.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dr Kone Doulaye, Coordonnateur du programme de partenariats des opérateurs africains de l’Eau (Wop-Africa), Expert Principal du séminaire international sur la gestion des boues de vidanges: « Résoudre la question de l’assainissement par l’accès aux latrines, c’est aussi l’accompagner de moyens adaptés pour vidanger et collecter »


Plus de deux milliards d’habitants urbains dans les pays en voie de développement utilisent des installations d’assainissement individuelles telles que  les latrines les fosses sceptiques et  cabinets pour emmagasiner les excréta. Mais l’installation de ces latrines n’est pas accompagnée de politiques appropriées de gestion des vidanges. Alors que le péril fécal  constitue   tout de même  une menace pour la santé des populations. Dr Kone Doulaye, Coordonnateur du programme de partenariats des opérateurs africains de l’Eau (Wop-Africa) Expert Principal du séminaire international sur la gestion des boues de vidanges, parle dans cet entretien des motifs de cette rencontre de Cotonou, de ses objectifs et de sa nécessité notamment pour les Etats en voie de développement.

 L’Evénement Précis: Pourquoi la gestion de boues de vidanges ?

 Dr Kone Doulaye: Il faut savoir que jusqu’aujourd’hui au niveau de nos Etats ainsi que de la communauté internationale, on a mis beaucoup d’effort à donner de l’eau potable aux populations. Malheureusement l’accès à l’assainissement n’a pas toujours suivi. Quand le politique veut instituer des politiques d’assainissement, il voit très souvent les problèmes de déchets solides, d’inondation et les eaux usées. Aujourd’hui chaque maison a ses latrines et de plus en plus il existe des programmes pour aider les populations à avoir des latrines. Mais personne n’est capable de vous dire quand ces latrines seront remplies, techniquement ce qu’il faut faire. Qui s’en occupe sur le plan organisationnel. Donc on ne peut pas résoudre la question de l’assainissement en donnant seulement   accès aux latrines. Mais il faut accompagner cela de moyens bien adaptés pour vidanger, et collecter. Dans la plupart de nos pays, vous verrez 95 voire 98%  des villes,  couverts par des populations qui utilisent des latrines. Mais on n’a pas mis en place la politique appropriée pour les vidanges. Je suis sûr qu’ici à Cotonou, l’on vidange clandestinement dans les rues, dans les lacs, dans les rivières etc. Il n’y a pas beaucoup d’indications sur ces lieux. Certains pays comme le Bénin font des efforts depuis des années.

Quels sont les points capitaux que le séminaire international de gestion des boues de vidanges abordera au cours de cette rencontre de Cotonou?

Au cours de ce séminaire international, nous essayerons de savoir sur le plan organisationnel qui sont les acteurs de la gestion des boues de vidanges et comment l’autorité peut les accompagner.   Sur le plan législatif, quels sont les textes qui existent et est-ce qu’on peut les utiliser dans leurs états ? Le secteur privé qui existe et qui se débrouille tant bien que mal, peut-il générer suffisamment de ressources et payer les redevances fiscales à l’Etat? Autant de questions que nous allons aborder au cours de ce séminaire.

 Que peut-on attendre de la rencontre de Cotonou ?

Ce séminaire n’est pas pour seulement constater l’état de l’organisation du secteur des vidanges mais pour aboutir à des actions. A la sortie du séminaire, c’est prévu qu’on ait des plans d’actions. Cela voudra dire que les acteurs du secteur sur le plan national et présents au séminaire s’entendent pour déterminer les priorités. Nous notre rôle est d’accompagner ces acteurs-là pour que ces actions soient mises en œuvre.

 Quelle est l’utilité de la gestion des boues de vidanges pour les populations ?

Gérer de façon efficiente les boues de vidanges, c’est déjà supprimer les pollutions afférentes aux latrines dans nos villes. En termes de santé publique, c’est une manière de protéger les populations contre les microbes qui se retrouvent dans l’environnement  pour échouer dans nos assiettes. Donc on gagne forcément en santé publique. Mais on gagne aussi sur le plan économique car à travers une bonne organisation des entreprises opérant dans le secteur des vidanges, c’est des emplois qu’on génère et des ressources qu’on crée pour l’Etat. C’est le cas de Dakar au Sénégal où avec la réorganisation du secteur, des entrepreneurs qui opéraient dans l’informel ont pu se formaliser et tourne un chiffre d’affaire autour d’un milliard de francs Cfa. Le Sénégal donc est en de bonne voie mais il ne faut pas s’attendre à ce que le même niveau soit atteint partout juste aux lendemains de ce séminaire.

 Quelles garanties que les plans d’actions retenus seront mis en œuvre par les Etats des participants respectifs ?

Le plan d’actions qui sera élaboré, comment est-ce que cela sera mis en œuvre ? Chacun de nous qui sommes  arrivés à Cotonou, sommes des Experts internationaux donc des gens qui ont un réseau. C’est des personnes qui ont déjà contribué à régler des problèmes  dans le secteur identifié et qui sont à même d’orienter vers des solutions concrètes.

 Propos recueillis par Médard GANDONOU

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Dr Kone Doulaye, Coordonnateur du programme de partenariats des opérateurs africains de l’Eau (Wop-Africa), Expert Principal du séminaire international sur la gestion des boues de vidanges: « Résoudre la question de l’assainissement par l’accès aux latrines, c’est aussi l’accompagner de moyens adaptés pour vidanger et collecter »

  1. Tshinyama Etienne

    Dr Kone;salut je suis étudiant en deuxième année de licence en santé publique à l’institut supérieur des technique médicales de Kinshasa et mon sujet de mémoire est sur la gestion de latrines dans la ville de Kinshasa et vous trouvant sur ce site^la curiosité scientifique m pousse à vous vous demander une documentation pouvant m’aider à bien rédiger mon travail.

  2. fian roxane

    docteur koné je suis eleve en classe de 4e je trouve votre travail remarquable plutard je voudrais etre comme vous s’il vous plait je vous demande quelque conceil pour savoir comment vous y ete parvenu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *