.
.

Le triomphe de la vérité

.

match Bénin#Ouganda 4-1: Les Ecureuils atomisent les Ougandais


Revue de la troupe ougandaise hier au stade de l’Amitié de Kouhounou. Les Ecureuils se sont rattrapés face aux pauvres Ougandais qui n’ont résisté à la furia béninoise. Les Cranes de Kampala ont trébuché quatre fois. Ils sont repartis la tête dans l’eau.
Comme face aux Eperviers du Togo il y a un an, les Ecureuils ont douché les Ougandais hier sur le score de 4-1. Presque un an jour pour jour, les Ecureuils récidivent en se vengeant de fort belle manière face à une formation qui ne manque pourtant pas d’atout ? Tout a mal commencé pour le Onze national béninois qui a vite encaissé un but dans les tout premiers instants de la partie. A la 8ème minute, ce fut l’effroi au stade de l’Amitié lorsque l’attaquant Eugène Sepuuya trompa le gardien de but Yoann Djidonou qui ne s’est pas compris avec son défenseur Chrysostome. Le public ne croit pas ses yeux. Les Béninois blessés dans leur amour propre donnent de la voix. Les joueurs se réorganisent. Les internationaux béninois savent que l’élimination n’est plus loin. Ils se jettent à l’eau. Le capitaine montre le chemin et gagnent tous ses duels au milieu du terrain. Ahoueya boucle le couloir droit. Sèssègnon et Mouritala Ogoubiyi les dépositaires du jeu béninois font quelques petits gris gris. Suite à un mouvement d’ensemble bien mené sur le côté droit de l’attaque béninoise, le goaleador Omotoyossi conclut. Nous sommes à la 16mn. Les Ecureuils réagissent bien. Malgré cette égalisation, ils ne baissent pas les bras. Sous l’impulsion du public, ils acculent les Ougandais dans leur retranchement. Voyant que les garçons de Kampala n’arrivent plus à dépasser la ligne médiane, ils choisissent de jouer sur les côtés. Cette stratégie va payer. Ils obtiennent un franc bien placé sur le côté gauche de l’ attaque béninoise. Le capitaine Tchomogo prend ses responsabilités. Il ajuste le gardien Dennis Onyanga qui n’a fait que constater les dégts à la 16ème minute. Les Béninois contrôleront la partie jusqu’à la pause. Du retour des vestiaire, les Ougandais prennent le match à leur compte. Ils dominent. Ils sont bien techniquement et tactiquement. Les Ecureuils perdent leur football. Le public donne de la voix et encouragent les ambassadeurs béninois. Les Ougandais obtiennent coup sur coup deux corners. Plus de peur que de mal. Ayant compris que certains de ses joueurs avaient le pied dans la boue, le coach national Wabi Gomez procède aux changements. Il sort Tchomogo pour Oladipoupo. Le jeu se stabilise. Le joueur de la Jeunesse Sportive de Kabylie boucle le couloir droit et propose des solutions à Bocco. Les Béninois obtiennent un coup franc idéalement placé à la 69èmemn. Sessegnon envoie un coup de buttoir au gardien. Le ballon se loge dans la lucarne. Ce coup de génie mérite toute l’admiration de nouveau coach, Dussuyer qui s’est levé pour saluer ce chef d’Å“uvre. Les Ougandais sont étouffés. Ils n’ont plus leur verve de début de partie. Encore une nouvelle manÅ“uvre sur le flanc droit. Une deux entre Oladipoupo et Bocco. Le latéral droit béninois dépose un ballon sur la tête de Razack Omotoyossi qui lobe le gardien ougandais. La messe est dite. Comme face au Togo il y a un an (le 17 juin 2007), le Bénin a corrigé les Cranes.
José Mathias COMBOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *