.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réaction de la mouvance face aux Dc du Prd: Sacca Lafia pour une déclaration du Prd dans l’opposition


lafia-sacca1Pour mieux informer l’opinion publique nationale sur les grandes conclusions issues du séminaire tenu il y a quelques jours par les G et F dans le centre de notre pays, Joèl Aïvo, directeur de Cabinet de Maître Adrien Houngbédji et porte-parole des séminaristes a fait des révélations qui ont peint  complètement en noir la situation socio politique de notre pays. C’était dans l’émission  » Questions d’Actualité  » animée sur la chaîne de télévision privée  » Golf Tv  » Un peu comme pour exercer son droit de réponse et rétablir la vérité sur l’évolution de la situation socio politique et économique du pays, le Ministre des Mines et de l’Eau, M. Saca Lafia a été reçu dimanche dernier sur la même chaîne dans l’émission  » Questions d’Actualité  » Pendant une heure, l’homme a passé en revue les déclarations de Joèl Aïvo et démonter les arguments tenus par la classe politique lors de ses rencontres tenues à Abomey et à  Bohicon.

La démocratie en danger ?

A cette question, la semaine dernière, Joèl Aïvo a répondu par l’affirmative. Mais, pour le Ministre Saca Lafia, c’est tout simplement une exagération de l’homme qui selon ses propos a omis de mettre certaines de ses notes à jour pour mieux apprécier la situation. Pour lui, étant entendu que toutes les institutions de la République fonctionnent comme cela se doit et que les libertés individuelles sont respectées, il n’y a nullement pas de raison de mettre en cause la parfaite santé de notre démocratie. Et prenant le cas de Amègnissè actuellement écroué  à la prison civile de Cotonou et qui constitue l’une des illustrations évoquées par Joèl Aïvo qui voit son incarcération comme étant politique, Saca Lafia  dira simplement que ce sont des informations parcellaires qui ne sont aucunement fondées. Selon ses propos, Amègnissè paie pour n’avoir pas respecté les textes de la République en exerçant illégalement la fonction du journalisme. Et sur la polémique faisant état de ce qu’il est un Chef de parti, l’homme répondra par la négative puisque selon lui,  » son parti n’est pas enregistré  au ministère de l’intérieur, donc n’a aucune existence juridique « . Et mieux, il affirme qu’au jour d’aujourd’hui, le Bénin ne compte pas d’exilés politiques, alors par conséquent, on ne saurait parler de démocratie en danger. Sur la question de recul des investisseurs, Saca Lafia dira que ceci est dû à nos lois qui ne sont pas favorables à l’investissement et que c’est donc pour pallier à ce phénomène et attirer les investisseurs que le gouvernement a introduit depuis, un projet de lois sur les investissements qui reste toujours non voté par les Parlementaires. Pour ce qui concerne la non installation des conseils communaux par le gouvernement et qui, selon Joèl Aïvo constitue une preuve tangible de la mise en danger de la démocratie, Saca Lafia précise et situe les responsabilités :  » Le gouvernement, en ordonnant les préfets à installer les conseils communaux dans le délai de 15 jours après la proclamation des résultats a respecté les textes.  » Selon lui, le refus opposé par les populations lors de l’installation de certains conseils est la conséquence directe du tripatouillage organisé par certains  membres de la Céna 2008 qui selon ces affirmations ont modifié leurs Pv qui sont les seuls à ne pas être conformes à ceux reçus et par la Cour suprême, et par le Ministère de l’intérieur, et par le Ministère de la décentralisation et les mairies.  » Face à cette situation d’injustice notoire créée donc par certains responsables de l’institution pour servir les G et F, le gouvernement ayant décidé que la Cour suprême vide les contentieux électoraux a agi en toute responsabilité « , a-t-il déclaré. Pour Saca Lafia,  la loi électorale étant restée muette par rapport à ce qui pourrait advenir si l’on ne parvenait pas à installer les conseils communaux dans le délai imparti, on ne saurait affirmer que le gouvernement ne respecte pas les textes.

A propos de la dégradation du système sanitaire et la gratuité inopportune de l’enseignement supérieur

Sur cette question, Saca Lafia conseille de toujours faire une analyse comparative des choses par rapport aux gouvernants précédents. Pour lui, il est aujourd’hui clair que depuis environ 6 mois, les grognes qui existaient dans le secteur sanitaire ont cessé et assez d’efforts ont été faits par le gouvernement pour renforcer les conditions de travail et de modernisation du Cnhu qui constitue la référence dans le pays. Pour lui alors, c’est un faux problème de faire de pareilles allégations sur l’actuel état de notre hôpital de référence. Pour ce qui concerne la gratuité de l’enseignement supérieur que Joèl Aïvo voit comme une mauvaise solution apportée aux réels problèmes des étudiants qui préfèrent un enseignement de qualité et une meilleure condition d’études  que ce geste gouvernemental, Saca Lafia dira tout simplement que ceci constitue une mauvaise façon d’apprécier la volonté des étudiants. Et pour illustrer ses appréhensions, il affirme que la revue à la hausse il y a quelques années des frais d’inscriptions de 6000 f à 15000f a suscité un tollé général dans le rang des étudiants. Ceci, selon sa démonstration montre clairement le vœu de ces étudiants qui est celui de rendre gratuits les frais d’inscription dans les universités, ce qui vient d’être satisfait par le gouvernement.

Et la  louche a remplacé la cuillère à café

Sur cette question, Saca Lafia se dit scandalisé par les déclarations de Bruno Amoussou réaffirmées par Joèl Aïvo il y a une semaine sur Golf Télévision. Pour lui, c’est tout simplement un aveu que l’homme a fait, ce qui porte une atteinte grave à l’image de notre pays en matière de la  corruption qui vient d’être publiquement reconnue par une  des grandes personnalités ayant géré les affaires publiques dans notre pays. En reconnaissant que les finances publiques se portent aujourd’hui mieux que par le passé ( en témoigne la progression observée dans  la confection du budget de l’Etat), le Président de l’Uds,  dira qu’en faisant de pareilles déclarations, les opposants projettent déjà la manière d’organiser la  » bouffe  » si jamais ils venaient au pouvoir. Selon Saca Lafia, pour eux,  » ils projettent qu’avec une assiette aussi pleine, il fallait utiliser la louche au lieu de la cuillère à café.  » Pour le Ministre des Mines et de l’eau,  » seuls ceux qui portent des verres fumés ne voient pas la lutte implacable que mène le Chef de l’Etat pour lutter contre la corruption  » . Pour ce qui concerne les micro finances qui ne bénéficieraient qu’aux proches du pouvoir, Saca Lafia bat en brèche  ces appréhensions de Joèl Aïvo et rassure que tout ceci a été fait dans la plus grande transparence étant donné que les institutions chargées de les gérer ont été régulièrement engagées par le gouvernement sur la base d’un appel d’offre régulièrement établi et gagné par elles. Sur la question de précipitation qui aurait émaillé les actions du gouvernement, Saca Lafia répondra  que cela relève du souci du Chef de l’Etat qui, en bon banquier n’entend en aucune manière rater les opportunités que nous offrent les investisseurs et ce dans un délai qu’il fallait respecter à tout prix. Il a enfin invité le peuple béninois à rester serein et se garder de se fier à la volonté de ceux qui selon lui veulent les détourner de l’essentiel. Il a également inviter les uns et les autres à toujours avoir en idée que se qui nous unit et pour lequel chacun devra se battre, c’est le Bénin afin qu’il se porte mieux.
Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *