.
.

Le triomphe de la vérité

.

Campagne Mondiale pour l’Education pour Tous à Parakou : La «Cboept» lutte pour mettre fin à l’exclusion des enfants


 La Coalition béninoise des organisations pour l’éducation pour tous ( Cboept) a marqué d’un cachet spécial la célébration de la 8ème édition de la semaine mondiale  d’action pour l’éducation pour tous. Cette organisation a mobilisé les enfants pour un plaidoyer en faveur de l’éducation pour tous. C’était le  25 avril dernier à Parakou .

«Une éducation  de qualité pour tous pour mettre fin à l’exclusion maintenant». C’est le thème central de la Semaine mondiale d’action pour l’éducation pour tous.  C’est autour de ce thème que le plaidoyer des enfants  de Parakou a été axé. Trois caravanes  à travers le pays ont été organisées  dans les départements du Zou et des Collines, le Borgou et l’Alibori, le Mono et le Couffo pour plaider en faveur de l’éducation pour tous. La caravane de Parakou  sous la conduite du Trésorier général de la Coalition béninoise des organisations pour l’éducation pour tous M. Richard Houndjo, a mobilisé plus de 400 enfants et a échoué à  la direction départementale de l’enseignement  maternel. Dans leur plaidoyer,  les enfants ont rappelé a l’autorité en chargé de l’éducation primaire dans le Borgou et l’Alibori qu’en avril 2000, les dirigeants du monde se sont réunis à Dakar au Sénégal pour faire le pari d’atteindre en 2015 les six objectifs de l’Education pour Tous. Malgré cette promesse, dira le porte-parole des enfants, «aujourd’hui dans le monde, 774 millions d’adultes ne savent ni lire ni écrire, 72 millions d’enfants sont privés de toute chance d’aller à l’école et dans les pays en guerre, de conflits, de catastrophes naturelles, c’est seulement 2% qui ont accès à l’éducation». «Chez nous au Bénin, plus de sept cent mille (700.000) enfants déscolarisés et non scolarisés ne sont pas pris en compte par le système éducatif national selon une étude réalisé par le ministère des enseignements primaire et secondaire en 2006 avec l’appui de l’Unicef». Selon le porte-parole des enfants, malgré les efforts du chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi pour redorer le blason de l’école béninoise, la situation n’est guère reluisante et le taux de fréquentation scolaire dans les départements reste encore sombre car beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés. Les enfants ont souhaité que le autorités en charge de l’éducation ordonne que dans les localités rurales, l’inscription scolaire devienne obligatoire pour tous les enfants en ge. Il exige aussi du gouvernement un personnel enseignant qualifié et des infrastructures modernes et équipées et des conditions de vie décentes pour les enseignants. Le directeur départementale de l’enseignement maternel et primaire du Borgou-Alibori  a écouté avec attention les doléances des enfants et a pris l’engagement de rendre compte aux autorités gouvernementales afin que cesse l’exclusion des enfants.
Christophe D. ASSOGBA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *