.
.

Le triomphe de la vérité

.

processus de réalisation de la Lepi: L’opposition soutient le recensement malgré elle


L’opposition soutient-elle ou pas les opérations de réalisation de la Liste électorale permanente informatisée en cours? Malgré le communiqué de l’UN en date d’hier qui appelle les populations à se faire recenser, ce n’est pas aisé de répondre à cette interrogation surtout dans un contexte où l’opposition est assez fluctuante dans ses positions.

L’histoire de la réalisation de la Lepi sous le régime actuel a montré une opposition hostile, contestant la méthode et dénonçant la précipitation. A travers l’Alliance politique Union fait la Nation porte-flambeau de cette opposition, cette ligne qui était portée par une conviction a été défendue avec abnégation. Ainsi de la Lepi consensuelle harmonieusement criée par l’opposition et non entendue par le pouvoir en place, a succédé plusieurs autres motifs et actes de boycott du processus. A la démission en bloc des représentants de l’opposition de la Commission politique de supervision, organe de supervision de la Lepi, s’est ajoutée la récente condition de respect du rapport du groupe de travail mis en place par le Chef de l’Etat et les acteurs impliqués dans la Lepi. Beaucoup de motifs que brandissait l’opposition pour justifier ses réserves à l’égard du processus mais qui en réalité sont portés par un et un seul mobile : empêcher la réalisation de la Lepi par le pouvoir avant 2011. Ce mobile longtemps camouflé a fini par s’extérioriser et apparaissait comme la ligne dure de l’opposition face à la réalisation de la Lepi pour les élections de 2011. Dès lors, la position logique de l’opposition face aux différentes opérations en cours devrait être le boycott. Une position si aisément recommandée par le bon sens que la presse et l’opinion publique en lieu et place d’une déclaration officielle des partis de l’opposition, ont tiré la conclusion d’un boycott des opérations par celle-ci. Seulement, le communiqué conjoint du Cadre de concertation pour la sauvegarde de la Démocratie réunissant les Alliances UN, G13 et ABT, et de Fors-lepi en date du 26 avril dernier complexifie cette position de l’opposition et rend quelque peu sommaires les conclusions de la presse.

 Embarras ou real politik de l’opposition ?

Une strophe de conditions posées par l’opposition pour sa caution aux opérations de réalisations de la Lepi, pas une seule entièrement satisfaite par le pouvoir sur le long. Le consensus exigé par l’UN, soutenu par les Alliances ABT et G13, appuyé par la société civile à travers Fors Lepi et finalement reconnu par le gouvernement n’est point effectif. Au contraire, la situation au sein des organes en charge de la réalisation de la Lepi semble plus dramatique avec la démission en bloc de l’opposition. En ce qui est de la précipitation dénoncée, la situation n’est pas plus reluisante. La seule condition satisfaite en partie par le Chef de l’Etat et qui touche à la mise en place d’un groupe de travail pour évaluer les opérations en cours, n’a été honorée qu’à moitié. Le rapport du groupe de travail qui énonce les recommandations pour l’effectivité du consensus n’a pas bénéficié de l’usage souhaité par l’opposition. En somme, tout au long du processus, l’opposition n’a pas eu gain de cause face à un pouvoir qui a su en jouant sur l’apparence de consensus, à faire son diktat.

Mais pourquoi alors l’opposition s’est-elle avisée dans sa position si tant est-il qu’aucune de ses conditions exigées ne sont réunies ? Le ton renonciateur à toute action de boycott du communiqué conjoint du CCSD et de Fors Lepi en date du 26 avril que vient élucider le dernier communiqué solo de l’UN du 27 avril par un appel à ses militants à « se faire recenser massivement », est aux antipodes du long combat de cette alliance. Une seule lecture se dégage alors de cette ultime position de l’opposition qui est évocatrice d’un état de grande confusion des acteurs de ce bloc face à la détermination du pouvoir de conduire la Lepi à son terme : l’opposition a sans doute opté pour la real politik qui la préserve en 2011 d’une liste électorale unicolore acquise au pouvoir. En appelant les populations à soutenir les opérations de recensement en cours malgré elle, en l’absence même de ses représentants à la Cps/Lepi et contre la logique que lui imposent ses propres motifs évoqués dans son dernier communiqué, l’opposition est bien en train de se rendre compte des limites de ses capacités face au régime. Ce recul stratégique s’appelle de la real politik.

Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *