.
.

Le triomphe de la vérité

.

SOUTIEN DE SOGLO ET KEREKOU A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION: Boni Yayi reçoit des renforts de taille


Nicephore SOGLO, ancien Président de la république Mathieu Kérékou, ancien Président de la république La lutte contre la corruption enclenchée par le Dr Boni Yayi peut repartir de plus belle. C’est ce qu’il convient de dire après les déclarations de soutien au combat du chef de l’Etat apporté par les anciens présidents de la République de l’ère du Renouveau démocratique. Mathieu Kerekou et son ancien challenger Nicéphore Dieudonné Soglo constituaient, en raison de leur influence encore vivace au sein des milieux politiques et des populations deux maillons essentiels du sérail dont le soutien était de l’avis de nombreux observateurs, nécessaire au Dr Boni Yayi pour conduire à bon port sa lutte contre le fléau de la corruption au Bénin. Cela était devenu d’autant plus urgent que nombre de ténors des régimes de ces deux présidents figurent en bonne place sur la liste des accusés et aussi futurs mis en cause dans des dossiers de malversation, surfacturation, abus de confiance, crimes économiques, gestion complaisante entre autre.

 Ainsi, en s’alliant ces deux barons de la scène politique béninoise, Boni Yayi ruine les derniers espoirs de certains hommes forts des régimes défunts dont l’interpellation prochaine ne fait l’objet d’aucun doute et conforte davantage le processus de nettoyage des écuries d’Augias qu’il a entamé. De l’avis général, les présidents Soglo et Mathieu se donnent quant à eux bonne conscience de voir leur successeur rompre avec le laxisme observé lors de leur mandat notamment celui du Général Mathieu Kerekou.
Dans leurs différents propos, ils ont affiché sans zone d’ombre  leur disponibilité à accompagner l’actuel homme fort du pays à conduire à bon port son combat. Cependant, le traitement équitable de tous les mis en cause apparaît à leurs yeux comme le véritable gage d’un combat dénué d’ambition ou d’arrière pensée politique. C’est pourquoi, selon les deux anciens chefs d’Etat, il importe que l’accent soit mis sur les infractions des individus et non pas sur leur appartenance politique afin d’éviter toute polémique quant à une éventuelle « chasse aux sorcières ». Il y va de la réussite de cette lutte et de la concrétisation de l’émergence du Bénin.     

Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *