.
.

Le triomphe de la vérité

.

Prétendues menaces sur la démocratie béninoise: Candide AzannaÏ désavoue Soglo, Houngbédji et alliés


L\'ancien député Candide Azannai« Nous avons actuellement la meilleure démocratie », confie-t-il

L’ancien député Candide AzanaÏ était hier face à la presse nationale. Au centre des échanges avec les hommes des médias, l’appréciation critique de l’état du dialogue politique et les questions de la pauvreté  et de défis du développement. L’analyste politique avec la verve et le verbe qui le singularisent s’est évertué à anéantir l’argumentaire politique dominant notamment celui développé par le G4 relatif à la menace sur la démocratie béninoise.

« Le débat politique doit actuellement être recentré sur les préoccupations de nos populations fondées sur les questions de la pauvreté et les défis du développement€¦ ». c’est en réalité la mission à laquelle s’est soumise le Président du parti Restaurer l’Espoir  Candide Azannaï à travers une rencontre d’échange avec la presse nationale. Pour l’acteur et analyste politique, les arguments dominants aujourd’hui dur le plan politique de par leur nature constituent « €¦un divertissement du peuple au regard des sujets d’intérêt national ». Et, dénonce l’ancien député, « Les regroupements politiques actuels ne nous paraissent pas fonder sur des préoccupations d’intérêt national, mais plutôt sur des le besoin de satisfaction des  intérêts partisans€¦ ».

« Nous avons actuellement la meilleure démocratie »
A travers des démonstrations simples, aisées pour la raison de s’en faire une logique, Candide Azanaï s’est attelé à démanteler un des piliers fondamentaux  de l’argumentaire du G4, exhibés depuis la fameuse union du 12 mars 2008 consistant dans l’existence d’une menace sur la démocratie béninoise sous le régime du Dr Boni Yayi. « Nous avons actuellement la meilleure démocratie » répond au G4, Azannaï qui pourtant à la veille des législatives de mars 2007 était le chantre de l’argumentaire de l’existence d’un danger certain. Pour justifier ce désaccord avec le G4 qui en réalité n’est que le porte flambeau actuel d’une thèse qu’il a défendue hier, l’Honorable estime que « €¦le protocole de traitement prescrit pour un malade n’est plus valable lorsque le malade est guéri€¦ ». Pour lui donc, l’argumentaire de menace sur la démocratie est tout à fait obsolète et désuète dans le contexte présent où les résultats des dernières élections législatives ont imposé une carte politique où les forces s’équilibrent et où aucune force politique n’est à même à elle seule, d’opérer la dictature.
Dès lors, pour Candide Azannaï, les fondements d’un regroupement à l’image de celui du G4 doit être recherché dans les manifestations de ce qu’il appelle « ruse politique des athlètes politiques » qui selon lui se servent des arguties pour occulter leurs vrais objectifs politiques que sont pour les uns la conservation de la mairie et la volonté de se soustraire à l’obligation de bilan des communes, l’illusion de jouir du soutien de la classe politique traditionnelle pour les autres etc.

L’obligation de compte rendu : un principe valable pour les communes
Pour Candide Azannaï, la menace qui est agitée actuellement par le G4 sur la démocratie béninoise a en effet, déjà émigré vers les communes où le monolithisme politique semble être la norme notamment dans toutes les villes à statut particulier.  Dès lors, c’est la gestion dans les communes qui est beaucoup plus sujette à de questionnement. A cet effet, Azannaï soutient que les notions de compte rendu et de bilan doivent être priorisées à la tête de nos communes.
Il invite les anciens maires des communes, quand bien même les résultats des élections communales sont à nouveau en leur faveur, à déférer à ce principe caractéristique de l’état de la démocratie.
 
Une Lepi apolitique pour les prochaines présidentielles
Face à l’échec des dernières élections communales et locales qu’il qualifie de « calamités », Candide Azannaï estime que les réactions subséquentes obtenues notamment de la part des Fcbe constituent un moindre mal à imaginer le scénario où ce sont les composantes du G4 qui sont déclarées perdantes dans ce cafouillage électoral. A cet effet, l’ancien député propose que dès à présent le cap soit mis sur la réalisation des Listes électorales permanentes informatisées (Lepi) apolitiques avant les élections présidentielles de mars 2011. Pour lui,  la Lepi apolitique suppose la mise à contribution des acteurs politiques uniquement dans la surveillance et le contrôle du processus de recensement et le recours à des compétences techniques confirmées.
En somme, comme à son habitude, l’analyste politique Azannaï a effectué une nouvelle sortie pour ouvrir d’autres horizons aux arguments politiques ambiants.
Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *