.
.

Le triomphe de la vérité

.

BLOCAGE DU VOYAGE D’UN DEPUTE: Le Président Nago lche le député Célestine Adjanonhoun


 Mathurin NAGO, Président de l'Assemblée Nationale Le Président de l’Assemblée nationale Mathurin Koffi Nago est de retour des Etats unis d’Amérique depuis le week-end dernier où il a effectué un voyage de travail avec une délégation composée d’honorables membres du parlement. Mais justifiant le blocage connu par le député Célestine Adjanonhoun à priori membre de ladite délégation, et qui l’a empêché d’effectuer cette sortie, le Président n’a eu d’autres arguments que se remettre à la sentence de l’Ambassade des Usa qui n’aurait pas délivré de visa à l’intéressé. Selon le Président Nago, l’Assemblée a fait ce qui ce qui est de son ressort pour que le député en question puisse effectuer son voyage en toute quiétude.
Mais à apprécier la situation avec toute la gravité qu’elle recouvre, l’on se rend compte que la justification du Président Nago face à la situation de l’Honorable Adjanonhoun est un échappatoire qui cache mal ses réelles intentions. En effet, l’acte de blocage du voyage de l’Honorable Adjanonhoun fait suite au rapport du conseil des ministres inculpant le député de mauvaise gestion à la tête de la Sbee et à la demande de levée d’immunité formulée par le gouvernement et son Chef le Dr Boni Yayi à l’endroit du Président de l’Assemblée.
En dehors de cette situation, le blocage du voyage d’un Honorable d’une République par un ambassade pour défaut de visa est un scandale politico diplomatique.  Mais dans l’espèce, le Président de l’Assemblée s’en prévaut comme parole d’évangile ou décision de cassation face à laquelle tout recours est inopportun, certainement juste parce que l’intéressée n’a plus l’onction du Chef de l’Etat, chef de la mouvance présidentielle dont Mathurin Nago lui-même est membre.
Ce manque d’enthousiasme et assiduité dans la défense du cas Adjanonhoun est le signe manifeste de la volonté du Président de l’Assemblée de souscrire à la requête de levée d’immunité adressée par le Chef de l’Etat le Dr Boni Yayi.
Avec l’entrée de la lutte contre la corruption et la mauvaise gestion dans l’arène des députés et dans la cour de la famille politique restreinte du Chef de l’Etat, l’on se rend aisément compte que l’épée de Damoclès plane sur la tête de toute la haute classe de la hiérarchie politique nationale.
Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *