.
.

Le triomphe de la vérité

.

Interdiction de particpation à des débats télévisés: La Coalition Abt dénonce le baillonnement de l’opposition à l’ère du Changement


COMMUNIQUE DE PRESSE

Fidèle à sa logique de ballonnement de l’opposition, non content de toutes les manœuvres et autres intimidations infligées quotidiennement à nos militants, les animateurs amateurs du changement, viennent d’éclairer le peuple béninois sur leurs réelles intentions, d’enterrer notre démocratie chèrement acquise.

En se mêlant de loin ou de près à la gestion des médias aussi bien privés que publics, en maintenant constamment la pression sur les opérateurs économiques tous azimuts de notre pays et en particulier sur les promoteurs des organes de presse, il est clair pour le peuple béninois que le temps est venu où chaque acteur de la vie sociopolitique de notre pays devra prendre ses responsabilités en exigeant clairement que ses droits soient respectés et ses intérêts protégés.

La manœuvre qui consiste à museler par tous les moyens et en violation flagrantes des libertés élémentaires de tous acteurs sociopolitiques opposés au changement dans notre pays, s’est traduite par l’interdiction maladroitement orchestrée de la participation de ABT 2011 à l’émission débat organisée par CANAL 3 le lundi 19 Juillet 2010.

Nous rappelons à cet effet que l’Union fait la nation, ainsi que ABT 2011, étaient spontanément invités par les responsables de ladite télévision à participer à ce débat et de ce fait avaient déjà désigné leurs représentants.

Mais à quelques heures du débat politique, ABT 2011 a été interdit d’y participer. Le représentant de l’Union fait la Nation, l’honorable Epiphane QUENUM dénonça publiquement ce complot contre ABT 2011, et refusa de prendre part à cette mascarade. Il déclara que ce boycott  par l’Union fait la Nation est l’expression de sa protestation, d’une part contre le complot dont est victime ABT 2001 et  de l’autre contre le  refus  délibéré de canal 3 de couvrir la conférence de presse du Président Adrien HOUNGBEDJI  tenue le vendredi 16 juillet 2010 sur le scandale ICC Services.     

ABT 2011, par le présent communiqué, condamne fermement l’accentuation des dérives liberticides et despotiques du régime du Président Thomas Boni YAYI qui, vide complètement de leur contenu, les acquis de la Conférence des Forces vives de la Nation de février 1990.

S’agissant du complot fomenté contre lui sur le débat politique du lundi 19 juillet 2010 à Canal 3, ABT 2011 pense qu’en vérité ce complot est dirigé contre les victimes des scandales ICC Services et consorts dont l’appareil exécutif est complice, du fait de son irréfutable caution morale à la bande d’escrocs de ICC et consorts.

Il est évident que le pouvoir refuse de faire toute la lumière  sur cette  escroquerie s’élevant  à plus de 100 milliards   de francs  CFA, comme ce fut largement étalé à la conférence publique de ABT 2011, le samedi 10 juillet 2010, au palais des congrès à Cotonou.

En fait il s’agit d’une tentative pour étouffer ce scandale comme ce fût le cas dans les précédents scandales de la SONAPRA, de la CEN-SAD, de l’avion présidentiel, des machines agricoles, pour ne citer que ceux-là. De toute  évidence, l’appareil exécutif redoute que l’implication des plus hautes personnalités de l’Etat dans cette affaire ne soit étalée au grand jour pour stimuler la radicalisation des victimes quant à leurs exigences. C’est donc une fuite en avant de l’appareil exécutif .C’est pour cela que ABT 2011 salue le refus de l’Union fait la Nation de participer au complot  du silence déguisé sur la situation des victimes.

 ABT2011 réitère sa position exprimée sans équivoque à sa conférence publique du samedi 10 juillet 2010 sur l’affaire ICC Services et consorts.

A savoir que :

–        Le gouvernement du Président Thomas Boni YAYI doit prendre toutes les dispositions nécessaires  pour le remboursement des victimes de  ICC et consorts dans un bref délai et arrêter la spoliation des pauvres déposants à travers les frais de légalisation des documents exigés.

–        Ce remboursement doit être fait grâce à la réalisation du patrimoine  des auteurs et des complices (dans le gouvernement, dans l’administration et ailleurs) de cette machination.

–        Les violations sans cesse  répétées de la constitution par le Président  Thomas Boni YAYI ont atteint un point tel que l’Assemblée Nationale n’a autre choix que de le traduire devant la haute cour de justice.

 Fait à Cotonou le 20 juillet 2010

Pour la Coalition ABT, le Président

MOUGNI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page