.
.

Le triomphe de la vérité

.

Marche de l’opposition contre l’arbitraire et l’autocratie du Changement : Le régime Yayi humilié devant la communauté internationale


marche contre le régomeSi l’objectif de cette marche de l’Union fait la Nation à travers Porto Novo pour protester contre la détention du Maire de Dangbo était de présenter le régime du Dr Boni Yayi comme autocratique devant la communauté internationale, alors le coup est réussi. Les G et F ont frappé le pouvoir à un moment crucial où les caméras internationales étaient braquées sur le Bénin. En effet, alors que la communauté internationale à travers d’éminents personnages politiques africains et occidentaux s’activait à Cotonou pour définir les voies et moyens pour mieux lutter contre les faux médicaments, les figures de proue de l’opposition béninoise ont choisi battre macadam à travers la capitale administrative et politique du pays pour fustiger les dérives dictatoriales du régime du Changement. Ainsi devant ce gradin impressionnant de Chefs d’Etat africains et de personnalités des institutions internationales, l’opposition a réussi à peindre le pouvoir en place en noir. Préférant à la messe pompeuse  du Palais des Congrès de Cotonou contre les faux médicaments, « la justice, le respect de la légalité et de la séparation des pouvoirs », l’Union fait la Nation a su choisir le meilleur moment pour mieux atteindre son adversaire. Sans aucun doute, cette action a fragilisé l’image de marque du Chef d’Etat béninois auprès de ses pairs devant qui plus d’une fois certainement, il peut se targuer de sa particularité démocratique. L’opposition par cette marche a ramené Boni Yayi sur le même piédestal que celui des timoniers ou héritiers de timoniers présents à cette conférence. D’ailleurs toutes les déclarations enregistrées des leaders politiques présents à cette marche semblent orientées à atteindre cet objectif. La virulence des propos de Adrien Houngbédji du Prd, de Idji Kolawolé de     Madep, de Gaston Zossou, Léhady Soglo sont des preuves assez expressives. Mais ce sont les propos de Gaston Zossou  qui sont plus illustratifs de ce registre : « nous nous battons pour les libertés, nous nous battons contre le régionalisme et contre les formes de discriminations. Nous nous battons contre le pillage de notre économie, nous nous battons contre le règne des gangsters ».
Une chose est de définir les belles actions en politique mais l’important est de savoir l’exécuter au bon moment  pour avoir le meilleur impact dans l’opinion.
Médard GANDONOU

Motion de protestation

Nous, manifestants, membres et sympathisants de l’Union fait la Nation,
Nous manifestants, simples citoyens et sans voix, descendus par dizaine de milliers ce jour, lundi 12 Octobre 2009, dans les rues de Porto-Novo ;
Tenons, par la présente motion, à signifier au gouvernement et à son chef, que le peuple a tout compris et que trop, c’est trop !
Nous avons compris que le Président Yayi Boni, qu’une majorité écrasante de béninois avait porté en triomphe en Mars 2006, ne voulait pas du changement de nos conditions de vie et de travail. Nous avons tout compris. Yayi Boni ne voulait pas du changement dans nos vies de citoyens. Il voulait changer ses propres conditions de vie, les conditions de vie de certains de ses coreligionnaires, les conditions de vie de certains de ses frères et sœurs d’ethnie, qui rampent à ses pieds.
 Dès son arrivée, il a voulu détruire, « tuer » tous les acteurs politiques, y compris ceux qui l’ont fait élire, pour fabriquer de nouvelles têtes, qu’il peut dominer facilement, commander facilement et soumettre à sa volonté de puissance. Dès son arrivée, il a voulu détruire, « tuer » tous les opérateurs économiques, y compris ceux qui ont les plus grassement financé sa campagne, afin de pouvoir fabriquer de nouveaux riches : c’est ainsi qu’ont émergé les nombreux scandales financiers, les marchés publics frauduleusement passés en gré à gré, c’est ainsi qu’au Bénin, une paire de gants à mains a commencé par coûter 90 000 FCFA et un imperméable ordinaire, 400000 FCFA.
Dès son arrivée en Avril 2006, le Président Yayi Boni, voulait changer le Bénin des libertés, du consensus, de la diversité, de la discussion, de la confrontation pacifique des idées, il voulait changer ce Bénin séculaire, en un Bénin d’idolâtres, qui chantent à sa gloire. Il voulait un Bénin de larbins et de couards qui ne savent dire que « OUI, maître », un Bénin où tout le monde doit perdre la mémoire de tout ce que ce pays a été, pour ne se ramener qu’aux pseudo réalisations d’un nouveau Messie, nommé YAYI Boni.
C’est ainsi qu’il a décidé de créer son FCBE, qu’il a introduit partout comme instrument de division et de haine. Partout où FCBE passe, la paix et la quiétude trépassent. Pour que tout le monde chante le nouveau Messie, il faut que sur toute l’étendue du territoire national, chaque conseiller local ou communal soit FCBE, il faut que chaque Maire soit FCBE, il faut que chaque citoyen soit FCBE. Exactement comme dans les années 70 avec certains régimes de triste mémoire.
Le Président Yayi Boni nourrit le mauvais rêve d’un Bénin à genoux devant lui et d’y instaurer l’autocratie. Si un Maire n’est pas FCBE, cela donne l’urticaire au Président Yayi Boni. Le Maire de Dangbo n’est pas FCBE. Il a osé se démarquer de l’hypocrisie. C’est cela sa faute. C’est pourquoi il a été jeté en prison, c’est pourquoi, il est maintenu en prison, c’est pourquoi, il reste encore prison. Le Maire Gnonlonfoun de Dangbo est un prisonnier d’opinion. C’est un prisonnier politique.
Officiellement, on lui reproche d’avoir eu une posture ambiguë dans un dossier de 2 millions 600 mille francs. Mais on laisse en liberté et sans inquiétude aucune, des Maires FCBE qui ont volé sans ambages des dizaines de millions de francs. Le Parquet sous l’ordre du Ministère de la Justice préfère ne pas poursuivre les repris de justice qui sont aujourd’hui Ministres, Préfets ou autres. Le Parquet préfère fermer les yeux, sur les crimes économiques du régime YAYI, qui a mis nos finances publiques à genoux, et qui a produit en moins de deux ans, 106 milliards de dettes intérieures, compromettant ainsi la survie de nombreuses entreprises nationales.  Le Parquet préfère ne rien dire, ne rien entendre et ne rien voir quand le Président de la République dépense des milliards sur une épave d’avion qui ne vole jamais, quand le Président de la République dépense des millions et des millions pour acheter la sympathie des musulmans de tout bord, des chrétiens de tout bord, des Chefs de culte Vodun de tout bord, pour acheter la conscience des citoyens, etc.,
Nous avons tout compris. Le slogan yayiste du changement, c’est la poudre aux yeux. Le slogan yayiste du changement, c’est pour nous endormir. Avec Yayi, rien n’a changé. Avec Yayi rien  ne peut changer. Avec Yayi, le peuple,doit rester vigilant et dire comme un seul homme, nous avons tout compris : Yayi veut le changement pour lui, mais le peuple veut un autre changement, le peuple veut un changement pour plus de justice, plus de rigueur dans l’utilisation des fonds publics, pour exiger plus de résultats aux gestionnaires de la chose publique, pour moins de corruption, pour moins de gabégie, pour moins de népotisme, pour moins de concussion, pour moins de bouffonnerie et de propagande nauséabondes. 
Pour construire ce changement que nous voulons, pour aller dans la direction que nous avons souhaité hier, que nous souhaitons aujourd’hui et que nous voulons demain, nous voudrions vous faire porter, Mesdames et Messieurs de l’Union fait la Nation, notre message, notre foi, nos espérances.
C’est pourquoi, nous saluons la présence effective à nos côtés, des leaders de l’Union fait la Nation. Nous vous saluons. Merci pour nous avoir indiqué le chemin. Merci pour votre leadership clairvoyant. Nous ferons tout, pour que la paix règne dans pays, qui doit rester uni et indivisible. Nous vous encourageons à poursuivre le combat sans relâche contre l’imposture baptisée « Changement » dirigé par un gouvernement kleptomane. Nous vous demandons et exigeons même de vous, de poursuivre le combat, pour défendre les libertés et la démocratie, comme vous l’avez fait en 1989 / 1990, comme vous l’avez fait en 2005 / 2006 et qui a permis à M. Yayi Boni d’être dans sa position actuelle de Président de la République. Nous vous demandons et exigeons même de vous, de nous inspirer, de nous orienter. Le Bénin ne doit pas devenir une République bananière. Nous ne voulons pas de prisonnier politique au Bénin et que nous exigeons que Clément Gnonlonfoun soit libéré ici et maintenant. Disons avec vigueur à Yayi Boni, de changer de mode de gouvernance. Il faut que Yayi Boni s’arrange pour que le Bénin retrouve sa première place en Afrique en terme de classement des pays de liberté de la presse, tel que c’était avant son arrivée en 2006. Il faut que Yayi Boni s’arrange pour que le Bénin retrouve sa place de pays de concentration de l’aide canadienne, tel que c’était avant son arrivée. Il faut que Yayi Boni s’arrange pour que le Bénin reprenne tout au moins son rang, avant son arrivée, au nombre des pays où l’on peut faire des affaires et investir. Il faut que Yayi Boni s’arrange, pour qu’il n’y ait plus de prisonnier politique, tel que c’était avant son arrivée. Entre parenthèses, nous voulons que chacun sache, que le cas d’un Maire à qui l’on reproche une attitude ambiguë dans un dossier de 2 600 000 ne peut être comparé à celui d’un Maire que tout compromet dans l’assassinat d’un juge, le juge Coovi. Comparaison n’est vraiment pas raison.
Nous voulons un pays de paix, de justice, de prospérité, de libertés.
Monsieur le Préfet des Départements de l’Ouémé et du Plateau, voilà notre message. Portez ce message à qui de droit.
Messieurs les leaders de l’Union fait la Nation, voilà notre message.
Nous voulons que le Maire Gnonlonfoun soit libre. Nous voulons que ce pays soit mieux gouverné. Nous avons maintenant tout compris. Nous voulons l’alternance en 2011. Nous comptons sur vous, comptez aussi sur nous.

Vive les libertés publiques !
Liberté au prisonnier politique Clément Gnonlonfoun, Maire de Dangbo !
Vive l’Etat de Droit et la Démocratie !
Vive l’Union fait la Nation !
Je vous remercie.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Marche de l’opposition contre l’arbitraire et l’autocratie du Changement : Le régime Yayi humilié devant la communauté internationale

  1. CONSTANT

    juste pour apporter mon vive soutien à la marche de opposition contre larbitraire et lautocratie du changement le regime yayi humilie devant la communaute internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *