.
.

Le triomphe de la vérité

.

EDITORIAL:Le pétrole béninois


Dans trois ans, le Bénin aura son pétrole. Aux larges de nos côtes, la découverte faite mercredi par la
société SAPETRO est un événement exponentiel dont nous ne maîtriserons l’ampleur que lorsque les premières gouttes du précieux liquide vont commencer à tomber dans nos réservoirs. Le bloc mis au jour par cette petite compagnie est une bonne nouvelle pour notre pays pour au moins trois raisons.
Premièrement, le bol pétrolier qui nous échoit nous propulse de nouveau dans le  club fermé des pays producteurs d’or noir. Ce n’est pas la moindre des publicités pour notre si petit Bénin à côté du géant Nigeria qui a bâti sa grandeur autour des hydrocarbures. Voir couler le pétrole, c’est être crédité d’un prestige  inestimable auprès des investisseurs. Pour le Bénin, c’est l’étiquette largement répandue de  » petit pays aux ressources limitées  » qui est en passe d’être déphasée. Ces épithètes péjoratives rendaient en effet peu fiables les arguments de proximité exhibées pour motiver les investisseurs à injecter leurs devises dans le 37è Etat du Nigeria. Aujourd’hui, nous pouvons dire que le pétrole fait partie de nos ressources et que celles-ci ne sont plus  » limitées « .
Deuxièmement, ces découvertes ouvrent de nouvelles perspectives alléchantes à l’exploration pétrolière au Bénin. D’autant plus que d’autres gisements comme ceux de Sèmè et les blocs off-shore et on-shore qui attendaient d’être explorés, ont de nouvelles chances de trouver des preneurs pour la recherche. C’est dire que cette première pierre posée par SAPETRO ouvre des horizons encore nébuleux mais porteurs d’espoirs pour le futur. A cette aune, le Bénin pourra-t-il devenir bientôt un Etat pétrolier ? C’est ce qui va se passer dans les prochaines années. Et pour le moment, il faudra attendre de voir s’il s’agit de gisements d’importance pour prétendre inviter les majors dans nos sous-sols. Ces grandes compagnies aux politiques commerciales parfois  contestables, sont des gages de réussite pour l’aventure du Bénin dans les hydrocarbures. 

Troisièmement, le pétrole nous sauvera. Face aux petites misères actuelles de notre pays, on se deman
dait en effet où nous allons bien pouvoir dénicher les ressources capables de nous propulser vers les cimes de l’émergence. Cette perspective de développement économique et technologique sera encore de l’ordre du rêve et de l’incantation tant que les ressources disponibles resteront  comme aujourd’hui largement en dessous des besoins les plus élémentaires. Avec  le pétrole cependant, si les gisements mis au jour sont substantiels, le Bénin sera à même de financer ses projets de développement sans être obligé comme aujourd’hui de tendre la main à l’extérieur.
La conséquence directe de tout ceci, c’est non pas l’émergence elle-même qui est d’abord un défi humain avant d’être un impératif économique, mais un accroissement immédiat de nos potentialités. Comme en Guinée Equatoriale passée en quelques années seulement du rang de pays très pauvre à celui de pays à revenu intermédiaire, le Bénin sera un eldorado pétrolier et même minier. Surtout que depuis décembre, les chercheurs béninois ont découvert du coltan dans notre sous-sol. Exploiter cette ressource très rare mais très recherchée dans l’électronique, permettra de donner au pays son boom pétrolier et minier. Le regain économique indéniable que cela annonce est le signe que l’émergence est encore possible.
Mais alors quoi ? Je vois d’ici les sceptiques, ceux qui voient déjà les feux de la guerre s’allumer à nos portes à l’évocation de toutes ces richesses. Le diamant a allumé la guerre en Sierra-Léone comme le coltan a saccagé le Congo. Notre pauvreté a entretenu jusqu’ici la paix dans notre pays. C’est qu’aujourd’hui, mieux que dans ces pays dévastés par des années d’inconscience collective, il faut relever le défi humain du développement en redonnant du lustre à l’éducation pour préserver les jeunes des tentations néfastes des hommes politiques. Sans la qualité des hommes, toutes les ressources pétrolières et minières sont vaines.
Olivier Djidénou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



6 thoughts on “EDITORIAL:Le pétrole béninois

  1. Marcel GNANGUESSY

    Je crois que c’est une bonne nouvelle mais allez savoir ce qui se passera quand on commencera par exploiter ce pétrole,déjà avec cette guéguerre sur les véhicules d’occasions,il nous faut des hommes capables de gérer ce dossier qui sera brûlant d’içi peu.

  2. Comlanvi S Zannou

    Le petrole Beninois ! Une tres bonne nouvelle pour le Benin mais nous devons nous prendre au serieux et etre conscient d,une chose :Travailler et savoir qu’il n;y a jamais de FREE LUNCH (Rien n’est gratuit) comme le dise les anglais Sylvestre zannou omaha Nebraska USA

  3. lui

    ils n ont qu a oublie pour le moment leur machin de petrole et tout ca.ils ont interet a aller a l ecole de la bonne gestion du bien public sinon je pense que ca pourra finir par la guerre.
    je suis aussi beninois vivant en europe et franchement la gabegie au benin atteint son summum chaque jour.et les autorites doivent savoir que ces mauvaises manieres de gestion finiront par rebeller les pauvres gens.on ne va pas tout le temps crier « il y a la paix au benin » et rester affame au moment ou il y a de gros detournements qui se font au sommet de l etat.les autorites n ont qu a se prendre au serieux.

  4. IDYLLE

    HELLO A TOUS
    A LA REPONSE DE « lui » SE RECONNAITRA

    IL EST VRAI DEPUIS UN TEMPS LE PETROLE EXISTE

    N EST T ‘IL PAS DANGEUREUX DE CRIER SUR LES TOITS?

    J AI PEUR QUE LA GUERRE N ‘ ECLATE COMME AU NIGERIA

    EN OUBLIONS LE PEUPLE QUI SUBIRA TOUJOURS LA MISERE DE

    LA CRISE DES EUROPEENS

    MES SALUTATIONS A TOUS

  5. ASSIGNAMEY

    depuis des années nous entendons dire que notre pays le Bénin dispose de l’or noir qu’est le pétrole. Plusieurs sociétés étrangères s’intéressent mais à quand son exploitation? Dans le journal levènement nous lisons : bientôt le pétrole du Bénin serait en exploitation. les Norvégiens, les Congolais, les Nigérians même si le Négéria est un pays géant de l’Afrique près du Bénin voisin et la Libye de Khadafi au côté du Niger et du Tchad l’exploitent pas leur pétrole? Une raison non fondée. Le Bénin est un pays souverain et doit exploiter tous les gisements des ressources minières dont son sous-sol pocède. Et l’armée béninoise quel est son rôle dans la défense des biens et des personnes. Nous ne sommes pas comme les hommes en uniformes maliens ou du nord mali. pourquoi devons-nous craindre à ce pays frère et ami?

    ASSIGNAMEY Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *