.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mme Titilayo J.M. Clarisse Odjo, maire de Pobè: « Je serai candidate pour continuer mon oeuvre à la tête de Pobè »


Mme Titilayo J.M. Clarisse Odjo, maire de Pobè     A quelques mois de la fin du mandat des élus locaux, votre organe donne la parole aux acteurs du développement local pour exposer les acquis et les zones d’ombre de leur passage à la tête de nos localités. A cet effet, c’est l’une des rares femmes élues locales de notre pays qui a accepté de nous accorder cet entretien. A travers ces échanges, le maire de Pobè dans le département du Plateau, Mme Titilayo J.M. Clarisse Odjo nous dresse le bilan de ses actions à la tête de sa commune, des difficultés pour la concrétisation de ses ambitions et de ses attentes vis-à-vis du gouvernement.
L’Evénement Précis:  Madame le maire, à quelques semaines de la fin de votre mandat, quel bilan faites vous de votre passage à la tête de Pobè ?
Le Maire
: Je répondrai qu’avec le peu de moyens que le gouvernement central a concédé aux communes comme celle de Pobè et face à l’immensité des problèmes dont la recherche de solution, au regard des textes de la décentralisation incombe aux autorités communales, j’ai dû  accorder la priorité à  des questions sociales en privilégiant la réalisation des infrastructures socio-communautaires telles que les écoles, les dispensaires, les adductions d’eau villageoises, les appuis financiers aux groupements féminins, les aides aux indigents, le soutien aux initiatives provenant des jeunes et la création d’emplois sans pour autant négliger l’économie et le culturel où j’ai respectivement amélioré le revenu de la commune et impulsé la dynamique d’une organisation communale des acteurs culturels de la localité.

Etes vous satisfait de ce bilan ?
Je le suis. Mais, je dois avouer que je reste sur ma faim quant à la réalisation de plusieurs ambitions que je nourris pour ma commune

Enumérez nous au moins trois des difficultés qui n’ont pas permis la réalisation de vos ambitions ?
Je peux d’abord faire cas du non transfert par le gouvernement des ressources nécessaires aux communes, ensuite du non reversement par le gouvernement de certaines ristournes et enfin de la non réalisation par le gouvernement de certaines PIP prévues au budget de la commune sans oublier l’incivisme fiscal.

Que faut-il donc faire à votre avis pour faciliter la gestion du pouvoir à la base ?
De mon point de vue, il faut partir des réalités sociologiques et culturelles de nos villages pour prendre l’initiative des lois afin de faciliter leur mise en application sur le terrain et aussi rendre effective la déconcentration, restaurer le pouvoir local et transférer les ressources nécessaires aux communes.

Au terme de cette mandature, êtes vous prête à revivre une nouvelle expérience municipale ?
Je ne ferai pas l’affront à mes mandants de le refuser s’ils me le demandaient€¦.

€¦€¦.Et pour quelle raison ?
Parce que c’est une mission patriotique que l’histoire retiendra malgré toutes les peines que cela comporte.

Quels conseils donneriez vous au prochain maire de votre commune ?
Je lui conseillerai de respecter les textes de la décentralisation, de rechercher le consensus au sein du conseil communal et de ne point ménager ses efforts dans la recherche de solutions aux nombreux problèmes auxquels sont confrontées les populations.

Propos recueillis par Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *