.
.

Le triomphe de la vérité

.

Irené Agossa à propos de l’entrée du ministre d’Etat en politique : « Koupaki ne peut pas faire la rupture en étant au gouvernement»


Le Président du parti Le Nationaliste Irené Agossa, invité hier sur une chaîne privée de radiodiffusion, ne se fait pas d’illusion sur l’entrée de l’actuel ministre d’Etat Pascal Irené Koupaki dans la politique. La Rupture annoncée et promise par ce dernier dans son discours d’élection à la présidence de l’Udbn n’aura pas lieu. Pour Irené Agossa, cette promesse est un marché de dupe. Car la rupture en politique suppose des préalables auxquels ne souscrit guère le ministre d’Etat. Au nombre de ces préalables, il est indispensable pour le Président du parti Le Nationaliste que celui qui prône la rupture avec un système se détache de ce système. Le ministre Koupaki tout en demeurant membre du gouvernement de Boni Yayi depuis l’avènement du régime et donc comptable des orientations politiques, économiques, sociales et culturelles ne saurait prôner la rupture. La vraie rupture, selon Agossa, suppose la séparation de son défenseur avec le système et des propositions concrètes qui expriment la démarcation avec les idéaux et méthodes passés. En exemple, le mouvement Le Nationaliste cite sa proposition de Coefficient ministériel parlementaire dans la composition du gouvernement pour une gouvernance apaisée. Une proposition qui rompt avec la politique séculaire de gestion des équipes gouvernementales. Ces propositions sont absentes dans la rupture prônée par le nouveau Président de l’Udbn, selon Irenée Agossa.

Par ailleurs, l’avènement du ministre d’Etat Koupaki dans la politique, à en croire Irenée Agossa ressemble à une effraction. La présumée admiration ou popularité dont serait bénéficiaire le ministre d’Etat ne serait liée qu’aux qualités professionnelles et techniques intrinsèques. La transposition de ces atouts dans l’arène politique n’est pas systématique selon Agossa. « Les premiers adversaires de Koupaki sont dans son propre camp », précise-t-il tout en projetant sur trois mois, la fin du crédit dont jouit ce ministre d’Etat dans son entourage et dans l’opinion. A titre de conseil, le Président Irenée Agossa suggère au ministre d’Etat de faire son entrée dans la politique avec la disposition d’esprit de venir partager dans le sens de donner et recevoir. Jamais avec un préjugé de venir apprendre exclusivement aux autres les valeurs, le bon sens etc. car la rupture, selon Agossa ne peut se faire au dessus des hommes mais avec eux. Pas plus qu’elle ne peut s’opérer tout en demeurant acteur pensant d’un système qu’on veut remettre en cause.

 Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *