.
.

Le triomphe de la vérité

.

EDITORIAL: La sincérité du budget


Le vote du budget 2010 sera-t-il plus sincère que celui de 2009 ? La question se pose aujourd’hui puisque l’on connaît les manipulations ayant abouti au vote de la précédente loi des finances. Il y a un an, les députés ont voté la loi des finances 2009  à une écrasante majorité et dans des conditions scabreuses. On avait cru à une réelle unanimité autour de cette loi qui faisait une place nette à la promotion du secteur privé. On se rappelle en effet qu’elle avait opéré une réduction  de l’impôt sur le revenu passé de 38% à 30% afin d’encourager les investisseurs et les entrepreneurs. De même, l’impôt sur les salaires a été dégraissé de moitié, de 8% à 4%, induisant une diminution subséquente des charges salariales. Sans compter la réforme des réformes, la suppression de la patente pour les jeunes entreprises, une mesure destinée à inciter les jeunes à devenir entrepreneurs. Ce fut sans doute une mesure salutaire puisque le Centre de Formalité des Entreprises  (CFE) signale en juin  une montée en flèche des créations d’entreprise dont le taux a augmenté de 72% par rapport à l’année dernière. Les autres mesures attendues par les entrepreneurs  sont notamment la suppression de la caution bancaire exigée pour créer une entreprise, la revitalisation du Guichet Unique du Port et la réduction des formalités fiscales encore lourdes.  Les députés étaient donc objectivement fondés à adopter la loi des finances 2009 avec ces mesures incitatives nécessaires en ces périodes de  crise pour créer une dynamique nouvelle pour le climat des affaires. Rachidi Gbadamassi par exemple, bien qu’étant alors au plus fort de sa contestation anti-Yayi, devait expliquer son vote par ces mesures qui constituent pour les PME une véritable bouffée d’oxygène.
La volonté de l’opposition d’apaiser  la situation politique a été également mise en avant par les uns et les autres, étant donné que 2008 a donné lieu à deux ordonnances présidentielles successives, la dernière portant adoption du collectif budgétaire, en novembre. Et c’était clair : quel que soit ce que l’opposition ferait, le budget ne pourra être bloqué.

Mais en janvier seulement, le maire de Cotonou
 s’indigne de ce budget qu’il juge être le pire de
 toutes les lois de finance depuis le Renouveau démocratique. Nicéphore Soglo incriminait notamment la suppression de la patente pour les entreprises, la taxe de voirie et de la taxe foncière unique, qu’il estime être un véritable coup de poignard dans le dos des mairies. Le maire de Cotonou avait notamment vu que le budget municipal serait amputé de 63% du fait de cette mesure. Paradoxe, son épouse a pratiquement forcé la main à ses collègues pour voter ce budget qu’il condamnait pourtant avec tant de véhémence.

Rosine Soglo a pu faire dernièrement des ” révéla
 tions ” sur ce curieux vote montrant combien les
 députés ont été ” approchés ” pour voter cette loi des finances malgré ses insuffisances. Il faut se demander si les insuffisances incriminées sont effectives. Mais la question est de savoir comment l’on vote les budgets au Bénin.  Tout porte à croire que des processus corruptifs sont mis en branle pour les faire passer comme lettres à la poste et que les gesticulations des députés faisant croire à une volonté de s’opposer à certaines de ses failles éventuelles, ne sont qu’une façon de camoufler la réalité  et de faire monter les enchères. Au cœur du budget et de son vote, il y a ainsi des jeux de passe-passe entachant l’honorabilité des Honorables députés. Cette fois encore, avec un budget de  1267 milliards 407 millions de FCFA (soit 2,3% d’augmentation par rapport à celui en cours), les députés les plus avisés ne le voteront pas sans exiger ” leur  part “. Dans le camp présidentiel comme dans l’opposition, on sait que la partie comportera des dessous-de-table invisibles à l’œil nu.  La sincérité du vote laissera à désirer et l’on aura du mal à reconnaître la part de patriotisme et d’honorabilité que le titre de député tend à exalter.

Olivier DJIDENOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page