.
.

Le triomphe de la vérité

.

GESTION HASARDEUSE DE L’ETAT: 13 députés de Boni Yayi donnent raison à Houngbédji


Sévère mémorandum du Groupe Le Président de la République BONI YAYILe Président du PRD Me Adrien HOUNGBEDJI

des 13 à l’encontre de Boni Yayi
13 députés de la Majorité Présidentielle signataires de l’Accord de Législature et issus des partis politiques Upr, Fe, Pdps, Cbe, Undp et l’Ar ont adressé le 08 janvier 2008 au Président de la République le Dr Boni Yayi, un sévère réquisitoire relatif à la gestion de l’Etat, de la Majorité et de l’application du modus vivendi conclu aux termes de l’Accord de Législature. Un mémorandum aux allures d’opposants. Bis repetita  des récentes critiques de Me Adrien Houngbédji.

Ce Mémorandum dit du « Groupe des 13 » supposé renfermé des députés de la Majorité Présidentielle n’a rien à envier à une diatribe d’austère opposant. Juxtaposé aux propos d’un certain Adrien Houngbedji, Chef de l’opposition non déclaré, Président du Parti du renouveau démocratique il y a peu qui a suscité la levée de boucliers dans le rang des mouvanciers, conférences et déclarations en appoint, on peut conclure qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. Et pourtant cette avalanche de déclarations graves pour l’Etat de droit et de démocratie sont les conclusions d’un groupe supposé membre de la famille politique du Chef de l’Etat.
Pour faire une analyse politique de ce mémorandum afin d’en appréhender les portées non expresses, il conviendrait d’en procéder à une étude, à défaut linéaire, regroupée selon les centres d’intérêt définis par les concepteurs même.

Le Chef de l’Etat et la parole donnée !
Respect de l’Accord de législature. Ici, il s’agit du protocole d’accord qui lie le groupe des 13 députés aux députés Fcbe aux lendemains des résultats des législatives de mars 2007 et qui a permis d’assurer au Président Yayi Boni, une majorité confortable ayant garantit le contrôle du bureau de l’Assemblée. Qu’est-ce que le Chef en a fait un an après ? Pour le G13, « €¦ plus aucune allusion n’a été faite à celui-ci (Accord) » après leur concours pour le contrôle du bureau de l’Assemblée. Ils soutiennent que malgré que l’Accord préconise l’association du groupe à la gestion de l’action gouvernementale, « aucune des formations politiques auxquelles appartiennent les 13 députés n’a été consultée pour la formation du gouvernement post-législatives €¦ ».

Confirmation de la navigation à vue
Sans le mentionner littéralement, le mémorandum du G13 vient en ses points 2, 3 et 6 vient apporter de l’eau au moulin du Président Adrien Houngbédji qui, il y a peu accusait le gouvernement d’opérer une navigation à vue dans la gestion des affaires de l’Etat. A en croire le développement de ce mémorandum aux différents points énumérés relatifs à la « Gestion de la Majorité présidentielle », « Désignation des membres des institutions de la République » et « Des élections locales de 2008 », le Chef de l’Etat le Dr Boni Yayi et son gouvernement ne dispose pas d’un cadre politique de concertation, de réflexion, d’orientation des actions gouvernementales. Les députés du groupe des 13 confessent être informés de hautes décisions politiques relatives à la Majorité dont ils sont membres par les militants à la base. Selon leurs propres termes, « tout ceci dénote de l’absence de définition d’une stratégie politique claire et partagée au sein de la majorité présidentielle. ». Il se dégage de leur conclusion une absence totale de coordination des actions politiques et donc une navigation à vue sur le terrain politique alors que le Président Houngbédji, quant à lui enfonçait le clou  sur le plan économique.

Les libertés en danger !
C’est au point 4 de leur mémorandum intitulé  « Sur l’équilibre entre les institutions de la République et le fonctionnement de notre système démocratique » que les 13 députés de la Majorité Présidentielle se sont livrés à un quasi fac-simile des déclarations du Prd sur l’état des libertés au Bénin sous le régime du Dr Boni Yayi.
Quant à la liberté de presse en mal au Bénin, contrairement aux justificatifs ayant eu cours en ce temps de la Majorité présidentielle, ces 13 députés ont eu le courage de faire endosser cette responsabilité de recul à l’Etat quant bien même par euphémisme ils ont su l’imputer au Parlement de l’Etat. Par ailleurs, quant aux autres libertés, ils ont osé peindre un tableau lugubre du régime allant jusqu’à prendre position contre le gouvernement du Dr Boni Yayi dans la crise qui oppose celui-ci aux Magistrats en mentionnant sans ambiguïté qu’ils ont noté « avec inquiétude la confrontation entre l’exécutif et le judiciaire avec par moment des actes attentatoires à l’indépendance de la Justice et surtout de la Magistrature ». Quant aux libertés des citoyens, ils sont consentants qu’il y a un recul puisqu’ils soutiennent à la suite des observations relatives à la liberté de presse que « ce recul s’est également manifesté dans d’autres compartiments des libertés publiques et individuelles ». Sans nul doute, on peut constater que le Président du Prd en a dit beaucoup moins.

Immixtion des religieux dans la gestion de l’Etat
Elle est abordée au point 5 sous le titre « La question de la laïcité de l’Etat ». Ici encore Me Adrien Houngbédji n’a-t-il pas eu le tort d’être un peu en  avance sur le temps de quelques mois ? Aujourd’hui, c’est des entrailles de la Majorité Présidentielle que jaillissent de telles critiques. Le groupe des 13 a exprimé « ses vives préoccupations quant aux entorses constatées ça et là au respect du principe de la laïcité de l’Etat ». Ils certifient que « celles-ci se manifestent par des interventions assez intempestives dans la vie politique et publique en général des adeptes de certaines tendances religieuses ». Ils sont allés plus loin en qualifiant cette intervention de « trop grande présence de ces tendances religieuses dans les affaires de l’Etat€¦ ». Sur ce terrain des critiques adressées au régime du Dr Boni Yayi, on est en droit face aux faits de croire que le Président Adrien Houngbédji est largement moins disant face au groupe des 13.   
Somme toute, ce mémorandum est venu après plusieurs mois confirmer des propos beaucoup polémiqués entre temps avec la particularité qu’il émane des propres acteurs de la mouvance présidentielle et qu’il constitue un cinglant revers pour cette majorité.
 

Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *