.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pressions politiques en vue de la démission du supervieur de la Cps: L’opposition programme la mort de la Lépi


Pressions politiques en vue de la démission du Superviseur général de la CPS/LEPI

(Le Superviseur général de la Cps-Lepi, Arifari BAKO refuse de lâcher l’affaire)

Après l’échec de son plan B visant à arrêter le processus de réalisation de la Lépi (liste électorale permanente informatisée), l’opposition représentée par l’Union fait la Nation passe à l’offensive. Les membres de cette coalition de partis politiques viennent de décider de mener une guerre sans merci aux partisans indéfectibles de la réalisation de la lépi. Et déjà son plan B est activé avec pour seul objectif la mort du processus. Car pour concrétiser son engagement à asphyxier la lépi, l’opposition a décidé saper les bases  du système de réalisation de la lépi en ordonnant à ses délégués de se retirer du processus. Comme si cela ne suffisait pas, les forces de l’opposition viennent de jeter leur dévolu sur le superviseur général de la CPS/LEPI BAKO Arifari à qui ils demandent de démissionner pour sceller le sort de la lépi. Le refus de celui-ci provoque une montée de la tension qui oblige d’ailleurs les membres de l’union à décider de mettre à prix sa tête. Ainsi, depuis quelques jours, l’Union fait la Nation  a braqué ses projectiles sur le coordonnateur en titre du G13 qui continue de résister. En effet, le superviseur général de la CPS/Lépi a catégoriquement refusé de remettre sa démission à sa famille politique, ce qui lui vaut des pressions à nulle autre pareille. Et depuis, la tension s’est installée entre lui et ses alliés. 

 Gérard AGOGNON

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page