.
.

Le triomphe de la vérité

.

Editorial: Que de mots !


Faut-il croire que le forum qui a démarré hier pourra mettre fin aux « réalités de la pauvreté » dans notre pays ? Personne ne peut tromper personne sur ces choses-là. Personne ne peut croire que le forum national sur les réalités de la pauvreté face aux objectifs du millénaire pour le développement pourrait enrayer ce fléau. Le propre de ces foras où de nombreuses gens de bien viennent parler de ces fameuses « réalités », c’est d’accoucher de beaucoup de mots et de peu d’actions. La montagne de discours sentencieux qui se déverse à ces grand messes pourrait même constituer une bibliothèque, tant nos intellectuels savantissimes sont prolixes en analyses sociologiques, géopolitiques, anthropologiques et économiques sur le développement. Elles sont d’ailleurs si efficaces, ces réflexions « scientifiques », que depuis des décennies que durent ces bavardages, le sous-développement et la pauvreté sont devenus des maladies chroniques chez nous.
C’est dire que toutes les phraséologies savantes qui sortiront demain du Palais des Congrès ne seraient que des couches supplémentaires de mots sur des réalités visibles qui n’ont besoin d’aucun forum, d’aucune conférence ni séminaire national ou international pour se décliner tous les jours sous les espèces brutales de la misère et de l’indigence. Après tous les séminaires et conférences, qu’a-t-on encore besoin de forum pour parler de pauvreté au Bénin ? Il est étrange que les mêmes « savants » qui vont éructer trois jours durant sur le phénomène soient les mêmes qu’on retrouve à tous les rendez-vous de la mondanité intellectuelle : les économistes en vogue, les sociologues prêts à sauter sur toutes les « consultations », les politologues avides de postes et quelques statisticiens pêchés à la volée pour saupoudrer l’engeance de chiffres (les mêmes d’ailleurs) ramassés ça et là sur le phénomène. Ces comédiens du cirque des conférences veulent nous faire croire pourtant que de leurs doctes réflexions vont jaillir le développement, l’eau potable et l’électricité pour tous, la fin de l’analphabétisme ou le début d’une nouvelle ère de croissance. Je me demande pourquoi des personnalités d’une si haute stature s’unissent par centaines en ces rassemblements finalement futiles. Il est vrai que la présence d’une institution comme le PNUD peut laisser prévoir qu’il y a de quoi financer grassement ces trois jours de ronronnement. En faisant croire que les fameux objectifs du millénaire pour le développement seront bientôt atteints dans notre pays, l’on fait forcément participer les institutions internationales dont les fonctionnaires ne dédaignent pas de se donner des airs de développeur. On les connaît d’ailleurs, ces adeptes de la corruption institutionnelle€¦

Si l’on pouvait construire ce cher pays avec des mots, il y a longtemps que nous serions largement en
avance sur le reste du monde. C’est que ces rassemblements sont généralement de vastes fumisteries de fonctionnaires en mal d’idée. Ils seraient inoffensifs cependant si l’argent du contribuable ne servait pas à alimenter ces vaines illusions. Y en a marre de ces foras sans lendemain où de piteux et miteux intellos viennent pérorer avec componction sur les mêmes choses. Comment ne peuvent-ils pas se rendre compte que leurs bavardages sont à la source même de notre état d’arriération ? A force de vernir l’urgence de l’action sous le torrent verbeux de leurs foras, ces cols blancs ont fini par nous agacer. Parce qu’ils savent que l’absence du Bénin des arcanes de la prospérité est due en grande partie à l’ampleur des concussions diverses qui alimentent le peuple des privilégiés du système, catégories dont ils font partie. Vous avez dit forum ? Je fais Pschiiiiit !
Olivier Djidénou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *