.
.

Le triomphe de la vérité

.

Configuration politique à la Cena: La Cour Suprême invalide à nouveau le bureau de Todjinou


Pascal Todjinou   (Vers un bureau de la Cena nommé par la Cour Suprême )

La cohésion des membres de la Commission Electorale Nationale affichée la semaine écoulée devant la presse n’était que de face. La Cour Suprême a encore invalidé hier pour une seconde fois le bureau de Pascal Todjinou sur demande des représentants du gouvernement qui n’ont pas du tout digéré leur défaite au sein du bureau de  la Cena 2008. Selon les dispositions de la loi électorale, il est stipulé que le bureau de la Commission doit refléter la configuration politique des membres. Qu’il vous souvienne, lors de l’élection du bureau  invalidé pour la première fois, les 7  représentants du gouvernement ont abandonné leurs collègues qui ont dû élire les membres du bureau avec à sa tête, Pascal Todjinou, un membre influent de la Société Civile. Cette situation jugée inacceptable par les représentants du gouvernement a très connu un revirement qui a fait suite à l’invalidation du bureau par la Cour Suprême. Moins de 48 heures après, les membres de l’institution se sont à nouveau réunis pour plaquer exactement le bureau invalidé, cette fois-ci en présence de tous les membres de la Commission y compris les contestataires que sont les représentants du gouvernement. Après leur sortie médiatique de la semaine dernière, on croyait être au bout du tunnel puisque apparemment, la sérénité était visible sur tous les visages. Mais, ce n’était que l’apparence qui est  souvent trompeuse. Hier, dans la soirée, la Cour Suprême, après avoir apprécié la requête des plaignants, a, à nouveau invalidé le bureau élu pour non respect de la configuration politique au sein du bureau. Juste après la décision, Pascal Todjinou approché appelle au calme des uns et des autres. Toutefois, très légaliste, il estime que le droit a été dit et qu’il se pliera à la décision de la Cour. Selon les injonctions de la Cour, les membres de la Commission disposent encore d’un délai de 48 heures pour élire le nouveau bureau. Vivement que cette fois-ci, tout se passe dans les règles de l’art afin que le processus électoral connaisse une suite normale.
Donatien GBAGUIDI

Vers un bureau de la Cena nommé par la Cour Suprême
Et de deux. Le bureau de la Commission électorale nationale autonome (Cena) présidé par le représentant de la société civile Pascal Todjinou est à nouveau annulé. La décision d’annulation est intervenue dans la journée d’hier après l’audience de la Cour Suprême qui vient une seconde fois de remettre en cause l’élection du bureau de la structure devant conduire les élections communales et locales prévues pour le 13 avril 2008.
Pour une première fois, le motif évoqué par la Cour Suprême pour l’annulation était la non atteinte du quorum requis par les textes internes à l’institution. Pour cette fois-ci, l’élection des membres du bureau de la Cena semble passer outre le principe de la configuration politique de la Commission électorale nationale autonome (Cena) qui est une exigence réglementaire et jurisprudentielle en matière d’organisation des élections dans notre pays. Ainsi, sans le dire expressément la Cour Suprême exige l’entrée dans le bureau d’un représentant du gouvernement. Ce qui implique forcément la sortie d’un membre du bureau actuellement présidé par Pascal Todjinou.
A cette allure, et si les membres de la Cena ne soumettent pas aux obligations de la Cour nées de la dernière décision sous 48 heures, l’on risque de constater une prochaine décision de la Cour Suprême qui sera arithmétique en ce sens qu’elle indiquera à chaque composante de la Cena le nombre de sièges qui lui revient dans le bureau et pourquoi mentionner les postes concédés à chaque représentant.
Le risque est présent et actuel et il convient de redéfinir avec beaucoup plus de précision la notion de configuration politique et le vocable « autant faire ce peu » puisque selon la Cour quelque soit le mode d’élection observé à la Cena, le bureau d’ge doit s’arranger pour avoir toutes les sensibilités dans le bureau.
Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *