.
.

Le triomphe de la vérité

.

Les magistrats en conclave ce jour pour évaluer les résultats de leur grève


L’Union Nationale des Magistrats Des Magistrats lors d'une audience

du Bénin (Unamab) organise ce jour une assemblée générale en vue d’apprécier les résultats obtenus après deux semaines d’arrêt de travail en guise de protestation contre la décision  gouvernementale de suspension provisoire des décisions de justice relatives aux conflits domaniaux.

En effet, après la décision du conseil des ministres mettant un frein temporaire à l’exécution des décisions de justice devant aboutir à des destructions de btiments et autres habitations, les hommes en toge ont fait part de leur indignation de l’attitude du gouvernement qui constitue à leurs yeux une violation flagrante des dispositions constitutionnelles et notamment du principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs.
Ainsi, après de nombreuses dénonciations, les magistrats entament depuis deux semaines un arrêt de travail. C’est pour jauger des retombées de ce mouvement que les hommes en toge se croisent pour aviser de la suite à donner à la paralysie du système judiciaire entamée depuis plus de quinze jours. Hier déjà, le conseiller technique juridique du chef  de l’Etat était sur les plateaux de la télévision nationale pour donner la position du premier magistrat sur ce mouvement de mécontentement des magistrats.

 Pour Victor Topanou, le principal argument soulevé par les magistrats pour entamer leur grève résulte d’une erreur administrative à laquelle le gouvernement s’est attelé dès sa détection à corriger. Ainsi, la décision  du conseil des ministres surseoit à en croire Victor Topanou, non pas à toutes les décisions de justice relatives aux conflits domaniaux mais à ceux qui présentent un caractère d’extrême gravité et dont la mise en exécution risque de fragiliser la cohésion nationale.

Quant à la question de l’immixtion de l’exécutif dans le giron du judiciaire , le conseiller technique Topanou rappelle  la possibilité dont dispose les magistrats de faire appel à l’arbitrage de la Cour Constitutionnelle. En attendant cette éventualité, les magistrats se mobilisent déjà pour une issue heureuse à ce bras de fer dont les principales victimes demeurent les populations.
Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *