l’élection présidentielle de 2011.

Vous aviez été élu conseiller communal de Dogbo sur la liste Fcbe. Qu’est-ce qui vous conduit aujourd’hui à soutenir Abdoulaye Bio Tchané ?

Effectivement j’ai été élu sur la liste Fcbe mais comme vous le savez, aujourd’hui avec les promesses non réalisées que les gens ont fait, vous voyez avec moi comment nos routes sont dégradées alors que le Mono-Couffo a épousé la cause du gouvernement en place. Mais malheureusement, il est oublié et si ça continue comme ça, on n’aura jamais le développement. C’est pour cela que moi j’ai donné ma démission de la Fcbe parce que même les dirigeant qui sont  proches du Chef de l’Etat ne nous laissent pas le rencontrer pour lui dire la vérité. C’est ça qui l’a induit en erreur et a fait que tout le monde abandonne le président Yayi Boni aujourd’hui pour Abdoulaye Bio Tchané.

Que voulez-vous dire ?

Je suis vraiment déçu du Changement et ce n’est pas les microcrédits octroyés aux plus pauvres qui vont faire qu’on va continuer. Vous-même, vous avez constaté lors de notre installation que les femmes se sont mobilisées au point où on ne réussit pas à savoir comment toutes les banderoles que vous avez lu ont été confectionnées. Ces femmes bénéficières des micros-crédit crient aujourd’hui ABT parce que ces cent mille (100.000) francs leur créent encore des problèmes. Vous pouvez faire vos enquêtes car celui qui ne sait pas multiplier l’argent ne peut que s’endetter. Si la personne n’arrive pas à faire fructifier ses sous, ça disparaît. Or les responsables en charge n’entendent pas cela. D’autres préfèrent se prostituer et pour d’autres, le divorce est la meilleure solution. Donc ça crée de problèmes plus qu’on ne pense. Et j’ai des exemples, des témoins de ce drame. Le changement nous à déçu. Autre chose qui renverse la vapeur est l’affaire ICC-Services. Mes parents sont victimes de même que des milliers d’autres personnes. Qu’en sera-t-il de cette situation ? Est-ce que les déposants seront payés avant les élections de 2011 ? On ne sait pas.

On constate aujourd’hui que vous êtes très engagé pour ABT. Qu’est-ce qui explique cet engouement ?

Je l’ai été et je le serai. Ce n’est d’ailleurs pas les Fcbe qui m’on rendu aussi chaud. Du temps du PSD, j’ai, été élu député suppléant de Agbo Valentin à l’époque et c’est grâce à mon dynamisme que Amoussou a pu gagner la commune de Dogbo. Même le candidat Houngbédji, il me connaissait très bien. Donc ces figures de l’UN, je ne sais exactement ce qu’ils vont apporter au peuple de nouveau avec ce qu’ils ont déjà eu à faire dans ce pays. Je ne vois pas. Avec Abdoulaye Bio Tchané, je serai plus chaud que ce que je ne l’étais avant.

Vous voulez donc dire que vous êtes définitivement décidé à faire élire votre candidat lors de la prochaine élection présidentielle ?

Vous le voyez déjà aujourd’hui. Ce n’est pas de remplir le stade de l’amitié du monde qui est le problème aujourd’hui. Les gens ont dit que c’est des tonneaux vides qui font du bruit et je crois que c’est vrai. La tête qui est remplie de savoir, de richesse ne fait pas du bruit et vous allez voir. Lorsque mon candidat va apparaître pour son investiture, vous verrez. Je l’ai dit, en 2011, on sera dans la surface de réparation pour le tir final et on verra celui qui va donner le tir.  Par exemple, la dernière fois, le président Yayi est venu à Dogbo mais il n’a pas pu accomplir sa mission. Il lui était impossible de parler et de regrouper du monde. Nous, nous sommes partis au même endroit lorsqu’ABT est venu, vous avez vu la chaleur que ça a engendrée. Les preuves sont là et je peux vous dire que les départements du Mono et du Couffo sont déterminés à rester derrière Abdoulaye Bio Tchané.

Vous ne craignez pas la présence de certains leaders des Fcbe à Dogbo tel que Gbahoungba ?

Je peux vous assurer que  Gbahoungba aujourd’hui n’a plus de popularité. Le problème aujourd’hui n’est pas de dire à Dogbo j’ai les moyens, je peux faire quelque chose. Non ! Dogbo est mûr. Et vous devez constater que notre langue à Dogbo n’est parlée nulle part ailleurs dans le monde. C’est uniquement à Dogbo. Je peux vous assurer que Dogbo est mobilisé pour travailler avec ABT. Bruno Amoussou est venu, vous avez vu, ils ont même refusé de le rencontrer. Au moment où j’étais encore Fcbe, sur les 19 conseillers, on a eu 14 et on a éliminé les gens d’Amoussou. Aujourd’hui encore, les gens ont décidé de ne plus travailler avec Yayi. Donc, je peux vous dire que je connais les gens des Fcbe comme Gbahoungba qui est mon jeune frère. Et avec la manière dont il fait les promesses aux militants, ces derniers n’arrivent plus à le respecter. Moi, je suis un homme de parole et quand je donne ma parole, je la respecte. Vous pouvez vous renseigner sur le terrain, Gbahoungba ne peut rien faire devant moi.

Depuis que vous avez été élu Coordonnateur Abt, quelles sont les actions que vous menez pour susciter davantage l’adhésion des populations à la cause de votre candidat ?

Vraiment, ABT m’a fait confiance et m’a nommé coordonnateur du département. Je peux vous dire que la semaine qui a suivi, j’ai réuni mon staff à Toviklin afin de mettre en place notre stratégie de combat. Il faut travailler. La convention qui a eu lieu à Klouékanmè, j’avais représenté ABT et si vous aviez vu du monde le jour là,  j’ai parlé au nom de ABT, je suis allé à Aplahoué et ainsi de suite dans le fin fond du département rencontrer les dignitaires et les Vodounons. Il y a Kiki Yaovi qui est le représentant des Vodounnons dans le département donc je l’ai rencontré, on a parlé et il dit qu’il est prêt pour travailler avec ABT. Le Roi de Dogbo est prêt, les Imams du département sont prêts à travailler avec nous pour la conquête du pouvoir en 2011. Donc cela prouve que je ne dors pas sur les lauriers, je suis un homme du terrain et je me bats pour la réussite de ABT en 2011.

Qu’est ce qui fonde votre choix de soutenir  Abdoulaye Bio Tchané?

On l’a choisit parce qu’on l’a vu exercer dans ce pays. Vous pouvez témoigner avec moi sur ce qu’il a fait quand il a été ministre des finances de ce pays. Avec les jeux des douaniers, c’est grâce à lui que l’économie avait retrouvé un second souffle dans le temps. L’argent de la Sonacop a encore acheté la Sonacop mais il a dit non que ça ne peut pas se passer ainsi. C’est un homme en qui on peut avoir confiance aujourd’hui avec ce que nous traversons comme problème. S’il vient à la tête du pays, l’économie va remonter et ce serait formidable. Ce n’est pas de donner de l’argent aux femmes de Dantokpa pour la fête qui est le problème aujourd’hui. Un gestionnaire ne peut pas gérer un pays comme ça. Si ABT vient, vous allez voir que tout le monde sera à l’aise et on va vivre en paix. Ce n’est pas ce que l’Un fait. S’il vient, il sera le président de tout les béninois et les souffrances des populations seront amoindries.

Vous faites preuve d’un grand engagement. En est-il de même de vos militants ?

Les militants sont encore plus chauds que moi-même et tous les jours que Dieu fait, ils ne cessent de m’appeler. Les militants ABT du Couffo sont prêts. Aller faire vos enquêtes et vous verrez. Même si on dit que les élections sont pour demain, vous allez voir ce que ça va donner…

…alors que leur frère Bruno Amoussou leur emmène un autre candidat ?

Je vous dis qu’Amoussou n’a plus de place avec son candidat unique aujourd’hui. On les a vus à l’œuvre. Tous ce qu’il a été dans les gouvernements Kérékou en son temps, qu’a-t-il fait qu’on puisse doigter et dire que voilà c’est une œuvre de Amoussou quand il était avec Kérékou ? Pour avoir été ministre du développement, du plan, qu’est ce qu’il a fait ? Les voies de Lalo, de Toviklin, sont devenues quoi aujourd’hui et il nous amène Houngbédji et lui-même est président de l’union ? Même si on leur donne le pouvoir, c’est de la manière dont ils ont géré sous Kérékou qu’ils vont gérer. N’oublier pas en 2006 au second tour avec Yayi, Houngbédji même a déclaré que ce sont les pilleurs de l’économie qui se retrouvent du côté de Yayi. Aujourd’hui, vous avez vu comment ils ont aidé Yayi à piller le pays quand il les a nommés. Ce sont encore eux qui sont derrière Houngbédji pour terrasser le pays. Comprenez que ce serait pire que ce que nous vivons avec Yayi car lui Houngbédji n’a que cinq ans à faire et il va chercher à récompenser ceux qui l’on conduit à ce niveau oubliant le peuple affamé car depuis qu’il allait à cette élection, il a chaque fois fait le point et donc, il va chercher également à se rembourser. On le connait et si vous vous rapprochez des anciens députés qui ont fait avec Houngbédji, ils vous le diront. Houngbédji ne peut pas diriger ce pays. La seule personne pour que ce pays retrouve la paix  c’est ABT. Quand il est là, Yayi va se refugier et il y aura la paix et puis on continue le combat.

Vous avez donc la certitude qu’au soir de l’élection présidentielle de 2011, ABT sera le nouveau président du Bénin ?

Je vous l’assure. Il sera là en 2011. Vous ne voyez pas que tous ceux qui crient Houngbédji aujourd’hui ne vont voter quelqu’un d’autre ? En tout cas, dans le Mono-Couffo, on est convaincu que la meilleure voie pour que le Bénin ait la paix, c’est ABT.

Que répondez-vous alors à ceux qui pensent que ABT va aux élections pour gâter les voix ?

Ceux là ont raison, ils ne peuvent que dire ça, ils sont dans leur logique. Nous, notre candidat ne sera pas là pour la forme. On veut l’élire Président de la république et on le fera. Je vous précise que si ABT sort au second tour avec n’importe quel candidat, la personne est battue. Nous ne sommes pas là pour être des faiseurs de roi mais pour gagner. Et le jour de son investiture, vous verrez comment les militants vont se déplacer. Vous aurez le double de ce qui s’est passé au stade de l’amitié. Nous feront 100.000 si effectivement ils en ont fait 50.000. Nous le promettons.

Propos recueillis par Wandji A.

 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page