.
.

Le triomphe de la vérité

.

Interview au Commissaire Marius Dadjo, ancien attaché de Cabinet du ministre de l’intérieur du Bénin: « Les responsables à la sécurité devraient démissionner»


Le Commissaire DadjoLe commissaire  Marius Dadjo est un policier en retraite. Ancien attaché de Cabinet du Ministre Daniel Tawéma il donne son appréciation sur la gestion du système sécuritaire actuel. Pour lui, le braquage au marché Dantokpa et les déclarations des responsables à la sécurité de notre pays relèvent d’une notoire incompétence des hauts gradés. Il fait alors des propositions pour laver le pays de la honte actuelle.

L’Evénement Précis : En tant que haut gradé de la police et donc spécialiste de la question de sécurité, comment appréciez-vous  le fonctionnement du système sécuritaire au Bénin ?
Commissaire Marius Dadjo : J’interviens pour aborder les sujets d’actualité et surtout les questions relatives aux différents braquages, les différentes responsabilités et des propositions pour mieux contrôler la situation. Pour répondre à votre question, je vous dirai que j’ai mal, j’ai vraiment mal dans mon cœur, dans mon corps et dans mon âme. Pour avoir servi dans cette administration pendant 30 ans et au regard de ce qui se passe dans ce domaine aujourd’hui, je me sens interpellé et parfois je n’arrive pas à dormir. Mais, j’ai espoir que les choses peuvent changer si les gens ne continuent pas de croire qu’on les critique rien que pour le plaisir de les critiquer et prennent les observations en compte pour mieux faire pour le bonheur de ce pays.

Pourquoi dites-vous que vous avez mal alors que votre relève est assurée ?
Ce que je me demande, c’est que si cette relève est assurée qualitativement. Comment peut-on expliquer qu’il y ait plusieurs braquages qu’on n’a pas pu empêcher et dont on n’a pas pu arrêter les auteurs ? Je reconnais qu’il n’y a pas la sécurité garantie à cent pour cent. Il n’y a nulle part l’insécurité zéro. On fait le maximum pour réduire cela à son strict minimum et lorsque quelqu’un vient à enfreindre aux lois de la République, les policiers qui sont bien formés, quelle que soit la formation ou la nature des délinquants, sont outillés pour les appréhender et les présenter au procureur de la République. Aujourd’hui, on constate qu’ils viennent, paradent et s’en vont et on commence à raconter des coups. On voit que de hauts gradés de l’armée interviennent pour déclarer que les délinquants sont plus armés qu’eux. Je pense que de pareilles déclarations constituent une honte pour nous. Ils jettent par là leur opprobre sur l’armée et sur les services de sécurité. Il faut déjà constater qu’à ce niveau là, l’armée n’a qu’à jouer sa partition puisqu’elle est chargée de la défense et de la sécurité des populations. Je mets quiconque au défi qu’il soit haut gradé de la défense pour monter un dispositif sécuritaire pour empêcher un braquage. Il n’est pas formé pour. On n’a qu’à laisser la main libre aux gendarmes et aux policiers pour la conception et la mise sur pied des dispositifs sécuritaires et je pense que les choses iront mieux.

Mais vous avez été un policier de renom. Si on vous demandait de dire un peu ce qui justifie le dysfonctionnement du dispositif sécuritaire, que diriez-vous ?
Il n’y a pas les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Il faut dire que la police est faite de gradés qui s’en veulent, d’incapables qui créent des problèmes à ceux qui sont bons pour pouvoir prendre leur poste de responsabilité. Vous croyez sincèrement que  s’il y avait  l’homme qu’il fallait à la place qu’il fallait pour donner confiance aux RAID, les malfrats auraient pu s’enfuir aussi facilement ? Ils auraient pu abattre un ou deux et mettre les autres en déroute. Mais il y a eu le braquage et on nous a chanté qu’ils sont plus armés et ceci et cela. C’est une honte pour notre pays. Ceux qui racontent ça, s’ils n’ont pas honte, moi j’ai honte à leur place et j’ai honte pour le changement et j’ai pitié pour le Chef de l’Etat qui a cru en eux et fait d’eux des gens auxquels le peuple devrait faire confiance. Mais depuis ce moment, s’ils étaient honnêtes, ils devraient démissionner depuis, même si le Chef de l’Etat ne le leur demande pas.

Vous dites démissionner ?
Je sais que ce vocable n’est pas très bien partagé dans ce pays. Mais il y a des gens qui savent ce que s’est et l’ont fait parce qu’ils n’ont pas fait ce qu’il fallait. Une première fois, il y avait eu cette agression et ils étaient restés à leur poste, une deuxième fois ou même une troisième fois, il devraient se dire qu’ils ne sont pas capables au lieu de prétexter de la disproportionnalité des moyens utilisés. Dire que les malfrats sont plus armés qu’eux, je dis qu’ils ne font pas honte, mais ils font pitié puisqu’en réalité, là n’est pas le débat. Je pense qu’ils devraient tirer les conséquences, mais je comprends qu’ils ne veuillent pas le faire. Ils devraient démissionner parce qu’ils sont incapables.

Vous voulez dire que la Police béninoise dispose des moyens efficaces pour mettre en déroute ces délinquants ?
La Police béninoise a le minimum de moyens pour intervenir et mettre en déroute, pour débusquer et arrêter ces brigands et les mettre à la disposition du procureur de la République.  Dans un passé lointain, il y a eu des événements de ce genre qui se sont produits, mais c’est avec le cœur et le peu de moyens que nous avons que nous avons travaillé. Aujourd’hui encore, il ne faut pas plus pour manifester la compétence de la Police ou de la gendarmerie nationale.

Pourquoi n’avez-vous pas couru pour sauver la patrie en danger alors que vous pouviez le faire ?
 Si c’était un cas d’agression extérieure, je ne  demanderais pas d’instructions pour intervenir. Mais sur ce cas spécifique de braquage, si vous ne savez pas faire, vous serez compté parmi les agresseurs. Il aurait fallu malgré mon rang, qu’on me sollicite et j’aurais envoyé les gens qu’il fallait, les forces qu’il fallait aux lieux qu’il fallait pour suivre leurs mouvements afin que la victoire soit effective. Si c’était la nation elle-même qui était attaquée par l’extérieur, je devrais, comme d’autres, me mettre à la disposition de la nation.

La Police béninoise dispose de hauts cadres tels Awagbè Béhanzin, les Basile Zomalèto et consorts. Et pourtant, vous dites que les gens ne sont pas à la place qu’il faut ?
Justement, ils sont au poste. Comme je l’ai dit sur Radio Planète, nous ne leur faisons aucun bien en les citant comme exemples. Il y a des policiers xénophobes de leurs collègues qui, parce qu’ils entendent ces noms sortir vont, monter des coups, faire des fiches et procéder comme ils savent le faire si bien, pour que l’autorité compétente ne les nomme jamais à la place qu’il faut. Or, moi,  en tant que membre du corps, je sais que ce sont là les compétences que vous venez de citer. Il y en a que vous n’avez pas cité tels que Boyin Augustin. Ne supportant pas tout ce qui se passait, il s’est mis à la disposition de l’Onu. En réalité que les xénophobes de leurs collègues ne viennent pas pour leur créer des problèmes plus qu’ils en ont déjà et les empêcher d’être nommés à la place qu’il faut pour un commandement efficient de la Police ! Ils sont là effectivement, mais ils ne sont pas aux postes qu’il faut pour susciter les mesures et les éléments qu’il faut pour sécuriser les populations.

Si on  vous demande en tant que policier même hors circuit qui observe l’évolution du système sécuritaire, de faire des propositions au Chef de l’Etat, que diriez-vous ?
Je dirais qu’il commence d’abord par faire très attention à tous ceux qui l’entourent et le conseillent en matière de sécurité. Jusque-là, ils ont montré leurs limites. De deux, qu’il se dise que tous les Béninois et toutes les Béninoises, quoi qu’ils soient, nous avons intérêt à ce que ce pays atteigne la prospérité. Par conséquent, il n’y a pas de révolutionnaires d’un côté et les contre-révolutionnaires de l’autre. Qu’il nomme ou qu’il fasse nommer ceux qu’il faut à la place qu’il faut. Ceci dit, ce n’est pas ce que l’on a sur les épaules qui compte. C’est la capacité de l’homme à concevoir une politique sécuritaire et qui a rencontré l’adhésion de la plus grande majorité et sa mise en exécution. On devrait aussi laisser  les considérations régionalistes de côté et faire face aux réalités de la sécurité. Comme je le dis et je le souhaite, confier les responsabilités aux hommes qui puissent maîtriser les éléments qui les entourent. Il y a trop de poids lourds à la Police.  Des gens qui ont le galon mais sont incapables de faire correctement leur travail si ce n’est pas pour mentir et faire des coups à leurs collègues.

Propos recueillis par Gérard Agognon

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Interview au Commissaire Marius Dadjo, ancien attaché de Cabinet du ministre de l’intérieur du Bénin: « Les responsables à la sécurité devraient démissionner»

  1. Jean Jaurès OGOUDEDJI

    Interview au Commissaire Marius Dadjo, ancien attaché de Cabinet du ministre de l’intérieur du Bénin: « Les responsables à la sécurité devraient démissionner»
    décembre 15, 2008 |
    Le commissaire Marius Dadjo est un policier en retraite. Ancien attaché de Cabinet du Ministre Daniel Tawéma il donne son appréciation sur la gestion du système sécuritaire actuel. Pour lui, le braquage au marché Dantokpa et les déclarations des responsables à la sécurité de notre pays relèvent d’une notoire incompétence des hauts gradés. Il fait alors des propositions pour laver le pays de la honte actuelle.
    L’Evénement Précis : En tant que haut gradé de la police et donc spécialiste de la question de sécurité, comment appréciez-vous le fonctionnement du système sécuritaire au Bénin ?

    Commissaire Marius Dadjo : J’interviens pour aborder les sujets d’actualité et surtout les questions relatives aux différents braquages, les différentes responsabilités et des propositions pour mieux contrôler la situation. Pour répondre à votre question, je vous dirai que j’ai mal, j’ai vraiment mal dans mon cœur, dans mon corps et dans mon âme. Pour avoir servi dans cette administration pendant 30 ans et au regard de ce qui se passe dans ce domaine aujourd’hui, je me sens interpellé et parfois je n’arrive pas à dormir. Mais, j’ai espoir que les choses peuvent changer si les gens ne continuent pas de croire qu’on les critique rien que pour le plaisir de les critiquer et prennent les observations en compte pour mieux faire pour le bonheur de ce pays.
    Pourquoi dites-vous que vous avez mal alors que votre relève est assurée ?

    Ce que je me demande, c’est que si cette relève est assurée qualitativement. Comment peut-on expliquer qu’il y ait plusieurs braquages qu’on n’a pas pu empêcher et dont on n’a pas pu arrêter les auteurs ? Je reconnais qu’il n’y a pas la sécurité garantie à cent pour cent. Il n’y a nulle part l’insécurité zéro. On fait le maximum pour réduire cela à son strict minimum et lorsque quelqu’un vient à enfreindre aux lois de la République, les policiers qui sont bien formés, quelle que soit la formation ou la nature des délinquants, sont outillés pour les appréhender et les présenter au procureur de la République. Aujourd’hui, on constate qu’ils viennent, paradent et s’en vont et on commence à raconter des coups. On voit que de hauts gradés de l’armée interviennent pour déclarer que les délinquants sont plus armés qu’eux. Je pense que de pareilles déclarations constituent une honte pour nous. Ils jettent par là leur opprobre sur l’armée et sur les services de sécurité. Il faut déjà constater qu’à ce niveau là, l’armée n’a qu’à jouer sa partition puisqu’elle est chargée de la défense et de la sécurité des populations. Je mets quiconque au défi qu’il soit haut gradé de la défense pour monter un dispositif sécuritaire pour empêcher un braquage. Il n’est pas formé pour. On n’a qu’à laisser la main libre aux gendarmes et aux policiers pour la conception et la mise sur pied des dispositifs sécuritaires et je pense que les choses iront mieux.

    Mais vous avez été un policier de renom. Si on vous demandait de dire un peu ce qui justifie le dysfonctionnement du dispositif sécuritaire, que diriez-vous ?

    Il n’y a pas les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Il faut dire que la police est faite de gradés qui s’en veulent, d’incapables qui créent des problèmes à ceux qui sont bons pour pouvoir prendre leur poste de responsabilité. Vous croyez sincèrement que s’il y avait l’homme qu’il fallait à la place qu’il fallait pour donner confiance aux RAID, les malfrats auraient pu s’enfuir aussi facilement ? Ils auraient pu abattre un ou deux et mettre les autres en déroute. Mais il y a eu le braquage et on nous a chanté qu’ils sont plus armés et ceci et cela. C’est une honte pour notre pays. Ceux qui racontent ça, s’ils n’ont pas honte, moi j’ai honte à leur place et j’ai honte pour le changement et j’ai pitié pour le Chef de l’Etat qui a cru en eux et fait d’eux des gens auxquels le peuple devrait faire confiance. Mais depuis ce moment, s’ils étaient honnêtes, ils devraient démissionner depuis, même si le Chef de l’Etat ne le leur demande pas.
    Vous dites démissionner ?

    Je sais que ce vocable n’est pas très bien partagé dans ce pays. Mais il y a des gens qui savent ce que s’est et l’ont fait parce qu’ils n’ont pas fait ce qu’il fallait. Une première fois, il y avait eu cette agression et ils étaient restés à leur poste, une deuxième fois ou même une troisième fois, il devraient se dire qu’ils ne sont pas capables au lieu de prétexter de la disproportionnalité des moyens utilisés. Dire que les malfrats sont plus armés qu’eux, je dis qu’ils ne font pas honte, mais ils font pitié puisqu’en réalité, là n’est pas le débat. Je pense qu’ils devraient tirer les conséquences, mais je comprends qu’ils ne veuillent pas le faire. Ils devraient démissionner parce qu’ils sont incapables.

    Vous voulez dire que la Police béninoise dispose des moyens efficaces pour mettre en déroute ces délinquants ?

    La Police béninoise a le minimum de moyens pour intervenir et mettre en déroute, pour débusquer et arrêter ces brigands et les mettre à la disposition du procureur de la République. Dans un passé lointain, il y a eu des événements de ce genre qui se sont produits, mais c’est avec le cœur et le peu de moyens que nous avons que nous avons travaillé. Aujourd’hui encore, il ne faut pas plus pour manifester la compétence de la Police ou de la gendarmerie nationale.

    Pourquoi n’avez-vous pas couru pour sauver la patrie en danger alors que vous pouviez le faire ?

    Si c’était un cas d’agression extérieure, je ne demanderais pas d’instructions pour intervenir. Mais sur ce cas spécifique de braquage, si vous ne savez pas faire, vous serez compté parmi les agresseurs. Il aurait fallu malgré mon rang, qu’on me sollicite et j’aurais envoyé les gens qu’il fallait, les forces qu’il fallait aux lieux qu’il fallait pour suivre leurs mouvements afin que la victoire soit effective. Si c’était la nation elle-même qui était attaquée par l’extérieur, je devrais, comme d’autres, me mettre à la disposition de la nation.

    La Police béninoise dispose de hauts cadres tels Awagbè Béhanzin, les Basile Zomalèto et consorts. Et pourtant, vous dites que les gens ne sont pas à la place qu’il faut ?

    Justement, ils sont au poste. Comme je l’ai dit sur Radio Planète, nous ne leur faisons aucun bien en les citant comme exemples. Il y a des policiers xénophobes de leurs collègues qui, parce qu’ils entendent ces noms sortir vont, monter des coups, faire des fiches et procéder comme ils savent le faire si bien, pour que l’autorité compétente ne les nomme jamais à la place qu’il faut. Or, moi, en tant que membre du corps, je sais que ce sont là les compétences que vous venez de citer. Il y en a que vous n’avez pas cité tels que Boyin Augustin. Ne supportant pas tout ce qui se passait, il s’est mis à la disposition de l’Onu. En réalité que les xénophobes de leurs collègues ne viennent pas pour leur créer des problèmes plus qu’ils en ont déjà et les empêcher d’être nommés à la place qu’il faut pour un commandement efficient de la Police ! Ils sont là effectivement, mais ils ne sont pas aux postes qu’il faut pour susciter les mesures et les éléments qu’il faut pour sécuriser les populations.

    Si on vous demande en tant que policier même hors circuit qui observe l’évolution du système sécuritaire, de faire des propositions au Chef de l’Etat, que diriez-vous ?

    Je dirais qu’il commence d’abord par faire très attention à tous ceux qui l’entourent et le conseillent en matière de sécurité. Jusque-là, ils ont montré leurs limites. De deux, qu’il se dise que tous les Béninois et toutes les Béninoises, quoi qu’ils soient, nous avons intérêt à ce que ce pays atteigne la prospérité. Par conséquent, il n’y a pas de révolutionnaires d’un côté et les contre-révolutionnaires de l’autre. Qu’il nomme ou qu’il fasse nommer ceux qu’il faut à la place qu’il faut. Ceci dit, ce n’est pas ce que l’on a sur les épaules qui compte. C’est la capacité de l’homme à concevoir une politique sécuritaire et qui a rencontré l’adhésion de la plus grande majorité et sa mise en exécution. On devrait aussi laisser les considérations régionalistes de côté et faire face aux réalités de la sécurité. Comme je le dis et je le souhaite, confier les responsabilités aux hommes qui puissent maîtriser les éléments qui les entourent. Il y a trop de poids lourds à la Police. Des gens qui ont le galon mais sont incapables de faire correctement leur travail si ce n’est pas pour mentir et faire des coups à leurs collègues.
    Propos recueillis par Gérard Agognon

    Je voudrais remercier le Commissaire DADJO pour sa part de vérité sur la question sécuritaire dans notre pays.
    En effet, trop c’est trop par rapport aux braquages. M.DADJO a fait un bon diagnostic car effectivement les béninois ne sont pas en sécurité depuis l’avènement au pouvoir du Dr Boni YAYI n’ont pas parce que ce dernier n’a pas la volonté, mais juste parce qu’il peine à trouver l’oiseau rare au Ministère de la Sécurité Publique. Qu’il vous souvienne que M. Marius DADJO a travaillé aux côtés de l’ancien Ministre Daniel TAWEMA qui bien qu’il ne soit pas policier a su bien géré la sécurité pendant 7 ans et demi je crois. On ne me dira pas que 7 ans au MISD ce n’est rien. Il faut dire les choses telles qu’elles se présentent. Mais je comprends pas vraiment le pourquoi malgré les différents cas d’insécurité dans notre pays que l’on ne puisse pas lui faire appel juste pour des conseils, pour qu’il vienne dire ce qu’il a fait au temps de Kérékou pour le Bénin soit logé au rang des pays sécurisé du monde. Je sais que ce Monsieur Daniel TAWEMA a été éclaboussé par une affaire dite Amani et puis il été lavé de tout soupçon. Je pense que c’est un patriote ce Monsieur et le Dr Boni YAYI doit lui faire appel pour lui donner des conseils en matière de sécurité. Tous ceux qui sont là aujourd’hui ont montré leurs limites. Je voudrais vous dire qu’eux tous reconnaissent la valeur de TAWEMA, mais on ose pas le dire au Chef de l’Etat de peur qu’ils ne perdent leurs avantages dès que TAWEMA sera dans les entourages du PR. Vous savez, je vais vous liver un Secret aujourd’hui Monsieur Gérad AGOGNON, je suis tous les jours votre ligne éditorial et je suis satisfait de vous, mais je vais souffler ce qui a fait que M. Daniel TAWEMA a réussi sa mission au MISD parce que moi même je suis un agent civil de ce ministère. En effet, Monsieur Gérard, Monsieur Daniel ne cherche pas à s’enrichir si bien que dès que la budget de la sécurité est mis à la disposition de son département ministériel, il appelle tous les responsables des unités et chacun d’eux reçoit l’enveloppe qui lui est destinée après la répartition. Dès lors, il attend de ses collaborateurs, les résultats. Alors qu’aujourd’hui, les moyens sont mis dans les poches et leurs auteurs se livrent à des fiches pour décimer certains responsables de ce pays afin que le Chef de l’Etat les éloigne.
    Je vous apporte ces informations parce que je ne tolère pas que le PR s’échine et des hors la loi vienne tout détruire car vous le savez mieux que moi: pas de développement sans la sécurité.
    Vous imaginez qu’après les braquages que les responsables en charge de la sécurité viennent se présenter avec des jumelles rechercher des bandits sur la mer. Je suis révolté. Tout n’est donc pas mauvais sous Kérékou. Et comme l’a dit Monsieur DADJO, il n’y a pas les patriotes d’un côté et les ennemis de la République de l’autre. Le temps des élections est passé et face aux réalités du pouvoir, le PR doit faire appel à tous ceux qui ont des compétences à venir lui prêter main forte.
    Je voudrais aussi rappeler aux différents Ministres de l’Intérieur qu’un Ministre de l’Intérieur est l’homme le plus discret d’un Gouvernement. Il est réservé et très fin, mais aujourd’hui, toutes les stratégies sont déjà dans la rue avant de les mettre en application.
    M. Gérard AGOGNON, vous avez le devoir de restituer la vérité au peuple car le Président Boni YAYI est pris en otage par des gens qui ne visent que leurs intérêts. Aidez-moi à libérer l’infatigable Chef de l’Etat, Dr Boni YAYI. Allez chercher les hommes de valeurs sous kérékou et proposez-les au Chef de l’Etat sans passer par une tierce personne. Votre journal en est déjà un canal de transmission d’information au PR.
    Merci à M. DADJO pour son patriotisme. Que Dieu bénisse le Bénin.
    Jean Jaurès OGOUDEDJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *