.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rassemblement des partisans de Abdoulaye Bio Tchané: La Coalition ABT fait une Démonstration de force


 Les forces politiques soutenant la candidature de Abdoulaye Bio Tchané à l’élection présidentielle de 2011 se sont rencontrées le samedi 06 mars 2010 au Centre international de conférence de Cotonou, pour créer la Coalition ABT 2011. Une salle archicomble ! Une ambiance folle ! peinture en noire du régime de Boni Yayi ! Les hostilités sont lancées avec le camp mais les liens se resserrent avec l’Union fait la Nation de l’opposition. Il sonnait environ 10 heures au Cic de Cotonou. L’ambiance et le décor sur l’esplanade prédisaient un événement capital. Il n’y a avait point d’étendard aux couleurs nationales qui flottaient pour annoncer une manifestation d’ordre public. Mais le flux d’hommes qui convergeaient vers ce lieu montrait par lui seul, l’importance de ce qui allait s’y passer. Des groupes d’hommes giclaient de tous les artères routières qui desservent le Centre. Les parkings d’automobiles et motocycles du grand centre international sont devenus subitement exigus pour recevoir le flot d’engins que lui imposait la mobilisation des militants et sympathisants de la Coalition ABT. Armand est un militant de la Coalition ABT délégué du département Zou-Collines qui venait d’arriver. De sa poche, il a sorti un badge à l’effigie de Abdoulaye Bio Tchané puis l’enrôle au cou. C’est sa sésame pour l’entrée au Cic. Cependant cela ne lui sera pas suffisant pour accéder au bas de la salle rouge où personnalités politiques, culturelles et religieuses arrivaient à s’offrir difficilement une place. Contrairement à ce militant qui à sa place au niveau supérieur de la salle, il y a des centaines d’autres militants qui en l’absence de badges, de carte d’invitation ou pour le retard devraient se contenter d’une place sous les tentes de l’esplanades circonstanciellement aménagés pour l’événement. Place qui va se révéler plus tard au fil des heures, un privilège que des honorables Députés convoiteront. 11 heures du matin. Les niveaux inférieurs et supérieurs de la salle rouge étaient archicombles. Il n’y a plus de chaises non occupées. A l’extérieur de la salle, sur l’esplanade à l’aile droit du bâtiment principal du Cic où étaient montées les tentes, les places sont devenues très rares. Le Cic grouille de monde qui chantait et débattait avec foi en la candidature de ABT. A l’intérieur, on commence par s’impatienter. Soudain, le Présidium de la cérémonie gardé jusque-là dans la grande discrétion par les organisateurs fait son entrée sur le podium de la Salle rouge. Me Raymond Dossa, Epiphanie Hounyè, Jean-Gontrant Quenum, Orou Gani Saka, Amina Taïrou et toute la suite s’installent sous un tonnerre d’applaudissement dans la salle mais aussi à l’extérieur. Et c’est à ce moment seulement qu’à l’intérieur l’on a pu se rendre compte, par le jeu de la retransmission en directe sur écran géant de la cérémonie à l’extérieur, de la dimension de la mobilisation des béninois. En effet, même assis sous les tentes de l’extérieur, les militants ont le privilège de vivre en temps réel sur écran géant tout ce qui se déroulait à l’intérieur. Et vis versa. L’intérieur par la qualité des personnalités présentes rassurent et haranguent la foule à l’extérieur. L’extérieur par la forte mobilisation conforte l’intérieur. Un fibre très important sur lequel le maître de cérémonie du jour, l’animateur, va fortement agir pour réveiller la passion et l’engagement dans le rang des militants présents. Lui aussi bon harangueur de foule. Et c’est fait ! Les discours l’illustrent à merveille. C’est Me Raymond Dossa, Président du présidium qui a ouvert le bal des critiques du régime du Dr Boni Yayi et a planté le décor. Dans une allocution bâtie avec des mots justes que l’intonation de l’orateur vient amplifier d’ un air grave pour soulever les acclamations nourries de l’assistance, Me Raymond Dossa a peint d’une manière solennelle le tableau de la situation socioéconomique et politique du Bénin. Et face à un public hypnotisé par le passage de Me Raymond Dossa, le champ est balisé pour les autres orateurs. Pas de difficultés majeures pour Amina Taïrou qui a lu la déclaration politique de la Coalition. Puis c’est la série des partis et personnalités amis et sympathisants ou partenaires de la coalition. Dans cette catégorie, l’Union fait la Nation conduite par le Coordonnateur Général Idji Kolawolé aura décroché la palme d’or au regard des ovations du public. Son discours se superpose aisément à celui de la Coalition ABT tant dans la peinture calamiteuse du régime actuel que dans la manière d’envisager l’avenir dudit régime. Andoche Amègnissè de l’Union Nord Sud, Aboubacar Arouna du Fard Alafia, Martin Ahouandogbo du Fapd, Akindes Adékpédjou, Basile Ahossi du G13, Paul Gnimagnon de Nep Mixalodo et autres se succèderont au pupitre sans se dédire : le régime du Dr Boni Yayi doit être remplacé en 2011. Les intermèdes poétiques et musicaux n’ont pas suffi à adoucir les passions qui se sont enflammées dans la salle rouge. Désormais plus rien ne peut arrêter les partisans de ABT dans leur foi. Le 06 mars aura été pour les Amis de Bio Tchané, l’un des rares événements qui participent dans la vie d’un fidèle à la consolidation de sa foi. Renforcés dans leur espérance, les militants et sympathisants sont repartis chez eux avec la ferme conviction que l’entrée de leur Jocker au Palais de la Marina est une question de jours.

Medard GANDONOU

Discours et interventions lors de la création de la Coalition ABT

 Le régime Yayi cloué sur pilori au Cic La voie neutre et centriste que beaucoup espéraient du bloc ABT n’a pas été entendue. Le son de cloche modéré sur l’état sociopolitique et économique attendu ce 6 mars au Centre international de conférence de Cotonou s’est très tôt mué en un glas qui résonne pour annoncer la fin du régime. C’est le mot de bienvenu du Président du présidium Raymond Dossa qui plante le décor d’une rencontre assez critique pour le Chef de l’Etat Boni Yayi. « Nous voici réunis pour crier à la suite de nombreux autres, notre ras-le-bol face à ce qui apparaît de plus en plus comme l’émergence de la République bananière », déclare M. Dossa pour rompre avec toute confusion sur la ligne politique de la Coalition en création. A la différence des orateurs qui portent les discours dans le cap ABT, les maux dénoncés par la Coalition ABT peuvent aisément se superposer aux critiques de l’Union fait la Nation. Et du coup, Coalition ABT et l’UN sont devenus des peintres d’un même tableau symbole d’un Bénin en marche vers le déclin. L’Union fait la Nation a ressassé une fois encore ses critiques acerbes envers le régime de Boni Yayi pour se féliciter d’être rejointe par de nouvelles forces. D’ailleurs les discours respectifs des deux groupes sur le régime du Changement sont quasiment interchangeables. L’état des lieux qu’a présenté la Coalition ABT peut être signé de l’Union fait la Nation sans malaise : « …l’interdiction des marches aux membres de l’opposition et aux syndicalistes, le matraquage des opposants, l’utilisation des institutions de l’Etat à des fins punitives pour réprimer tous ceux qui s’insurgent contre la pensée unique, injonction faite par le pouvoir d’arrêter l’exécution des décisions de justice etc. ». L’ancien député Akindes Adékpédjou complètera « l’excellence dans la corruption sous le régime du Changement ». Ces partis et alliances qui se rejoignent dans le diagnostic du mal Béninois semblent également partager la solution à appliquer pour un résultat efficace. Pour la Coalition, « il ne faut pas faire cavalier seul » mais plutôt « œuvrer aux côtés de toutes les autres coalitions existantes et à venir et de toutes celles et ceux pour qui, l’alternance en 2011 est un impératif majeur, une solution salvatrice, un défi hygiénique ». Selon l’UN conduite par Idji Kolawolé, « la Coalition ABT est pour l’Union fait la Nation un motif d’espoir » car croit-il le combat est annoncé alors pour être celui de plusieurs regroupements ». Cette alternance en 2011 est aussi partagée par Paul Gnimagnon du Nep Mixalodo qui la considère comme un impératif. Mais hypnotisé par la similitude des points de vue entre la Coalition ABT, l’UN et le Nep Mixalodo, il estime que le prochain pas sera de mettre toutes ces forces ensemble pour empêcher Boni Yayi d’accéder au second tour de la présidentielle de 2011. En somme, les discours au Cic ce samedi ne positionne pas une nouvelle force politique centriste mais une véritable force de l’opposition qui a fait une entrée fracassante dans l’arène politique nationale.

Coalition ABT

DECLARATION POLITIQUE
Le BENIN, notre pays qui a accédé à la souveraineté internationale en 1960, a une histoire politique très riche dont la constance est l’exigence du Peuple en matière de bonne gouvernance. De l’intégration de la colonie en 1904 à l’Afrique Occidentale Française avec une mise sous administration directe jusqu’en 1957, on compte 26 gouverneurs. Cela traduit le caractère irréductible de la colonie, prompte à dénoncer les erreurs et abus de l’administration coloniale.
  Au lendemain de l’indépendance, les tumultueuses successions au pouvoir, ont conduit à la révolution de 1972. La résistance déterminée du peuple béninois contre la pensée unique et la confiscation des libertés fondamentales pendant cette période et l’aspiration profonde de la population à changer de régime ont conduit à la Conférence des Forces Vives de la Nation de février 1990.
  Cette Conférence a marqué un véritable tournant dans la vie politique nationale. Tout en redonnant confiance au Peuple, elle a permis la réconciliation nationale, l’avènement de l’ère du Renouveau Démocratique ainsi que l’adoption de la Constitution le 11 décembre 1990. Dans cette Constitution, le Peuple réaffirme « son opposition fondamentale à tout régime fondé sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice, la corruption, la concussion, le régionalisme, le népotisme, la confiscation du pouvoir et le pouvoir personnel ».
 Au lendemain de l’adoption de cette Constitution, le Bénin a connu une transition d’un an réussie. Le quinquennat du Président SOCLO (1991-1996) a mis le BENIN sur l’orbite des nations africaines tournées vers la démocratie véritable.
  Néanmoins, le Peuple, dans la recherche d’une vie plus harmonieuse nonobstant les grandes réalisations d’infrastructures du régime du Président SOGLO, a fait revenir le Général KEREKOU, Père véritable du Renouveau Démocratique, figure de proue de la paix et de l’unité nationale.
  Le Peuple, aspirant profondément au changement véritable a éliminé dans son choix de 2006 tous les acteurs politiques impliqués dans la gestion des quinze ans du Renouveau Démocratique. Ce fut alors, avènement du Changement.
Mais que peut-on retenir de ce Changement depuis le 6 avril 2006 ?
On assiste à :
1- des violations répétées de la Constitution du 11 décembre 1990 ;
2-des menaces sur le pluralisme politique et le multipartisme intégral ;
3- un mauvais climat entre les acteurs politiques et les acteurs sociaux ;
4- des menaces sur la liberté de presse et la liberté syndicale ;
5- la gestion calamiteuse des ressources humaines, matérielles et financières ;
6- des rapports tendus entre l’appareil législatif et l’appareil exécutif.
A tout cela, il faut ajouter des menaces sur l’unité nationale, la cohésion sociale et la laïcité de l’Etat.
  La violation des principes et règles des finances publiques ainsi que la mauvaise gestion des ressources humaines sont érigées en méthode de direction.
  L’Assemblée Nationale est toujours en quête de quiétude et d’autonomie pour son bon fonctionnement.
 La Justice, ainsi que les autres Organes de Contre Pouvoir sont en proie à la caporalisation. De façon générale, la tendance au niveau de l’Exécutif est à la ferme volonté de détenir les rênes de commande de toutes les Institutions de l’Etat.
 L’administration publique est devenue une jungle où le copinage, les manœuvres politiciennes, le clientélisme, la corruption et autres tares de la société sont érigés en règle.
  Le recours aux ordonnances sur la base de l’article 68 de la Constitution pour adopter une loi de Finances rejetée par le Parlement pour des raisons bien fondées est un refus de dialogue entre les institutions, malgré les alertes des députés et de la société civile. Une grande méfiance entre les forces politiques, renforcée par la non installation à temps des conseils communaux et municipaux, fait craindre le pire.
  A-t-on encore besoin d’apporter la démonstration que la corruption est au cœur même du régime dit du changement?
Le Gouvernement est empêtré dans des scandales de tous genres (CEN-SAD, Escorte de véhicules d’occasion, projet de micro finance, Avion présidentiel, etc. !)
  Aujourd’hui, la désillusion est manifeste sur toute l’étendue du territoire. Le régime de mars-avril 2006 a failli. Il n’a pas pu, entre autres, lancer le pays sur l’orbite de la création de richesses et d’emplois. Loin s’en faut. Pourtant, ce ne sont pas des ressources nécessaires à cet effet qui font défaut. Car, le Bénin dispose de l’essentiel des ressources humaines, matérielles, financières et morales pour son progrès économique et social. Certaines ne sont pas mises à profit à cet effet. D’autres sont malheureusement gérées de façon inappropriée par ce régime comme suffisamment illustré plus haut.
  Voilà pourquoi le pays régresse chaque jour à tous points de vue. Mais il mérite un meilleur sort.
C’est pour donner un coup d’arrêt à cette désastreuse situation, sauver la démocratie et remettre la Nation sur la voie du progrès économique et social que des Partis, Mouvements, Associations et Personnalités regroupés au sein de la Coalition ABT -2011 rendent publique la présente déclaration.

Les objectifs que vise la Coalition ABT -2011 sont : 

1- Promouvoir la démocratie et l’Etat de droit conformément à la Constitution du 11 décembre 1990 ;
2- Proposer une alternative crédible au Peuple ;
3- Susciter et soutenir la candidature de Mr Abdoulaye BIO TCHANE pour les élections présidentielles de 2011 ;
4- Gouverner autrement sur la base d’un projet de société et d’un programme de Gouvernement clair précis, réaliste mais ambitieux et dont l’impact est mesurable quant au développement du pays ainsi qu’à la vie matérielle et morale du citoyen. La Coalition ABT -2011 reste ouverte. Elle lance un vibrant appel à toutes Organisations (Partis politiques, Mouvements, Associations) et Personnalités à se joindre à elle pour la réalisation des nobles objectifs ci-­dessus.
Elle est déterminée à conjuguer ses efforts avec toutes structures et bonnes volontés pour la réalisation effective d’une alternance crédible en 2011.

Vive la Coalition ABT -2011 ;
Vive la Démocratie;
Vive le BENIN.

Fait à COTONOU le 06 Mars 2010

La Coalition ABT -2011

Communiqué de presse
La Coalition ABT-2011 portant et soutenant la candidature de Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE â fait sa sortie officielle, ce samedi 6 mars 2010 au Centre international de conférence de Cotonou.
Dans sa déclaration politique livrée ce jour, la Coalition a mis en relief que depuis le 6 avril 2006, des inquiétudes majeures se posent. Parmi elles, comptent :
– Des violations sans cesse de la Constitution du 11 décembre 1990 ;
– Des menaces sur le pluralisme politique et le multipartisme intégral :
– Un climat délétère entre les acteurs politiques et les acteurs sociaux; Des menaces sur la liberté de presse et la liberté syndicale ;
– La gestion calamiteuse de ressources humaine, matérielles et financières ;
– Des rapports tendus entre le Parlement et le Gouvernement.
A tout cela il faut ajouter les menaces sur l’unité nationale, la cohésion sociale et la laïcité de l’Etat. De même, la violation des principes et règles des finances publiques ainsi que la mauvaise gestion des ressources humaines et l’improvisation sont érigées en méthode de direction. La Coalition constat aussi que l’Assemblée nationale est toujours en quête de quiétude et d’autonomie pour son fonctionnement. La justice par ailleurs, ainsi que tous les autres Organes de Contre Pouvoir sont en proie à la caporalisation.
De façon générale, la tendance au niveau de l’Exécutif est la ferme volonté de détenir les rênes de commande de toutes les institutions de l’Etat.
 On constate aussi que l’Administration publique est devenue une jungle où le copinage, les manœuvres politiciennes, le clientélisme, la corruption et autres tares de la société sont érigées en règle.
Le recours aux ordonnances sur la base de l’article 68 de la Constitution pour adopter une loi de finances rejetée par le Parlement pour des raisons bien fondées est un refus de dialogue entre les institutions, malgré les alertes des députés et de la société civile. Une grande méfiance entre les forces politiques renforcée par la non installation à temps des conseils communaux et municipaux fait craindre le pire.
Il n’est plus besoin d’apporter la démonstration que la corruption est au cœur du régime de changement. Et il est loisible de constater que le Gouvernement est empêtré dans les scandales de tous genres (Cen­-sad, Escorte de véhicule d’occasion, projet de micro-finance, Avion présidentielle, machines agricoles, etc. …!)
Pour la Coalition, ABT-2011, la désillusion est manifeste aujourd’hui sur toute l’étendue du territoire. Le régime de mars-avril 2006 a failli. Il n’a pas pu entre autres, lancer le pays sur l’orbite de la création de richesses et d’emplois. Pourtant, ce ne sont pas que des ressources nécessaires à cet effet qui font défaut. Le Bénin dispose de l’essentiel des ressources humaines matérielles, financières et morales pour son progrès économique et social. Certaines ne sont pas mises à profit à cet effet. D’autres sont malheureusement gérées de façon inappropriée par le régime de changement.
 Voilà pourquoi le pays régresse chaque jour à tous point de vue.
 Est-ce la fatalité? NON!
 Notre pays mérite un meilleur sort.
C’est pour donner alors un coup d’arrêt à cette désastreuse situation et remettre la Nation sur la voie du progrès industriel, économique et social que des Partis, Mouvements, Associations et Personnalités réunis au sein de la Coalition ABT-2011 ont rendu public ce jour samedi 6 mars 2010, une Déclaration.
Nos objectifs sont :
Promouvoir la Démocratie et l’Etat d e droit conformément à la Constitution du 11 décembre 1990 ;
Proposer une alternative crédible au Peuple;
Susciter et soutenir la candidature de Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE pour les élections présidentielles de 2011 ;
Gouverner autrement sur la base d’un projet de société et d’un programme de gouvernement clair, précis, réaliste mais ambitieux et dont l’impact est mesurable quant au développement du pays ainsi qu’à la vie matérielle et morale du citoyen.
La Coalition ABT-2011 voudrait donc à travers ce communiqué qui appuie notre sortie officielle de ce jour, lancer un vibrant appel à toutes Organisations (Partis politiques, Mouvements, Associations) et Personnalités à se joindre à nous pour la réalisation des nobles objectifs ci-dessus. .
Nous sommes déterminés à conjuguer nos efforts avec toutes structures et bonnes volontés pour la réalisation effective d’une alternance crédible en 2011.

 Medard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *