.
.

Le triomphe de la vérité

.

Intervention du député Georges Bada sur Océan FM: « L’UN n’est pas prête à se battre en son sein mais à combattre les gens de l’extérieur »


Vues : 9

Georges Bada a donné de la voix dimanche dernier. Dans sa sortie médiatique au cours de laquelle il a été l’invité de l’émission « Carte sur table » de Radio Océan FM, le député de la Renaissance du Bénin, a donné des clarifications sur la récente convention de l’Union fait la nation. L’invité s’est à cet effet prononcé sur l’absence de certains animateurs de la politique nationale. Le bureau de l’alliance a aussi fait le plat de résistance de l’honorable.


Océan FM: Pourquoi Célestine Zanou n’était-elle pas à la convention ?

Honorable Georges Bada: La question mérite d’être posée, mais je pus vous dire que rien de fondamental ne nous oppose à notre sœur, Célestine Zanou. Si elle est absente, c’est bien pour des raisons propres mais qui ne sont pas en dynamique d’union parce qu’elle a participé à tous nos travaux antérieurement. Aussi parce que l’union est née les 30 et 31 janvier par cette convention mais l’union existe déjà depuis le 12 mars. C’est depuis les assises de Bohicon,  les 28 et 29 novembre 2008 où il y a eu pas mal  de participations qu’elle a essayé de faire preuve et continue d’être  avec nous jusqu’à ce que publiquement vous l’interrogez  et qu’elle puisse évoquer les raisons de son absence. Rien ne nous oppose à elle sinon quand nous nous retrouvons tous ensemble, c’est dans un même creuset pour une alternance dans le pays.

J’espère qu’après la convention, les membres  ont rencontré Madame Zanou ?
Nous continuons les échanges avec tous les absents. C’est vrai que Célestine Zanou a été absente à cette convention, mais elle a toujours été de cœur avec nous.

Épiphane Quenum non plus n’était avec vous ?
C’est vrai. Mais il avait des occupations puisqu’il était invité pour prendre y part… mais vous savez aujourd’hui qu’il y a une chose importante qu’est la réalisation de la Lépi. Et je profite de votre canal pour dire qu’il n’est pas le seul à vouloir de la réalisation de la Lépi. Nous le voulons tous.

L’autre élément d’appréciation que donne la ligne de l’Union fait la nation, c’est son bureau constitué de 8 membres. Pourquoi huit (8) ?
Vous me surprenez avec la question. Et je crois qu’il faut bien suivre les choses. L’Union fait la nation est un bureau provisoire devant conduire à un grand parti, donc il y a des organes. Maintenant que vous me parlez d’un bureau de 8 membres, je crois que cela pèse comme vous le dites. Si c’était un chiffre impair, ça permettrait l’équilibre. J’ai vu là où vous voulez en venir, mais à ma seule connaissance, il n’y aurait pas de question à poser autour de vous parce que nous avons totalement dit que c’est un consensus de creuset que l’union crée. C’est une équipe qui n’est pas prête à se battre en son sein mais à se battre contre les gens de l’extérieur.

L’un des points critiques que vous avez évité jusque là est le caractère régionalisme du groupe dénoncé par vos adversaires. Que répondez-vous ?
Ecoutez, je suis surpris de vous entendre le répéter, c’est vrai ; pas mal de gens en parlent. Mais, non ! L’union fait la nation a en son sein de grands partis politiques. Maintenant si l’on  concède au parti la Renaissance du Bénin reste comme un parti national, c’est qu’on pouvait contester l’union fait la nation de n’avoir pas également une assise nationale. Si vous concevez avec moi  que nos amis d’en face ont un président, Mr Azatassou qui est de Banikoara et qui porte la présidence des FCBE. Je veux aussi nommer l’honorable Grégoire Laourou, Président de l’Umpp qui est de Bantè. Croyez-moi,  les membres de l’union ont des partis politiques représentés un peu partout dans notre pays. Si vous prenez les partis en leur quintessence, je ne vois pas pourquoi il faut porter cette critique. Évidemment on sait que celui qui veut aller loin doit accepter des critiques mais des critiques fondées. Il faut que le peuple béninois sache que l’union fait la nation ne vise aucunement la division de ce pays. Au contraire, c’est la division que nous voulons faire partir. Ce n’est pas parce que je ne suis pas né à Tchaourou que je ne suis pas Béninois. Concevez avec moi que je ne suis pas clairvoyant pour les gens du Sud, du Nord, du Centre. Il faut nécessairement comprendre dans ce pays que les intérêts qu’on devait chercher désormais, c’est la lutte contre le régionalisme. Et l’autre chose que nous devrons chercher à mettre en place les autres jours à venir puisque nous sommes en alliance de partis aujourd’hui à l’image de l’ANC (Congrès national africain de l’Afrique du sud).

Aujourd’hui je suis sûr que vous ne serez pas d’accord que le Chef de l’Etat forme un Gouvernement dans lequel il n’aura que des gens d’une région donnée ?
Il ne pourra aucunement le faire. Et le bureau que vous savez n’est qu’un bureau provisoire devant mener l’alliance à ce que le peuple béninois sache. Donc il ne faudra pas que nous fassions des débats de régionalistes. Il faudrait que nous amenons ce débat à sa hauteur en disant que l’union fait la nation veut aujourd’hui construire un Bénin uni. Vous verrez que lorsque les organes seront mis en place, dans chaque département, des gens s’informeront sur les idéologies de l’alliance. Nous, nous sommes pour la déconcentration pour cela donc nous avons prévu des organes qui tiendront compte de tous ces éléments. Ainsi l’Union fait la nation se retrouvera sur tout le territoire national.

Quelque chose qui n’est pas passée d’inaperçue dans ce bureau c’est bien l’absence de Léhady Soglo et de Adrien Houngbédji. Qu’en dites-vous ?
L a question me parait normale puisque vous la posée. Mais il n’y a pas de raison qui nous aient poussé à ne pas mettre les deux dans le bureau. Vous me direz également que dans le bureau il n’y a pas le président Soglo ou tel autre. Non, la motivation de former le bureau se veut un bureau dynamique, qui mène aux échéances de 2011 et permette que l’alliance puisse devenir un grand parti et fort. Ce n’est pas parce que ces deux seront candidats aux élections prochaines qu’ils ne seront plus membres de l’alliance. Mais ils sont dans les organes qui amèneront l’alliance à bon port. Pour l’union, nous aurons la conférence des présidents avec deux personnalités de leur parti et à partir de ce moment, vous savez bien le président Adrien Houngbédji qui est  sans doute membre de la conférence, c’est l’organe le plus important de l’union,  de même Rosine Vieyra Soglo qui est également membre et là permettez-moi de faire un hommage vraiment mérité à Léhady Vinagnon Soglo pour la facilité qu’il a apporté à la création de cette union. Tous  les Béninois doivent donc savoir que nous voulons faire quelque chose de sérieux et bien. Aujourd’hui la Renaissance du Bénin est fondatrice  de cette alliance contrairement à ce que pensent certains.

Les jeunes de la mouvance présidentielle vous ont attribué un candidat du nom du président Adrien Houngbédji…
 C’est vrai que l’avenir de ce pays concerne tout le monde. Et là je veux saluer leur courage pour avoir suggéré un candidat mais nous, nous ne suggérons personne à leur niveau. C’est mieux qu’ils prêchent pour leur paroisse mais s’ils veulent venir à nous, la porte leur est grandement ouverte. Que le candidat de l’alliance choisi soit X, Y ou Z, vous verrez comment ensemble nous allons suivre le pouvoir. Là ce n’est plus un individu qui porte la destinée d’un groupe mais plutôt tout un groupe. Nous devons donc cesser de regarder dans le rétroviseur pour fixer l’avenir. D’ailleurs le couple Soglo explique déjà dans le Zou les objectifs de l’alliance à notre base, c’est pareil dans l’Ouémé et le Plateau et sur tout l’étendu du territoire national. Il faut donc dire que ce qui nous rassemble est plus important que ce qui peut nous diviser. 

Il paraîtrait  que vous avez fini de faire vos critiques ?
Écoutez,  il n’aura pas d’autres pour faire le Bénin. Non, il n’aura que des Béninois. Regardons devant nous pour se donner des assurances de ce que le Bénin peut se redresser. C’est pourquoi nous nous sommes mis ensemble. Pas pour des combats de politiques mais un combat pour le développement et l’amélioration des conditions de vie de vos populations.

Mais il y des partis politiques qui continuent de taper à votre porte ?
Je vous dis qu’il y a plusieurs partis qui tapent comme vous l’avez dit à notre porte mais les modalités seront claires et c’est la conférence des présidents qui décidera suivant les critères. Il n’aura aucune difficulté pour que ces partis qui ont les mêmes idéaux, et qui prônent le changement du changement puissent être avec nous. Et je dirai que l’Union a mis en place des processus pour que tous les partis qui ont les mêmes objectifs que nous, nous accompagnent. Je dirai que le Président Abdoulaye Bio Tchané a les mêmes ambitions que nous, il veut l’alternance comme nous. Et tous  ceux qui se trouvent dans cet ensemble doivent s’unir. Aujourd’hui nous sommes fiers des expériences d’hier…

Propos transcris par Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page