.
.

Le triomphe de la vérité

.

Show-biz béninois: Les artistes handicapés à l’épreuve de leur insertion culturelle


Qu’il le soit de façon motrice ou non, l’artiste handicapé connaît un épanouissement culturel difficile au Bénin. Et pourtant, sa contribution à l’émergence culturelle du pays est indéniable.
Carrefour station Total au quartier Sainte Rita de Cotonou. En cette matinée de mardi 07 octobre, le temps n’est pas à la sérénité pour Tonton Dama. Les pleurs de son nouveau-né l’empêchent de satisfaire aux attentes des clients venus se procurer des Å“uvres phonographiques ou discographiques dans sa discothèque. Mais, ce souci est bien moindre pour le célèbre comédien. Les dossiers qu’il a déposés au Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme (Mcat) et de la Direction du Fonds d’Aide à la Culture (Dfac) en vue de l’obtention d’une aide pour la promotion de son album, viennent une fois encore d’être rangés dans les tiroirs de l’administration sans raison. Ainsi, après avoir nourrit beaucoup d’espoirs pour l’extension de son champ d’action, le vÅ“u de se voir accompagné par les autorités en charge de la culture au Bénin, ne sera pas une réalité de sitôt. « Je suis au bord du découragement », confie Mathieu Degbeto alias Tonton Dama, la mine défaite. A l’instar de ce comédien d’envergure internationale d’environ 1m20cm, le milieu culturel béninois constitue encore pour la personne handicapée, un véritable chemin de croix. Ainsi, qu’il soit comédien, chanteur, peintre, danseur, cinéaste€¦ la personne handicapée fait l’objet de marginalisations de toutes sortes pour se frayer un chemin dans le milieu culturel en dépit de son talent. « Nous n’avons pas de programme spécial en faveur des artistes handicapés. Ils bénéficient des mêmes prestations que tous les autres artistes. Ils perçoivent leurs droits d’auteur sans aucune discrimination », explique Mme Solange D. du Bureau Béninois du Droit d’Auteur (Bubedra). De même, le Ministère béninois de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme (Mcat) ne dispose d’aucune initiative spécifique destinée à l’appui aux acteurs culturels souffrant d’handicap. Ainsi, la réussite du comédien Degbeto Mathieu alias Tonton Dama, révélé au grand public par son Å“uvre « Tonton Dama cherche du travail », constitue à bien des égards, une exception dans le milieu des artistes handicapés. Il en est de même de la vedette de la musique béninoise Zouley Sangaré qui porte écume les scènes internationales suite au succès retentissant de son titre éponyme « Yayi ». Et pourtant, au Bénin comme sous d’autres cieux, ces artistes ont chaque fois que l’opportunité leur était offerte, donné la preuve de leur savoir-faire pour l’émergence culturelle de leur pays.

Et pourtant leur talent ne se dément pas !
Au Bénin, l’une des réussites musicales les plus éclatantes au cours des dernières décennies est incontestablement Zouley Sangaré. Victime de la poliomyélite dès son enfance, cet artiste d’environ quarante ans, s’est imposé au fil de ses productions discographiques dans le paysage culturel béninois grce à ses textes mélodieux et aux messages forts et proches de la réalité sociale qu’ils véhiculent. C’est d’ailleurs en guise de reconnaissance à ce grand talent qu’elle a été nominée en 2002 pour défendre les couleurs du Bénin à la plus grande compétition artistique du continent africain, les Koras de l’homme d’affaires Ernest Adjovi. Dans le sillage de cet exemple de travail bien fait et surtout de persévérance en dépit des préjugés sociaux qui font de la personne handicapée un incapable à la charge de la communauté, il est loisible de citer certains artistes handicapés dont la contribution au rayonnement culturel de leur pays voire de leur contient ne souffre d’aucun doute. Il en est ainsi des maliens Salif Kéïta et du couple Mariam et Amidou, des américains Ray Charles et Stevie Wonder, du Gabonais Pierre Akendegué, des ivoiriens Ismaël Isaac et Joss Kezo entre autres. Issu de la descendance du célèbre roi Soundjata Kéïta, Salif Kéïta a bravé l’inertie à laquelle le condamnait sa situation d’albinos et les tabous sociaux qui lui interdisent d’embrasser la carrière de chanteur pour hisser haut le drapeau de son pays au point d’en devenir l’un des meilleurs ambassadeurs. Stevie Wonder s’est aussi illustré par sa détermination à surmonter son handicap visuel à l’instar de Ray Charles. Quant à Pierre Akendegué dont la notoriété a franchi les frontières africaines, il occupe depuis plusieurs années la fonction de conseiller du président gabonais, Omar Bongo Ondimba et constitue, en dépit de son handicap visuel, un exemple de réussite pour la jeunesse africaine. Il en est de même du couple Amidou & Mariam qui occupe le sommet des hit parades africains et européens bien que souffrant de la cécité.
Illustration éloquente de leur capacité à semer la bonne humeur dans les cÅ“urs et à enrichir le patrimoine culturel mondial, ces différentes étoiles imposent une vision nouvelle du rôle de l’artiste handicapé dans le processus de rayonnement du monde culturel. A cet effet, ceux du Bénin ont en commun une attente: « Les handicapés du monde culturel béninois doivent faire l’objet d’un traitement spécial de la part des autorités et structures étatiques en raison des difficultés qu’ils rencontrent pour mettre des Å“uvres sur le marché et d’en assurer une visibilité ». S’il est vrai que plusieurs initiatives sont mises en Å“uvre par le gouvernement pour contribuer à l’épanouissement des acteurs du monde culturel notamment la dotation de ce milieu d’un fonds d’un milliard de francs Cfa, il n’en demeure pas moins qu’en dépit de leur déficit naturel ou accidentel, les artistes handicapés sont en droit d’espérer une attention plus accrue des autorités en charge de la culture dans notre pays. Et la volonté exprimée par le premier magistrat béninois de mettre à contribution tous les secteurs de la vie nationale pour l’émergence du pays renforce davantage la nécessité de favoriser l’exploitation à bon escient des talents de tous les fils et filles du Bénin. Y compris des artistes handicapés.
Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Show-biz béninois: Les artistes handicapés à l’épreuve de leur insertion culturelle

  1. Lohou Thimothée

    Triste réalité!!!!!
    Mais je crois qu’il faut des gens pour se battre à côté de nos frères et soeurs handicapés. Si je suis tombé sur cet article, c’est par pur hasard. Je cherchais des associations des personnes handicapées au Bénin mais malheureusement pas grandes choses. Béninois vivant en suisse, je travaille dans une association qui lutte pour promouvoir la dignité et l’autonomie des personnes handicapées dans les pays en voie de développement. Actuellement, cette association « Handicap solidaire Suisse » soutient une association au Burkina « Handicap solidaire Burkina ».
    Mon souhait était de retrouver des associations des personnes handicapées au Bénin pour essayer de leur faire bénéficier des relation de l’association suisse.
    J’espère que vous me trouverez des contacts. Merci
    Thimothée Lohou Agent de Développement Communautaire.

  2. Fatou

    BoNJOUR,

    Je recherhe aussi des lois sur le droits des peronnes handicapées au bénin, pouvez vous me donner des infos svp?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *