.
.

.

Recrutement massif d’enseignants « patriotes » pour suppléer les grévistes: Le gouvernement opte pour une solution musclée


(Lire le communiqué du gouvernement)

 La fermeté contre le jusqu’auboutisme. Le gouvernement a sans doute rompu le dialogue et engagé un bras de fer face au durcissement du ton des enseignants. L’exécutif est ainsi monté sur ses grands chevaux et a refusé de reculer. A travers un communiqué de presse, le ministre des enseignements maternel et primaire représentant son collègue de l’enseignement secondaire, a lancé samedi le recrutement de nouveaux enseignants pour remplacer les grévistes. Après donc les menaces de défalcations et les propos va-t-en-guerre du Chef de l’Etat, cette nouvelle stratégie vise, selon le communiqué, à sauver l’année scolaire afin d’éviter à l’école béninoise une année blanche. Par cette décision, le gouvernement de Dr Boni Yayi montre à n’en point douter son refus de négociation avec les enseignants des trois ordres de l’enseignement et surtout sa détermination à régler la crise à sa manière, c’est-à-dire par la force et la coercition.

LA LOGIQUE DU CHANTAGE GOUVERNEMENTAL

 Comme il a eu à le faire au temps fort de la grève des douaniers, le gouvernement, visiblement acculé par les enseignants, a décidé de recourir à un recrutement massif qui a peu de chance de prospérer. Mais une chose est certaine. Comme par le passé, le gouvernement risque de buter contre la farouche résistance des grévistes. Ainsi, le corps enseignant qui réclame la satisfaction de ses revendications fera un mur épais contre la mise en application de la décision de recrutement de nouveaux enseignants. En clair, le chantage de l’exécutif risque de ne pas trouver un terrain fertile.

République du Bénin

Ministère des Enseignements Maternel et Primaire 

COMMUNIQUE

 Depuis quelques temps, l’Ecole béninoise est secouée par des grèves répétitives des enseignants, aussi bien du primaire que du secondaire, paralysant ainsi le déroulement normal du calendrier scolaire. Une telle situation, si elle perdurait, pourrait conduire à une année blanche. C’est pourquoi, les Ministres des Enseignements Maternel et Primaire, secondaire, technique et professionnel, au nombre des mesures palliatives, envisagent la mise à disposition de nos écoles maternelles et primaires et autres établissements d’enseignement secondaire, d’enseignants qualifiés, en remplacement de ceux qui seront défaillants pour fait de grève, en vue de combler, en temps utile, le vide qui serait ainsi créé. Ils invitent, en conséquence, les Béninoises et Béninois, titulaires du CEAP ou du CAP et tous autres diplômes d’enseignement secondaire, notamment ceux ayant accompli leur service militaire d’intérêt national et désireux d’enseigner, à s’inscrire dans les registres ouverts à cet effet dans les circonscriptions scolaires pour l’enseignement primaire et dans les directions départementales pour ce qui concerne l’enseignement secondaire, à partir du mardi 23 mars 2010. Le MEMP et le MESFTP voudraient compter sur l’esprit patriotique des uns et des autres pour accompagner le gouvernement dans ses efforts de sauvetage de l’Ecole béninoise qui ne saurait être l’otage de quelque citoyen que ce soit. Vive l’Ecole béninoise! Vive le Bénin! Cotonou, le 20 mars 2010

Pour les Ministres,

Félicien Chabi Zacharie Ministre des Enseignements maternel et Primaire

Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *