.
.

Le triomphe de la vérité

.

Gestion du don de l’Etat aux réligieux: Les musulmans dénonce le gouvernement


Les musulmans réunis au sein de l’Union Islamique du Bénin (UIB) sont en courroux contre le gouvernement du changement. A l’origine de cette brouille, le dernier don du pouvoir en place en direction des confessions religieuses de notre pays dont la communauté musulmane. N’appréciant pas la procédure qui suit la gestion de ce don, l’UIB accuse le gouvernement de Boni Yayi de violer les prescriptions du Saint Coran en faisant du bruit autour d’un don qu’il gère à sa guise.
Le gouvernement nous donne un mouton dont il garde encore la corde, en violation du Saint Coran, qui dispose que la main gauche ne doit pas savoir ce que donne la main droite. Contrairement à cette prescription du Prophète, le gouvernement du changement qui a choisi le mois sacré du jeûne pour faire un don à la communauté musulmane s’est lancé non seulement dans une propagande débordante, mais également s’est autoproclamé gestionnaire dudit don de 125 millions en s’arrogeant ladite enveloppe financière qu’il saucissonne au gré de son humeur. Cette façon de gérer ledit don irrite les musulmans qui ne comprennent pas que le gouvernement leur donne un mouton dont il garde encore la corde. Non content du fait que le gouvernement de Boni Yayi a lui même, de façon unilatérale décidé du sort de l’enveloppe financière destinée au don fait à la communauté musulmane du Bénin, les musulmans réunis au sein de l’UIB critiquent de façon acerbe cette attitude qui crée d’ailleurs une véritable tension au sein des différentes mosquées du Bénin. En décidant, après avoir annoncé qu’il donne 125 millions à la communauté musulmane, de défalquer de l’enveloppe globale 77 millions pour achat de lait et de sucre qu’il va faire distribuer aux musulmans des 77 communes du Bénin, 8 millions pour le transport du matériel par le Génie Militaire, 20 millions pour les différentes fêtes des musulmans, le gouvernement du changement ne mesurait pas qu’il faisait une ingérence grossière dans ce qu’il dit donner à la communauté. Mieux, il n’a pas pris soin de propager à la face du monde cette procédure grossière. De sorte que les fidèles musulmans qui ont appris par les ondes le geste du gouvernement s’en prennent à leurs dirigeants dans plusieurs mosquées, les accusant déjà de faire mains basses sur ladite enveloppe. La confusion aidant, les murmures et mauvaises interprétations ont atteint un point culminant au point où l’Imam de la mosquée de Zongo est sorti de ses gonds en fin de semaine dernière pour dire à ses fidèles qu’il ne connaît même pas la couleur de l’enveloppe financière et que le bureau de l’UIB dont il est membre n’a jamais reçu le montant annoncé, mais a été informé, par le ministre chargé des relations avec les institutions, des instructions du Chef de l’Etat qui aurait demandé qu’il soit dégagé de l’enveloppe annoncée des cotas pour diverses rubriques indiquées. Depuis cette explication, le mécontentement de la communauté s’est généralisée au point où le bureau de l’UIB a été mandaté pour dire les vérités de la communauté au gouvernement à l’occasion de la rencontre en perspective.
Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *